Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2005 > Directeur de ’Opéra de Chambre de Moscou, Boris Alexandrovitch (...)

Directeur de ’Opéra de Chambre de Moscou, Boris Alexandrovitch Pokrovski

Le 23 janvier 2005 - 1912

Le 23 janvier 2005, Boris Pokrovski aura 93 ans. Il a
naturellement fait des émules qui poursuivent son travail
selon son point de vue artistique et humain mais, malgré son âge, il continue à suivre de près les productions de l’Opéra de Chambre, qu’il accompagne même parfois dans ses tournées.

Opéra de chambre de Moscou

A Moscou, dans les années 60, un besoin de renouveau se fait sentir chez les artistes lyriques russes en quête d’une nouvelle approche de l’interprétation. Les théories sur le réalisme psychologique de Stanislavski, ayant défié la notion traditionnelle du processus dramatique, vont être à la source même d’une nouvelle approche de l’interprétation
privilégiant la musicalité intérieure du rôle pour parvenir à une symbiose organique des matériaux dramatiques et
musicaux. Boris Pokrovski compte parmi les pionniers de cette approche.

Directeur de scène du Bolchoï, il va s’inspirer à la fois des théories de Stanislavski et de l’interprétation de la célèbre basse Fédor Chaliapine pour ses mises en scène d’oeuvres de Chostakovitch et Prokofiev. Il sera ainsi à l’origine d’une nouvelle forme scénique de
l’opéra russe.

Il acquiert la conviction qu’un travail extrêmement précis et exigeant pendant la préparation des spectacles permet aux
chanteurs de développer leurs potentialités d’interprètes de
façon surprenante, et qu’il est nécessaire de présenter les
spectacles dans de petites salles pour mettre en évidence l’art du détail psychologique dans l’interprétation.
Ainsi, en 1972, il crée l’Opéra de Chambre de Moscou afin
de représenter des opéras sur une scène plus intime que
celle du Bolchoï correspondant davantage au style d’opéra
psychologique qu’il entend développer.
La création d’opéras russes est au centre des productions.
L’engouement suscité par cette approche permet à l’Opéra de
Chambre de Moscou de prendre des risques : à côté d’auteurs
connus comme Chostakovitch, Chedrine, Krenikon, Kolminov,
Bogoslovski, la troupe présente des oeuvres oubliées du XVIIIe siècle (Forine, Pachenski, Bortnyanski...) et des oeuvres contemporaines.

Mais on n’oublie pas pour autant le répertoire européen.
En vrai passionné de Mozart, Boris Pokrovski, va notamment
mettre en scène tous les opéras du compositeur y compris les moins joués.

L’Opéra de Chambre de Moscou est un exemple quasi unique
dans le monde : il a son style propre, ses méthodes de travail, ses principes artistiques. Ceux-ci émanent des conceptions personnelles de Pokrovski, basées sur la synthèse et la symbiose de la partition musicale, de la scénographie, de l’interprétation dramatique et
du chant. Travailler dans cette optique exige de la part des
chanteurs une formation spécifique qui dure plusieurs
années et qui se fait dans le cadre de l’Opéra de Chambre
et hors des conservatoires ou autres écoles d’art.
La Compagnie offre donc à ses interprètes des études intensives qui les amènent à une grande souplesse : l’identification artistique totale à leur troupe aboutit même à un système permettant aux chanteurs
d’échanger leurs rôles.

Rappelant en cela une ancienne coutume propre à la Comédie
Française, un artiste pourra un soir chanter un grand premier rôle et, le lendemain, figurer dans les choeurs...
Le travail personnel de Pokrovski avec l’Opéra de
Chambre de Moscou a suscité beaucoup d’intérêt dans le
monde lyrique, non seulement à cause de son originalité et de ses exigences artistiques, mais aussi parce qu’il a su s’entourer d’artistes et de collaborateurs de
valeur : Guennadi Rojdestvenski, W. Agronski, Anatoli Levine, Lev Ossovski...

La troupe se produit à travers le monde, particulièrement en
Allemagne, Amérique latine, Japon et Espagne. Lors de l’une
de ses précédentes tournées en France son interprétation du Nez de Chostakovitch à l’Opéra Garnier à eu un succès
retentissant.

Boris Alexandrovitch Pokrovski est l’âme de l’Opéra de
Chambre de Moscou. Considéré comme un grand homme par les
professionnels russes et les connaisseurs européens du
théâtre soviétique, il est une référence artistique, un symbole d’honnêteté et d’authenticité dans le travail, une idole pour des générations de jeunes passionnés de théâtre.
C’est avec la forme du grand opéra que Boris Pokrovski s’est
fait connaître. Remarqué tout d’abord par une mise en scène
spectaculaire de Carmen réalisé à Novosibirsk, il a été nommé ensuite régisseur chef de l’Opéra d’Etat de Minsk, puis, après la deuxième guerre mondiale, il est devenu
directeur artistique du Bolshoï de Moscou. Vers les années 70, sans abandonner pour autant le grand opéra, Pokrovski s’est tourné du côté de l’opéra de chambre qui lui permettait de développer une autre approche de l’interprétation. Qui voit Pokrovski travailler
avec une troupe, et lui réclamer inlassablement une recherche conforme à ses exigences de moralité et d’authenticité artistiques, ne peut qu’être
profondément impressionné par la constatation que le théâtre
n’est pas seulement un jeu en soi, mais repose sur une éthique de base. Les mise en scènes de Pokrovski ne sont donc pas que formelles, esthétiques ou artistiques : elles visent à mettre très vite en évidence la substance de l’ouvrage à travers le comportement de l’homme, ses faiblesses, ses émotions incontrôlées, son idéologie sans coeur, mais aussi sa quête d’une discipline personnelle, ses efforts vers le mieux, ses aspirations aux grandes idées...

© dimanche 23 janvier 2005, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document