Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Culture > Littérature russe > Grine Alexandre

Grine Alexandre

(1880 - 1932)

Écrivain russe, né à Slobodskoî (gouvernement de Viatka) le 11 août 1880, mort à Strayi Krym le 8 juillet 1932. Fils d’un comptable polonais, insurgé de 1863, déporté en Sibérie, il passa sa jeunesse à vagabonder à travers la Russie.

Plusieurs fois arrêté et exilé comme révolutionnaire, Grine commença à publier en 1906, mais ses oeuvres majeures appartiennent aux années 20 : Le Cœur du désert (Serdce pustyni, 1923), Les Voiles rouges (Alye parusa, 1923), celle qui court sur les vagues (1926).

Alexandre GRINE (Pseudonyme d’Alexandre Stepanovitch Grinevski)

Le monde de Grine est imaginaire, ses romans
tiennent des contes de fées et des légendes de Hoffmann ; il oppose à la
réalité cruelle sa généreuse fantaisie, à la laideur du quotidien soviétique
la beauté des images poétiques. Stigmatisé comme auteur bourgeois et réactionnaire,
il ne fût pas publier en URSS après 1929 quand on eut arrêté ses oeuvres
complètes, prévues en quinze volumes, au 8ème tome. Grine ne fût réhabilité
qu’après 1956. Ses oeuvres choisies parurent en 1965, sous la direction de
Vladimir Rossels, en six volumes tirés à 465 000 exemplaires. Pendant presque
quarante ans, cet excellent narrateur romantique, très éloigné de toute
plotique, a été frappé d’une interdiction parfaitement mystérieuse.

Les Voiles écarlates d’Alexandre Grine

Mise en scène Théâtre
Dromesko / Les Frères Forman

"Les Voiles Ecarlates" ou "Alie
parussa", une adaptation du roman d’Alexandre Grine (1880-1932), célèbre
écrivain romantique russe, est une histoire d’amour avec tavernes, navires et
prince charmant. Une dizaine de comédiens-musiciens tchèques et un couple
de... ragondins ( !) se partagent la vedette de ce conte pour petits et
grands où ponts, grand mât, scène tournante, tables de bar et castelets se
modifient en un tournemain. Un monde d’images bigarrées qui voit une fildefériste
aux cheveux rouges côtoyer un marabout chauve et des tables s’ouvrir sur des
mondes minutieux. Succession de tableaux féeriques tout en jeux d’ombres, de
voilages et de miroirs.

L’HISTOIRE

Après avoir navigué durant dix ans comme
matelot, Longren doit renoncer à la mer. De retour chez lui, après une longue
absence, il découvre que sa femme Mary est morte et qu’il a une petite fille de
huit mois, Assol. Mary est morte dans la misère, après avoir sollicité en
vain l’aide de l’égoîste cabaretier Menners. Longren va se consacrer à sa
fille qu’il aime tendrement, il vit de peu en fabriquant des jouets qu’il vend
à la ville voisine. Peu sociable de nature, il est devenu, après a mort de sa
femme, encore plus sauvage et renfermé. Un jour de tempête, alors qu’il est au
bord du rivage, il voit le riche Menners en danger de mort mais il ne fait pas
un geste pour le sauver. Menners finit par être repêché par un chalutier,
mais meurt très vite en maudissant Longren. L’isolement de Longren et de sa
fille devient alors total et Assol grandit sans amis. Un jour qu’elle va livrer
à la ville les jouets de son père, Assol s’amuse en chemin un petit yacht de
course miniature, dernière invention de son père. Ce minuscule vaisseau blanc
arbore des voiles écarlates. C’est alors qu’elle rencontre un homme qui se présente
à elle comme un magicien. Il lui prédit qu’un jour elle verra un bâteau avec
une voile rouge sur la mer, qu’un prince descendra de ce navire pour l’emmener
vivre avec lui... Grâce à la riche imagination, à la sagesse et à la
simplicité enchanteresse de cette narration, le conte Les Voiles écarlates,
caractérisé par Alexandre Grine comme une "féerie", représente un
texte idéal pour être adapté en une forme dépassant le cadre théâtral
traditionnel. De surcroît, c’est une histoire accessible aux enfants comme aux
adultes, bien que les uns et les autres voient sans doute ce spectacle sous des
angles différents. L’essentiel de la nouvelle de Grine consiste en une trame
riche et subtile d’impressions, d’idées et d’humeurs guidant le spectateur
fermement à travers les émotions et vers un aboutissement à la fois pressenti
et redouté. En créant ce spectacle, les deux équipes artistiques espèrent
traduire ce texte littéraire en un langage compréhensible d’image et d’action.

Depuis le succès de La Volière Dromesko, et de
La Baraque, Igor, fondateur du Théâtre Dromesko, et les frères Forman,
marionnettistes tchèques, sont devenus les compagnons réguliers d’aventures théâtrales.
Un théâtre nomade renouant avec l’esprit forain et le sens du merveilleux.
Leur dernier projet, Les Voiles Ecarlates, une adaptation du roman d’Alexandre
Grine, fait escale à Strasbourg. C’est une histoire d’amour avec tavernes,
navires et prince charmant. Une dizaine de comédiens-musiciens tchèques et un
couple de... ragondins ( !) se partagent la vedette de ce conte pour petits
et grands où ponts, grand mât, scène tournante, tables de bar et castelets se
modifient en un tournemain. Un monde d’images bigarrées qui voit une fildefériste
aux cheveux rouges côtoyer un marabout chauve et des tables s’ouvrir sur des
mondes minutieux. Succession de tableaux féeriques tout en jeux d’ombres, de
voilages et de miroirs. Une poésie enfantine avec ses musiques tziganes, ses
marionnettes, ses animaux et ses hommes. Un voyage sur lequel souffle un vent
d’est.

© lundi 10 décembre 2007

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document