Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2005 > ’D’Est en musique’, la musique venue de l’Est

’D’Est en musique’, la musique venue de l’Est

13 - 14 décembre 2005

Dans le documentaire D’Est réalisé en 1993, la cinéaste Chantal Akerman, adepte d’un cinéma-vérité, montrait ces pays dits ’de l’Est’ qui, entre l’effondrement du communisme et un avenir obscur, semblent livrés à eux-mêmes. Avec les images de ce film, Sonia Wieder-Atherton a composé un spectacle inédit.

S. Wieder-Atherton/C. Ackerman
Spectacle conçu par Sonia Wieder-Atherton
Réalisé avec des images du film D’Est de Chantal Akerman
Chantal Akerman mise en espace
Sonia Wieder-Atherton violoncelle
Laurent Cabasso piano.

Programme :

- Sergueï Rachmaninov
- Sergueï Prokofiev
- Leos Janacek
- Alfred Schnittke

Dans le documentaire D’Est réalisé en 1993, la cinéaste Chantal Akerman, adepte d’un cinéma-vérité, montrait ces pays dits ’de l’Est’ qui, entre l’effondrement du communisme et un avenir obscur, semblent livrés à eux-mêmes.

À propos du projet

Ce sont les extraordinaires images du film d’Est de Chantal Akerman, restées gravées en moi, qui m’ont donné l’envie de ce projet
Quand j’ai regardé un extrait du film, sans son, pendant que la sonate de Rachmaninov (et Schnittke plus tard) résonnait à pleine voix, j’ai vu la musique - cette musique - transformer les voitures roulant dans la neige en ballerines légères, suivre d’un regard de parent des enfants jouant à la luge. Je l’ai vue protéger des femmes ramassant des pommes de terre dans un champs, mais aussi rendre menaçant un bâtiment caché derrière des arbres, de nuit. Mais sans jamais expliquer ni commenter. Les mouvements s’entremêlent. L’image, la musique s’écoutent, se regardent, se croisent. C’est inexplicablement bouleversant.

Sonia Wieder-Etherton

Première image, première émotion. Un écran de tulle blanc tombe d’un coup, d’un seul devant Sonia Wieder-Atherton et Laurent Cabasso. Le bal commence dans un grand hôtel de Moscou. Ils jouent l’Adagio de Prokofiev.
Je me suis dit, troublée, ça marche.
Sonia me parlait depuis longtemps de ce projet et je ne comprenais qu’à moitié. Mais à ce moment -là, tout est devenu évident pour moi.
Les deux petites silhouettes des musiciens se mariaient avec celles qui dansaient à l’avant plan comme si jamais avant le film n’avait existé sans elles. Comme si le film, les danseurs, l’hôtel tout attendait qu’advienne Prokofiev qui semblait arriver des profondeurs même de leur imaginaire. C’était saisissant.
J’ai eu dès lors envie de continuer l’aventure avec eux. Je n’aurais surtout pas voulu m’en priver.

Avec les images de ce film, Sonia Wieder-Atherton a composé un spectacle inédit. La violoncelliste convoque, avec la complicité de Laurent Cabasso au piano, des sonates de Rachmaninov et de Schnittke, ou encore un Adagio de Prokofiev, pour que « les rôles s’entremêlent », pour que « l’image, la musique s’écoutent, se regardent, se croisent » : « Comme si la musique pouvait transformer les voitures roulant dans la neige en ballerines légères, comme si elle protégeait des femmes ramassant des pommes de terre dans un champ,mais aussi pouvait rendre menaçant un bâtiment caché derrière des arbres,la nuit... »

Coproduction : La Cité de la musique, Les Visiteurs du soir, Movimientos, L¹Arsenal de Metz, La Filature de Mulhouse et La Ferme du Buisson à Marne-La-Vallée


Sonia WIEDER-ATHERTON, violoncelle

Elle est élève de Rostropovitch, puis de Natalia Chakhovskaïa avec laquelle elle travaille deux ans au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou, après avoir terminé ses études au CNSM de Paris dans les classes de Maurice Gendron et Jean Hubeau.

