Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2003 > Films russes

Films russes

du 31 octobre au 5 novembre 2003 au sein du département cinéma de l’espace Pierre Cardin situé 1-3 Avenue Gabriel, Paris 8ème.

Une douzaine de films inédits seront projetés dans la grande salle de cinéma de l’Espace Pierre Cardin. La soirée d’inauguration du 31 octobre sera placée sous la présidence d’honneur du célèbre réalisateur russe Vadim Abdrachitov (dont le film « Play for a passenger » a obtenu l’Ours d’argent au Festival du Film de Berlin en 1995). Divers débats, rencontres et animations événementielles seront offertes au public.

FILMS :

- 1. PERE ET FILS
2003, Russie-Allemagne-Italie-Pays Bas, 100 min., en couleurs

Scénario de Serguéï Potépalov, réalisation d’Alexandre Sokourov, caméra d’Alexéï Bourov, décors de Natalia Kotcherguina, musique d’André Siglé, acteurs : André Chtchetinine, André Néïmichev, Alexandre Razbach, Fiodr Lavrov, Marina Zassoukhina. Producteurs - Tomas Koufous, Igor Kalénov, production de Nikola-film (Russie), Zéro Film GMBh (Allemagne), Lumen Films (France), Isabelle Films (Pays Bas), Mikado Films (Italie)

Le fils grandit sans mère. Entouré de l’amour paternel, il a une enfance heureuse. A l’adolescence, il éprouve le besoin de naviguer dans cette mer bouillonnante qu’est la vie. Embrouillé dans les relations avec son père dont le passé le fascine, abandonné par sa copine, le fils est désorienté. Le père comprend la nécessité de quitter la ville, peut-être, trouver une autre femme et laisser son fils seul pour qu’il puisse faire sa vie lui-même. Peut-être, un jour, le fils et le père pourront se retrouver.

Alexandre Sokourov, réalisateur de films et de documentaires, scénariste, est né le 14 juin 1951 dans le village Podovikha de la région d’Irkoutsk. Il fait ses études à la faculté historique de L’Université d’Etat de Gorki. En 1979 il obtient le diplôme de réalisateur à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie (atelier d’A. Zgouridi). A partir du 1982 il vit et travaille à Saint-Petersbourg. Il est lauréat des Festivals nationaux et internationaux, lauréat du Prix National, du Prix International du Pape « Troisième millénaire », du Prix FIPRESSI, du Prix « NIKA », Victoire de Samothrace en russe, (« César » russe) pour son film « La danse », du Prix Tarkovski. En 1995 L’Académie Européenne du Cinéma a inclut le nom d’Alexandre Sokourov dans la liste des meilleurs réalisateurs.

FILMOGRAPHIE CHOISIE :
1978 « La voix solitaire d’un homme »
1983 « Une triste indifférence »
1988 - « Le jour de l’éclipse »
1989 « Sauve et protège »
1990 « Le deuxième cercle »
1992 « La pierre »
1993 « La pages blanche »
1997- « Mère et fils »
1999 - « Molokh »
2000 - « Taureau »
2002 - « L’arche russe »
2003 - « Père et fils »

- 2. « CASUS BELLI »
2003, Russie, 125 min, en couleurs

Scénario d’Ivan Kiassachvili, réalisation d’Igor Ougolnikov, caméra de Gjegoch Guedjerski, décors d’André Plotski, musique d’Alexandre Zatsepine, acteurs : Inna Tchourikova, Alexei Petrenko, Vitali Solomine, Alexandre Mikhaïlov, Barbara Brilska, Eve Chikoulska, Roman Klossovski, Kchichtof Krichnovski... Producteurs - Alexandre Mikhaïlov, Igor Ougolnikov. Production du Studio « 12A » avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération de la Russie, « Ougol ».

Comédie d’aventures d’après le roman d’André Tchernikh « la Physiologie de la maturité féminine ». Après plusieurs années de vie conjugale, le général de l’armée commence à soupçonner que sa femme le trompe. Pour avoir « un prétexte formel de déclaration de guerre » (casus belli en latin), le mari a recourt aux services
d’un détective privé en estimant qu’une femme qui ressemble à son épouse effectuera cette enquête de la meilleure façon...

