Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2003 > "Guerre et Paix" d’après Léon Tolstoï - Adaptation scénique : Piotr (...)

"Guerre et Paix" d’après Léon Tolstoï - Adaptation scénique : Piotr Fomenko

spectacle en russe surtitré en français

Pendant six ans, de 1863 à 1869, Léon Tolstoï a écrit Guerre et Paix, sa grande épopée littéraire. Piotr Fomenko, immense figure du théâtre russe, a travaillé sur ce roman - en quatre volumes - un peu plus longtemps : 7 ans. C’est en 1994 qu’il propose aux jeunes comédiens de son atelier Guerre et Paix comme matériau de jeu. La première du spectacle a lieu en février 2001.

Ce spectacle d’exception a "cumulé" prix et récompenses dans le monde entier. À Moscou, en 2002, il a reçu le "Masque d’or" dans les catégories Meilleur spectacle, Meilleure mise en scène, Meilleur rôle féminin, Galina Tiounina.

Adaptation scénique Piotr Fomenko, Everett Dixon, Galina Pokrovskaya, Evgueni Kalintssev
scénographie Vladimir Maximov
chorégraphie Valentina Gourevitch
costumes Maria Danilova
lumière Alexeï Nenachev / son Dmitri Belobrov
traduction et surtitrage Macha Zonina, Rimma Guenkina

Avec Polina Agureeva, Lioudmila Arinina, Karen Badalov, Madlen Djabrailova, Boris Gorbatchev, Andreï Kazakov, Ksenia Koutepova, Oleg Lioubimov, Ilia Lioubimov, Tomas Mackus, Irina Pegova, Kirill Pirogov, Oleg Talisman, Galina Tiounina, Sergueï Yakoubenko, Roustem Touskaev.

Production : Théâtre-Atelier Piotr Fomenko, dans le cadre de la manifestation Moscou sur scène, Mois du théâtre contemporain russe à Paris.

Dates :

- Bourges du 19 au 21 novembre 2003
- Bordeaux du 24 au 26 novembre 2003

1805. Napoléon dirige (presque) toute l’Europe. Seules la farouche Angleterre et l’immense Russie semblent pouvoir lui faire face. Mais la situation n’est pas si limpide. Dans le salon d’Anna Scherer à Saint-Pétersbourg, les invités ne sont pas à l’unisson. Le vicomte de Mortemart, royaliste émigré de la France bonapartiste, fait le récit de « l’assassinat » du duc d’Enghien (fusillé le 21 mars 1804 suivant l’ordre de l’Empereur des Français qui le soupçonnait de fomenter un complot) et il réussit l’effet d’indignation qu’il voulait susciter. Sauf auprès de Pierre, revenu récemment de France, qui s’oppose vertement à cette vision. Ce personnage avec sa trop longue redingote grise, ses cheveux courts est le sosie improbable, excentrique, excentré même d’un Napoléon déjà transcendé par l’image du mythe. La dispute théorique est toutefois rapidement supplantée par les affaires de famille. L’épopée épique change d’épithète et devient familiale. La guerre reste l’arrière-plan marqué des scènes qui se déroulent.

Une carte-rideau représentant l’Europe ouvre et clôt chacun des trois actes de la pièce. Deux portraits inachevés (Napoléon et Alexandre Ier) sont disposés sur les deux piliers de part et d’autre du plateau. Et puis surtout il y a ce personnage, Andreï Bolkonski, bien décidé à partir en guerre pour une raison qu’il ignore ou qu’il ne peut exprimer. Il prétend que sa vie, auprès de sa piailleuse, pleurnicheuse mais si attachante femme, lui pèse et ne nourrit pas ses aspirations. Mais nous sommes loin des batailles. Moscou ne brûlera de mille feux qu’en 1812. Les tambours vrombissent, dans les plaines centrales du continent. Le tragique intérieur est au centre du jeu. La princesse Droubetskaïa, parente éloigné du milliardaire mais moribond comte Bézoukhov, déploie ton son art de la « diplomatie » pour obtenir quelque soutien pour son fils, Boris, que le front appelle. Elle n’aura rien. Tout l’héritage reviendra à Pierre, enfant illégitime fraîchement légitimé. Le temps est un moment à la fête. Mais lorsque Andreï se rend chez son père pour y laisser sa femme enceinte et lui exposer le futur plan de la campagne militaire, l’Histoire reprend le devant de la scène. « Le monde a basculé » constate Pierre. Andreï part à la guerre et n’en reviendra pas.

© vendredi 14 novembre 2003, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document