Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2003 > Exposition ’Paris - Saint-Pétersbourg 1800 - 1830’ Quand la Russie parlait (...)

Exposition ’Paris - Saint-Pétersbourg 1800 - 1830’ Quand la Russie parlait français"

Du 21 mai au 30 aout 2003 / Musée de L’Ermitage (Russie) - Musée de l’Armée (France)

Présentée par le musée de l’Armée, l’exposition « Paris - Saint-Pétersbourg 1800 1830... quand la Russie parlait français... » inaugurée le 20 mai 2003 à l’hôtel national des Invalides se situe dans le cadre de la commémoration du tricentenaire de la naissance de Saint-Pétersbourg. Les principaux évènements participant à cette célébration se déroulent naturellement dans cette ville, voulue et créée par Pierre Le Grand. Ce qui est présenté à Paris en est, en quelque sorte, l’écho lointain.

Comment définir simplement le thème de cette exposition due à une heureuse initiative russe ? Dans l’intention de ses concepteurs il s’agit de rendre compte de l’influence de la culture française sur la société russe, et de rappeler les affinités et les liens qui unissaient deux pays, et ceci dans le premier tiers du XIXème siècle.

Au musée de l’Armée que représente une telle manifestation ? Pour cette institution, placée sous tutelle du ministère de la défense, c’est l’occasion de dépasser l’histoire des conflits et des batailles en mettant en valeur les rapports et les influences réciproques de deux sociétés dans leurs dimensions culturelles, artistiques et patrimoniales. Ainsi, le visiteur de cette exposition est invité à porter un regard sur une époque où l’aristocratie russe, et particulièrement celle de Saint-Pétersbourg, parlait et vivait « à la française ».

Mais cette manifestation exceptionnelle est également l’occasion de rendre à la ville créée par Pierre Le Grand sa qualité originale de « fenêtre ouverte sur l’Europe » selon le mot de Pouchkine, et qui, grâce à cette manifestation, est pour un temps, une « fenêtre ouverte sur Paris ».

Pour atteindre ces objectifs, c’est-à-dire pour matérialiser la grande proximité culturelle que connurent ces deux pays, ce sont trois cents objets qui sont rassemblés et proposés au public, objets utilitaires ou décoratifs ou œuvres d’art, dont les deux tiers sont issus du musée de l’Ermitage. Le musée de l’armée participe avec enthousiasme à cette exposition et l’accueille dans ce lieu hors du commun qu’est l’église du Dôme. Confiant dans le professionnalisme des responsables de l’opération et des différents acteurs, la direction du musée de l’Armée s’est engagée avec détermination dans cette réalisation, souhaitant que celle-ci soit le prélude à d’autres collaborations avec les musées russes participants.

Au sein de l’équipe pluridisciplinaire en charge du projet conçu et réalisé dans des délais extraordinairement courts, il convient de citer Natalia Zolotova, commissaire de l’exposition, secondée côté français par Christine Helfrich et Gérard-Jean Chaduc, et l’architecte-scénographe Sergeï Mironenko qui a su, avec beaucoup de talent, tirer un parti intéressant des lieux choisis aussi imposants que contraignants.

Cette exposition trouve naturellement sa place au sein d’une politique culturelle du musée de l’Armée constituée pour l’essentiel d’expositions temporaires, de colloques, et d’une saison musicale. La valeur d’un musée se mesurant certes à l’intérêt de son fonds et à la pertinence de sa présentation, objet au musée de l’Armée d’un vaste chantier de modernisation, mais aussi à sa capacité de rayonnement, nul doute que cette manifestation franco-russe y participe grandement. Que tous les acteurs en soient ici chaleureusement remerciés.

Général Bernard Devaux (2S), Directeur du Musée de l’Armée

© mercredi 21 mai 2003, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.