Igor Ougolnikov, né en 1962, obtient son diplôme d’acteur et de metteur en scène à GITIS, l’Institut National Théâtral de Moscou. Il joue dans le théâtre « Sud-ouest » et dans le Théâtre dramatique de Moscou Gogol. Il est acteur du Théâtre Académique National Tchekhov, à partir de 1999 - vice-président de la Fondation russe de la Culture, à partir de 2002 - directeur artistique de la Maison des cinéastes. Il travaille à la télévision d’auteur. A partir du 1992, il est auteur et animateur de l’émission télé « OBA -NA », à partir du 1996 - réalisateur de l’émission « Docteur « OUGOL » ». Igor Ougolnikov est lauréat du Prix « Ovation » (1992) pour la meilleure émission « Ougol- show ».
« Casus belli » est son premier long métrage.

- 3. MAMIE
2003, Russie -France, 97 min, en couleurs, Dolby Digital

Scénario de Lidïa Bobrova, réalisation de Lidïa Bobrova, caméra de Valéri Révitch, décors de Pavel Novikov, son de Maxime Bélovolov, acteurs : Nina Choubina, Olga Onichtchenko, Anna Ovsiannikova, Vladimir Koulakov, Serguéï Anoufriév.
Producteur - André Zertsalov, co-producteur - Jean Bréa. Production de « Lenfilm », du Ministère de la Culture de la Fédération de la Russie avec la participation de la « 3B Production » et du Centre national, CNC (France)

« Notre mamie », les petits-enfants appelaient ainsi leur grand-mère qui était pour eux la personne la plus importante car leurs parents, employés du chemin de fer, étaient toujours en déplacement. Les années passées, les petits - enfants ont grandi et ont maintenant leurs propres familles. La mamie a vendu sa maison à la campagne et a déménagé à la ville pour vivre avec sa fille Véra et son beau-fils dans leur appartement. Sa fille Véra est décédée. Son beau-fils commence à refaire sa vie et refuse la présence de sa belle-mère dans son appartement. La nièce de la mamie, célèbre journaliste, vient de la capitale et essaie d’installer la mamie chez ses petits-enfants qui l’aimaient tellement autrefois et qui habitent maintenant dans des endroits différents...

Lidia Bobrova, née à Transbaïkalsk en région Tchitinski, étudie l’histoire à LGU, l’Université d’Etat de Leningrad(1975). En 1983 elle obtient son diplôme de scénariste à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie, (atelier d’E. Gabrilovitch, L.Goloubkina, N. Fokine, C.Lounguina). Elle se parfait pendant deux ans en stage à la Maison de production « Lenfilm ». En 1989 elle obtient son diplôme de réalisateur à VKSR (atelier de V. Grammatikov). Elle est lauréate du Prix National de la Fédération de la Russie en 1988 pour son film « Dans ce pays... ».

Filmographie :
1989- « L’âge de la croissance » (court métrage, travail da la fin d’année universitaire)
1991 - « Oh, vous, les oies... »
1997 - « Dans ce pays »
2003 - « Mamie »

- 4. CARMEN
2003, Russie, 113 min, en couleurs, Dolby Digital.

Scénario d’Youri Korotkov, réalisation d’ Alexandre Khvan, caméra d’Igor Kojevnikov, décors de Vladimir Kartachov, musique de Guennadi Gladkov, son de Gleb Kravetski, acteurs : Igor Petrenko, Olga Philippova, Iaroslav Boïko, Ramil Sabitov, Alexandre Cheïn, Alexeï Gorbounov, Vasili Sédikh, Tamara Sovtchi. Producteur - Sergueï Tchliants, production de « Pygmalion » avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération de la Russie.

Lui - policier exemplaire, honnête et ponctuel, qui attend une promotion. Elle - prisonnière qui purge sa peine en travaillant dans une fabrique de tabac. Tout le monde l’appelle Carmen, mais personne ne connaît son vrai nom. Elle est absolument libre et lui, il est prêt à tout pour elle. « Carmen » n’est pas une histoire d’amour, c’est, plutôt, encore une interprétation du sujet éternel - « l’homme et la femme ».

Alexandre Khvan, né à Tcheboksari, obtient son diplôme de réalisateur à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie (1980, atelier de L.A. Koulidjanov et de L.M. Lionozova). Depuis 1981, en débutant comme assistant chez le réalisateur Tatiana Lionozova (« Carnaval ») et comme scénariste, Alexandre Khvan travaille dans le cinéma.
Son premier long métrage « Duba - Duba » est devenu l’événement de l’année 1992 et a obtenu de nombreux Prix aux Festivals nationaux.

