Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Infos > Société > Enquête pour vandalisme après des graffiti anti-Poutine "insultants"

Enquête pour vandalisme après des graffiti anti-Poutine "insultants"

La police de Moscou a annoncé samedi avoir ouvert une enquête criminelle pour vandalisme après l’apparition jeudi sur les murs du parlement russe de graffiti "insultants" visant le président Vladimir Poutine.

"Une enquête criminelle a été ouverte sur l’apparition de panneaux, de pancartes et d’étiquettes insultants sur le bâtiment de la Douma d’Etat (chambre basse du parlement) le 18 juillet 2013", a indiqué la police de Moscou sur sa page sur Twitter.

Un porte-parole de la police de Moscou a confirmé l’ouverture de l’enquête pour vandalisme, un délit passible en Russie de trois ans de prison.

Des manifestations de protestation contre la condamnation à cinq ans de camp de l’opposant numéro un russe, Alexeï Navalny, a eu lieu jeudi soir dans plusieurs rues du centre de Moscou, notamment près de la Douma, située à deux pas du Kremlin.

Les manifestants ont apparemment écrit "Poutine est un voleur" et "Poutine est un gay" sur les murs et les fenêtres du rez-de-chaussée de la Douma et y ont collé des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Navalny doit être président, Poutine doit aller en prison", ainsi que des dizaines d’étiquettes rouges avec le nom de Navalny.

"Est-ce que la police croit qu’on peut "profaner" le bâtiment de la Douma avec des étiquettes ?", a aussitôt ironisé sur Twitter Alexeï Navalny, tout juste arrivé à Moscou de Kirov (900 km à l’est de la capitale russe) où il a été condamné jeudi à cinq ans de camp pour détournement, des accusations qu’il rejette.

Pour sa part, Dmitri Peskov, le porte-parole du président Vladimir Poutine, a déclaré aux journalistes vendredi que si la "critique constructive" était la bienvenue, les insultes étaient inacceptables.

"Nous devons traiter l’un l’autre avec respect", a-t-il souligné.
L’enquête pour vandalisme a été ouverte contre des "personnes non identifiées", selon la police.

Une autre enquête — également contre une personne non identifiée — a été ouverte suite à cette même manifestation de jeudi soir à Moscou pour violences visant un policier qui s’est vu déchirer une épaulette, a indiqué samedi le comité d’enquête russe.

Douze militants de l’opposition russe sont actuellement jugés pour leur implication présumée dans les troubles de masse survenus lors d’une manifestation de protestation à Moscou le 6 mai 2012 contre la réélection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie.

© lundi 22 juillet 2013, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document