En 1986 elle est lauréate du Concours Rostropovitch. Depuis lors sa carrière s’épanouit dans de nombreuses directions. Elle joue en soliste avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, l’orchestre National de Belgique, le Philarmonique de Liège, l’Ofunam de Mexico City, le Philarmonique d’Israël, l’Orchestre National d’Ile de France. Elle est invitée régulièrement par de grands festivals internationaux : des Flandres, de Shangaï, Jerusalem, Musica - Strasbourg, Kuhmo, Monte-Carlo, Aix-en-Provence, Sintra, Bath, Ars Musica et Agora - IRCAM.
Sonia Wieder-Atherton interprète régulièrement la quasi-totalité du grand répertoire pour violoncelle. Elle est une des interprètes privilégiée de compositeurs tels que Pascal Dusapin qui écrit pour elle de nombreuses œuvres dont Celo (concerto pour violoncelle), Georges Aperghis qui lui dédie Profils et Le reste du temps mais également Henri Dutilleux, Betsy Jolas, Ivan Fedele..
En musique de chambre, elle retrouve régulièrement les pianistes Imogen Cooper, Jean-Claude Pennetier, le violoniste Raphaël Oleg, l’altiste Gérard Caussé et forme un duo rare avec la percussioniste Françoise Rivalland.
Son large répertoire est à l’image de son imaginaire musical. Celui-ci la conduit à concevoir pour le public des programmes très personnels et uniques comme Au commencement Monteverdi un concert pour violoncelles qui tisse de façon originale des duos de Monteverdi et des œuvres contemporaines en solo de Berio, Dusapin, Dutilleux, et Kurtag. Comme d ‘Alep à Séville, spectacle qui s’inspire de sources musicales des pays bordant la Méditerranée et de commandes faites à Georges Aperghis, Pascal Dusapin et Ivan Fedele. (Radiodiffusion sur BBC Radio 3)
Sonia prépare actuellement son prochain spectacle D’Est, avec des images de Chantal Akerman extraites d’un « film-voyage » à travers de l’Europe de l’est.
Grâce au succès de son premier disque Chants Juifs pour le label BMG/RCA Red Seal, Sonia Wieder-Atherton a signé un contrat avec BMG-France. Un CD de duos avec le violoniste Raphaël Oleg est paru en 1998, suivi d’un double CD des chef-d’œuvres de Schubert : les trios et la Sonate Arpeggione avec Raphaël Oleg et Imogen Cooper. L’album Au commencement Monteverdi, considéré comme un événement de l’année 2001. Un double CD En Sonate vient de paraître, salué par la presse nationale et internationale.
Arte a consacré un Maestro à Sonia Wieder-Atherton, mis en scène et réalisé par Chantal Akerman (diffusion dans toute l’Europe par le festival « Temps d’Images »).
Reconnaissant en Sonia Wieder-Atherton l’une des plus puissantes personnalités musicales actuelles, l’Académie des Beaux-Arts en France lui a décerné le « Grand Prix Del Duca de l’Académie des Beaux-Arts » en 1999.

Sonia Wieder-Atherton joue un violoncelle de Matteo Goffriller.


Dates :
- Mardi 13 déc 2005 à 20h00
- Mercredi 14 déc 2005 à 20h00

Salle des concerts - tarif D : 17€
La Cité de la musique
221, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
Métro : station porte de Pantin, ligne 5
Bus : lignes 75, 151 et PC
Voiture : parking en sous-sol de la Cité de la musique
informations sur les possibilités de stationnement.

Renseignements & réservations : 01 44 84 44 84

Service d’autobus gratuit :
- Durant toute la saison, à l’issue de chaque représentation donnée en soirée dans la Salle des concerts, la Cité de la musique vous propose un service gratuit d’autobus desservant différents sites parisiens (Gare du Nord, République, Hôtel-de-Ville, Luxembourg et Denfert-Rochereau).
- L’accès à cet autobus est réservé au public de la Cité de la musique, sur présentation du billet d’entrée au concert ou au spectacle du jour (dans la limite des places disponibles).

© jeudi 13 octobre 2005, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document