FILMOGRAPHIE :
1980 - « Le lacet » (diplôme)
1998 - « Le maître » (nouvelle cinématographique diffusée dans l’émission télé « Dominus »)
1992 - « Duba - Duba »
1995 - « La marche nuptiale » (nouvelle cinématographique dans l’émission « L’arrivée du train »)
1998 - « Cochonnerie bonne, cochonnerie mauvaise... »
1999 - « Mourir, c’est facile »
2000 - « La sorcière » (nouvelle cinématographique dans la série télévisée « La chambre noire »)
2003 - « Carmen »

- 5. BOUMÈRE*
2003, Russie, 110 min, en couleurs

* « Boumère » - BMW en argo.

Scénario de Dénice Rodimine, Piotr Bouslov, réalisation de Piotr Bouslov, caméra de Daniil Gourévitch, saund track de Sergueï Chnourov (Chnour), acteurs : Maxime Konovalov, Cerguéï Gorobtchenko, Vladimir Vdovitchenko, André Merzlikine, Ludmila Poliakova, Iana Chivkova, Anastasïa Sapojnikova. Producteurs - Gergueï Tchiliants, Sergueï Sélianov, production de « Pygmalion Production », de la Companie STV.

La nuit, dans les rues de Moscou, lors d’une poursuite, une BMW noire passe à grande vitesse. Les événements fatals avec les disputes et les fusillades ont mis hors-la-loi les quatre amis. Personne ne voulait tuer. Personne ne voulait mourir. Mais ils sont obligés de suivre ce chemin jusqu’à la fin. Et un jour, leur « Boumère » fidèle, devenu pour eux une sorte de maison, va se refroidir dans une forêt pleine de neige.

Piotr Bouslov, né à Khabarovsk, est étudiant en quatrième année à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie. Il commence en atelier de K. Chakhnazarov, après il travaille sous la direction de V. Abdrachitov. En deuxième année de ses études, il réalise en collaboration avec le cameraman Daniil Gourévitch son premier film « Le travail difficile des vieilles Moires ». Il joue le rôle principal dans le film d’Ilia Khotenko « L’Odyssée. L’année 1989 ».

FILMOGRAPHIE :
2003 - « Boumère »

- 6. LES TEMPÊTES MAGNÉTIQUES
2003, Russie, 93 min, en couleurs, Dolbi Digital

Scénario d’Alexandre Minadzé, réalisation de Vadim Abdrachitov, caméra d’Iouri Chaïgardanov, décors de Vladimir Iermakov, musique de Victor Lébédév, son d’Ievguéni Pozdniakov, acteurs : Maxime Avérine, Victorïa Tolstoganova, Lubava Aristarkhova, Borice Chouvalov, Rouchana Zïaphidinova, Serguéï Pokrovski, Iouri Pavlov, André Makarov, Stanislav Strelkov, Alexandre Nazarov, Dénice Chtcherbakov. Producteur - Alexandre Potiomkine. Production de « Arc-film » (« Mosfilm ») avec le soutient du Ministère de la Culture de la Fédération de la Russie.

Mélodrame. En province, très loin de Moscou, une ville moderne avec une grande usine métallurgique. Dans les bureaux de l’usine les supérieurs partagent des biens. Dans les ateliers les ouvriers se bagarrent entre eux. Valéra est au centre de ces événements. Après chaque bagarre il perd quelque chose d’important : il est viré de son appartement, sa femme et son ami l’ont quitté... Pendant une bagarre il est sauvé par Marina. Finalement l’esprit guerrier qui règne à l’usine cède la place à la paix et Valéra, après avoir perdu tout, mais après avoir trouvé l’amour, tente de recommencer une nouvelle vie...

Vadim Abdrachitov, né en 1945 à Kharkov, diplômé de l’Institut des technologies chimiques (1967), obtient son diplôme de réalisateur à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie (1974), il est disciple de Mikhaïl Romm et de Lève Koulidjianov. A partir du 1974 il est réalisateur à « Mosfilm ». Depuis de 1990 Vadim Abdrachitov dirige le studio « Arc-film » (« Mosfilm »). Il est professeur à VGIK, directeur artistique de l’atelier du cinéma de jeu. Vadim Abdrachitov a reçu le titre officiel de la Fédération de la Russie du maître reconnue dans les arts, il est lauréat du Prix national de la Fédération de la Russie « Frères Vassilièv » (1984) pour son film « Le train s’est arrêté », du Prix National de l’URSS (1988) pour son film « Le serviteur ». Il est lauréat des festivals nationaux et internationaux.

