Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Infos > Société > Des amendes requises à Cherbourg contre Greenpeace pour des trains (...)

Des amendes requises à Cherbourg contre Greenpeace pour des trains bloqués

Des amendes de 400 à 700 euros ont été requises mardi à Cherbourg contre 18 militants de Greenpeace et 18.000 euros contre l’organisation écologiste pour entrave à la circulation de trains d’uranium appauvri à destination de la Russie en décembre 2009 et janvier 2010.

"L’action citoyenne militante contribue au débat démocratique", a déclaré à la barre Yannick Rousselet chargé des questions nucléaires à Greenpeace France, contre qui l’amende la plus forte a été requise.
Le militant a estimé que les actions en cause ont "abouti à l’arrêt de l’exportation de ces déchets" radioactifs en Russie.

Areva qui affirme que cet uranium est réutilisé et n’est donc pas un déchet a annoncé au printemps 2010 la fin de ces transports, médiatisés depuis la diffusion en octobre 2009, sur Arte de l’enquête de Laure Noualhat et Éric Guéret, "Déchets : le cauchemar du nucléaire".

Selon Greenpeace France qui était représentée au procès par son directeur général, Pascal Husting, seule "une infime partie" de l’uranium est réutilisée.

"La loi est appliquée ici, discutée ailleurs", a argumenté le procureur Eric Bouillard, "la loi c’est le code qui nous permet de vivre ensemble" indiquant aux militants qu’ils n’avaient pas à "décider de principes supérieurs à la loi".

"Je ne suis pas sûr que la non-violence (invoquée par les militants ndlr) soit vue par tout le monde de la même manière. Quand on est dans le Paris-Cherbourg à ce moment là et qu’on va travailler, je ne suis pas persuadé qu’on voit la non-violence au bout".

Le magistrat n’a toutefois pas requis de prison, "pas même avec sursis", car il a estimé qu’il s’agissait là "d’un type de délit particulier".
Une audience civile doit avoir lieu ultérieurement pour éventuellement dédommager la SNCF qui estime à 162 minutes le retard engendré par ces actions.

Le tribunal correctionnel de Cherbourg, examinait trois actions de blocage organisées à Cherbourg dans la nuit du 6 au 7 décembre 2009 et dans la nuit du 24 au 25 janvier 2010, où l’uranium a été chargé sur des bateaux, et à Hemevée, à 27 km au sud de Cherbourg.
Le tribunal rendra sa décision le 1er mars.

© mercredi 2 février 2011, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.