Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2003 > "Carmen suite" suivi de "Tableaux d’une exposition" avec l’Orchestre de (...)

"Carmen suite" suivi de "Tableaux d’une exposition" avec l’Orchestre de l’Opéra national de Lyon

Le mardi 8 juillet 2003

Entre la Russie et la France, l’histoire musicale fut souvent commune, elle l’est à nouveau, au Grand Théâtre de Fourvière, pour un concert unique, servi par un maestro rare et un orchestre en pleine forme. L’un des plus prestigieux chefs actuels, le Russe Yuri Temirkanov, dirige l’Orchestre de l’Opéra de Lyon dans deux oeuvres de son répertoire : Tableaux d’une exposition de Modeste Moussorgski et Carmen suite de Rodion Chtchédrine.

Tableaux d’une exposition, originellement écrite pour piano, a été maintes fois orchestrée, mais c’est la version de Ravel que la postérité a retenue. Composée de diverses "promenades" puis de pauses devant les tableaux contemplés, cette oeuvre multiforme est d’une étonnante variété. Moussorgski a su alterner des morceaux d’une agréable légèreté, fins et spirituels, exprimant, par exemple, des jeux d’enfants dans un parc (les Tuileries), avec des moments beaucoup plus flamboyants, plus impétueux, comme l’ultime tableau (la Grande Porte de Kiev) qui se termine par un immense carillonnement mobilisant tout l’orchestre.

MODEST MOUSSORGSKI (1839 - 1881)

Biographie

Modest Pétrovitch Moussorgski naît le 21 mars 1839, à Karevo, dans une famille de petits propriétaires terriens, ses premières années se passent dans l’isolement de la campagne russe auprès de de sa nourrice qui le berce de contes populaires. Moussorgski reçut ses premières leçons de piano de sa mère puis d’Anton Herke professeur au Conservatoire impérial à Saint-Pétersbourg. Ses talents de pianiste se développèrent rapidement grâce à son professeur Herke. Trois ans plus tard, en 1852, il entra à l’école des Cadets de la garde impériale et écrivit la même année une partition pour piano, Porte-enseigne Polka. Son diplôme obtenu (1856), il entra au régiment de la Garde qu’il quitta en 1858 pour se consacrer à la composition.

En effet, Moussorgski avait rencontré le compositeur nationaliste russe Alexandre Dargomyjski qui l’avait introduit auprès de Balakirev et de César Cui. Balakirev, autodidacte musical, lui donna l’instruction théorique. Relations d’amitié qui s’étendirent à Borodine et à Rimski-Korsakov constituant ainsi un cercle qui fut plus tard appelé les Cinq "Mogoutchaïa Koutchka".
Le porte-parole de ce groupe était le critique musical Vladimir Stassov, ardent défenseur de la musique nationale russe. Ce groupe des Cinq, influencé par les compositeurs Glinka, Schumann, Berlioz, Liszt et Wagner, contribua au renouveau de la musique russe. Dans ses lettres à Balakirev, il déplore ses excès d’alcool qu’il avait commis durant son passage à l’armée...

En 1861, et à la suite de l’abolition du servage, la famille Moussorgsky perdit ses biens. Deux ans plus tard, Modeste se vit contraint de chercher un emploi, il devint fonctionnaire d’Etat, d’abord au Ministères des transports, puis à celui des eaux et forêts ; il dut rester jusqu’un an avant sa mort. Il accomplit son travail avec une grande conscience professionnelle et ridiculisa même les gens qui, comme lui avaient été dupés par la réforme agraire libérale du tsar Alexandre II.
Ses harmonies audacieuses et peu orthodoxes s’appuyaient sur les gammes de la musique folklorique russe. Ses chansons, qui figurent parmi les plus belles du XIXe siècle, reflètent son désir de reproduire les rythmes et les contours de la langue russe en utilisant une mélodie naturelle. Les années 1868 à 1872 comptent parmi les plus heureuses de la vie de Moussorgsky : il composa alors Boris Godounov, son chef-d’œuvre. L’opéra "Boris Godounov", d’après la tragédie de l’auteur russe Alexandre Pouchkine, une œuvre monumentale ! Beaucoup des œuvres de Moussorgski ont été revues et finalement ré-orchestrées et parfois réharmonisées par Rimski-Korsakov.

L’insuccès que connurent ses œuvres, sa situation difficile l’incitèrent à s’adonner à l’alcoolisme. La dernière année de sa vie, sa pauvreté était indescriptible ; ses seules entrées étaient ce qu’il gagnait comme accompagnateur et elles diminuaient de jour en jour... Il mourut à l’hôpital militaire de Saint-Pétersbourg en 1881. Parmi les œuvres de Moussorgski figurent la suite pour piano "Tableaux d’une exposition" (1874, orchestrée en 1922 par le compositeur français Maurice Ravel), le poème symphonique "Une nuit sur le mont Chauve" (1867), les cycles de chansons la "Chambre d’enfants" (1872) et "Chants et danses de la mort" (1875) ainsi que deux opéras inachevés : "Khovanchtchina", terminé par Rimski-Korsakov et la "Foire de Sorotchinsky", terminé par Cui.

NUITS DE FOURVIERE
6 Rue Antiquaille
69005 LYON

Spectacle au Grand Théâtre

Le 08/07/2003 :

- de 21:30 à 23:30 le mardi.

Tarifs :

- Plein tarif : 20 €,
- Tarif réduit : 15 €.

© jeudi 3 juillet 2003, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.