FILMOGRAPHIE :
1974 - « Arrêtez Potapov » (diplôme, court métrage)
1976 - « Parole à la défense »
1978 - « Le virage »
1980 - « La chasse aux renards »
1982 - « Le train s’est arrêté »
1984 - « La parade des planètes »
1986 - « Plume boume ou un jeu dangereux »
1989 - « Le serviteur »
1991 - « Armavir »
1995 - « Une pièce pour un passager »
1997 - « L’époque du danseur »
2003 - « Les tempêtes magnétiques »

- 7. LA PROMENADE
2003, Russie, 90 min, en couleurs.

Scénario de Dounia Smirnova, réalisation d’Alexeï Outchitel, caméra d’Iouri Klémenko, de Pavel Kostomarov, décors d’Ievguéni Mitta, costumes d’Eléna Souproune, acteurs : Irina Pégova, Pavel Barchak, Ievgueni Tsiganov. Producteur - Alexeï Outchitel, production de ROCK.

Une histoire romantique contemporaine qui se déroule au centre de Saint-Petersbourg. Un jeune homme croise dans la rue une belle fille qui, en réalité, n’est pas aussi simple qu’il le pense au début. Dès que notre héros tombe amoureux de cette allumeuse, celle-là commence à proposer des avances à son ami.. Il faut remarquer que tout se passe très vite : seulement une heure et demie...

Alexeï Outchitel, né en 1951 à Léningrad, obtient en 1975 son diplôme de réalisateur à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie. A partir du 1975 il est réalisateur à la Maison de la production des films documentaires à Leningrad. A partir du 1992 Alexeï Outchitel dirige la Compagnie « ROCK ». Il est auteur des plusieurs courts métrages. Son documentaire « Les différents visages de la discothèque » (1981)a reçu le Prix du Komsomol. En 1996, Alexeï Outchitel reçoit le titre officiel de la Fédération de la Russie du maître reconnu dans les Arts, en 2002 celui de l’artiste reconnu.

FILMOGRAPHIE CHOISIE :
1975 - « Son nom est Novgorod » (documentaire)
1976 - « Son étoile » (documentaire)
1977 - « Cent mille Moi » (documentaire)
1978 - « La mise en marche. Portait d’un événement » (documentaire)
1980 - « Les différents visages de la discothèque » (documentaire)
1981 - « Qui est d’accord ? » (documentaire)
1982 - « La terre est confiée à toi » (documentaire)
1983 - « L’Action » (documentaire)
1984 - « La Victoire » (documentaire)
1985 - « Planète Natacha » (documentaire)
1987 - « La leçon ouverte » (documentaire)
1988 - « Rock » (documentaire)
1990 - « Le canal latéral » (documentaire)
1992 - « Le dernier héros » (documentaire)
1993 - « Brasse-papillon » (documentaire)
1994 - « Maestro » (documentaire)
1995 - « Mitki en Europe » (documentaire)
1995 - « La folie de Gisèle » (premier film)
1998 - « L’Elite » (documentaire)
2000 - « Journal intime de sa femme »
2003 - « La promenade »

- 8. « LE TRIO »
Russie, 2003, en couleurs, 102 min

Scénario d’Alexandre Mindadze, réalisation d’Alexandre Prochkine, caméra de Serguéï Astakhov, musique de Vladimir Martinov, acteurs : André Panine, Michaïl Poretchenkov, Marïa Zvonareva. Producteur - Roubène Dichdichian, production de « Téléfilm » avec la participation de « Central Partnerschip »

Dans la cabine d’un camion, on voit trois personnes : le chauffeur Alexéï, son remplaçant Nikolaï et Marina, prostituée rencontrée en route. Le moteur du camion commence à faire des soubresauts et l’équipée malchanceuse a recourt à l’aide des bonnes gens qui proposent de les accompagner jusqu’à un garage... .

Alexandre Prochkine, né en 1940 à Leningrad, fait ses études théâtrales à LGITMIK, l’Institut Théâtral et Cinématographique de Leningrad (1967) et débute comme acteur au Théâtre de la Comédie. En 1968 il obtient son diplôme de réalisateur de la télévision aux Cours Supérieurs de la Télévision et de la Radio de l’URSS. En 1968 - 1978, Alexandre Prochkine est réalisateur - chef de la Rédaction des émissions littéraires et dramatiques de la Télévision Nationale où il réalise 30 télé spectacles. A partir du 1987 Alexandre Prochkine est réalisateur à « Mosfilm ». Son film « L’été froid de l’année 53 » a reçu le Prix national de l’URSS et la Prix « NIKA », Victoire de Samothrace en russe, (« César » russe)

FILMOGRAPHIE :
1980 - « Le particulier »
1986 - « Mikhaïlo Lomonossov »
1988 - « L’été froid de l’année 53 »
1990 - « Nikolaï Vavilov »
1992 - « Voir Paris et mourir »
1993 - « Le voile noir »
2000 - « La révolte russe »
2003 - « Le trio »

- 9. PETERSBOURG
2003, 52 min, Russie.

