Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2006 > DIMITRI CHOSTAKOVITCH à l’Opéra de Paris

DIMITRI CHOSTAKOVITCH à l’Opéra de Paris

Le 14 janvier 2007 à 20H30

Avec le recul du temps, le rôle de Chostakovitch s’avère essentiel dans l’essor de la musique en Russie. Ainsi, le concert proposera de découvrir ou de redécouvrir Chostakovitch avec, notamment, Sept Romances sur des poèmes d’Alexander Blok.

Témoin exemplaire de son temps, Chostakovitch, plus que tout autre créateur, s’est mis tout entier dans son œuvre - une œuvre prolifique, à la fois intransigeante et salutaire pour la Russie soviétique, pays auquel il est resté, malgré tout, viscéralement attaché. La richesse de la création de Chostakovitch est nourrie de tous les drames, de toutes les contradictions de sa vie d’homme et de musicien : « La musique peut être amère, disait-il, elle ne doit jamais être cynique ! »

Le programme abordera tous les aspects de l’œuvre de Chostakovitch, immense symphoniste et orchestrateur, amoureux de la voix et des textes. Sa musique de chambre, l’une des plus riches du 20e siècle, mais aussi ses partitions moins connues, seront également à l’honneur.

Avec le recul du temps, le rôle de Chostakovitch s’avère essentiel dans l’essor de la musique en Russie : il reste encore aujourd’hui l’une des références absolues et l’exemple à suivre. Tous les compositeurs de la deuxième moitié du 20e siècle ont envers ce créateur de génie une « dette » artistique évidente, qu’ils soient ses élèves, ses disciples ou ses héritiers spirituels. Ainsi, le concert proposera de découvrir ou de redécouvrir Chostakovitch avec, notamment, Sept Romances sur des poèmes d’Alexander Blok.

Cet hommage permettra d’évoquer l’univers musical de Chostakovitch à travers les compositeurs qu’il admirait : Bach, Beethoven, Mahler, mais aussi Tchaïkovski, Stravinski et Moussorgski, dont il aimait citer le credo artistique : « Je veux parler aux hommes le langage du vrai ! »

Programme :
- Trio n° 2 en mi mineur pour piano, violon et violoncelle, op. 67
- Sept Romances sur des poèmes d’Alexander Blok, pour soprano et trio avec piano, op. 127
- Quintette pour piano et cordes en sol mineur, op. 57

Jean-Marc Bonn, piano
Martine Bailly, violoncelle
Éric Lacrouts, Vanessa Jean, violons
Pierre Lenert,alto

Le 14 janvier 2007 à 20H30
Palais Garnier
PARIS

© samedi 1er avril 2006, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.