Scénario d’Irina Evtéïéva, André Tchernikh, Iouri Kravtsov.Réalisation d’Irina Evtéïéva, caméra de Guenrikh Maradjian, musique de Guenndi Banchtchikov, producteurs : André Zertsalov, Viktor Serguéiév, production de « Leninfilm », acteurs : Svetlana Svirko, Alexandre Tcherednik, Sémien Strougatchiev.

Saint-Pétersbourg est une ville mythique, une ville-mirage, une ville-rêve. Chaque coin, chaque petite ruelle de cette ville font éveiller dans la mémoire les réminiscences littéraires. « Petersbourg » est une fantaisie visuelle dans laquelle les acteurs sont placés dans le contexte de l’animation. Les personnages voyagent dans le temps et dans l’espace cinématographique. C’est une mosaïque de cadres des films classiques, une anthologie de légendes de la ville de Pierre le Grand.

Irina Evtéïéva,née à Saint-Petersbourg, travaille actuellement dans sa ville natale. En 1980 elle termine ses études à la faculté cinématographique de l’Institut National de la Cinématographie de Leningrad (LGIK), en 1989 elle soutient sa thèse (de candidat) en cinématographie. Elle est chercheur à l’Institut de l’Histoire des Arts, professeur à la chaire de l’art cinématographique à l’Université d’Etat de Cinéma de Saint-Petersbourg (SPbGUK), réalisateur à la Maison de production « Lenfilm ».

FILMOGRAPHIE :
1991 - « Le cheval, le violon et un peu nerveusement »
1995 - « L’élixir »
2002 - « Clown »

- 10. LES VIEILLES

Scénario de Guénadi Sidorov, réalisation de Guénadi Sidorov, décors de Vladimir Iarine, son d’André Khoudiakov, acteurs : Valentina Bezroutskaïa, Galina Smirnova, Zoïa Norkina, Tamara Klimova, Bronislava Zakharova, Anastasïa Lubimova, Nina Kornilova et d’autres acteurs professionnels et amateurs,
producteur : Guénadi Sidorov, production de La Fondation régionale du soutien de l’art cinématographique avec le soutient du Ministère de la Culture de la Fédération de la Russie.

Tragi- comédie. Un village russe. Dans ce coin du monde, oublié par Dieu et par tout le monde, les vieilles vivent leur vie simple. Leur patrie est pauvre mais douce et belle, et ces femmes âgées aiment cette vie et vivent comme elles peuvent...

Guénadi Sidorov, acteur, producteur, réalisateur, est né le 02 juillet 1962 à Frounzé (actuellement Bichkek). En 1986 il obtient son diplôme d’acteur à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie (atelier de S.G. Guérassimov et de T. Makarova), en 1990 - le diplôme de réalisateur à VGIK (atelier de P. Todorovski). En 1986 il débute au cinéma comme acteur. A partir du 1995 Guénadi Sidorov est le Président de la direction de la Fondation régionale du soutien de l’art cinématographique.

Filmographie :
1990 - « La nuit »
2003 - « Les vieilles »

- 11. « Les 72 mètres »
Réalisation de Vladimir Khotinenko

Vladimir Khotinenko, réalisateur et producteur, est né le 20.01.1952 à Slavegorod de la région d’Altaï. Il obtient le diplôme d’architecte à l’Institut de l’Architecture à Sverdlovsk (1976), le diplôme de réalisateur à VKSR (1981, atelier de N.Mikhalkov). Dans les années 1969-70 il travaille comme l’architecte à l’usine de tracteur à Pavlodarsk. En 1978-82 il est metteur en scène à La Maison de production à Sverdlovsk, après réalisateur. Vladimir Khotinenko est le professeur à VGIK, l’Institut National de la Cinématographie, à partir du 1999 il dirige avec la participation de P.Fokine l’atelier du cinéma aux Cours Supérieurs des scénaristes et des réalisateurs. En 2001 Vladimir Khotinenko reçoit le titre officiel du maître reconnu dans les arts de la Fédération de la Russie.

- 12. « Cinéma pour cinéma »
Réalisation de Valéri Rubinchik

- 13. « Aimer une femme »
Réalisation de Stanislav Govorukhin

© mardi 7 octobre 2003, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.