Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Iaroslavl



Iaroslavl

Iaroslav - Eglise de l'Epiphanie. 1684 - 1693laroslavl,
la plus ancienne des villes de la région de la Volga, a près de 1000 ans. En
l’an 1010 laroslavl le Sage fonda au confluent de la Volga et de la rivière
Kotorosl, dans le « Coin des Ours », une petite ville fortifiée. Selon la
légende le prince tua un ours avec une hache dans ce coin perdu. L’ours était
le totem de la population locale et par la suite il est entré dans le blason de
la province.
Le XVIIe siècle fut une période d’épanouissement pour laroslavl. C’est alors
que l’on construisit les ensembles architecturaux qui en font une des plus
belles villes de l’ancienne Russie, la plus riche en fresques et décors en
carreaux de faïence. Le panorama de la ville est magnifique en venant de
Moscou. Les murs blancs et les tours du monastère de la
Transfiguration-du-Sauveur (Spass-Préobrajenski) contrastent avec les coupoles
dorées de sa cathédrale du XVIe siècle. L’église de l’Epiphanie aux lignes
élancées et aux murs ornés de carreaux de faïence multicolores comme de
pierres précieuses retient tout particulièrement l’attention. Il reste encore
dans le monastère quelques édifices du XVIe en plus de la cathédrale : le
clocher à arcades qui a été remanié, la Porte-Sainte avec un beffroi et le
bâtiment du Réfectoire qui était utilisé pour les réceptions d’apparat
parce qu’il était le plus grand et le plus confortable. Au siècle suivant on
construisit les murs et les tours de l’enceinte et à l’intérieur, les
Appartements du Supérieur du monastère et les Cellules où habitaient les
moines.

Iroslav - Eglise de Saint-Nicolas-Roubleny. 1695A
côté du monastère on peut voir toute une série d’églises remarquables. Sur
la berge de la rivière Kotorosl. là où jadis s’élevait la demeure
princière, se dresse maintenant la monumentale église de l’Archange-Saint-Michel.
C’était la limite du kremlin et près du fossé, au-delà des remparts,
commençait le quartier du commerce où les habitants de la bourgade érigèrent
l’église du Sauveur « dans la ville ». Les fresques qui décorent ses murs sont
intéressantes par la variété des sujets historiques traités. Un peu plus
haut, toujours sur la rive, se dresse l’église de Saint-Nicolas-Roubleny dans
la ville fortifiée de murs en bois (en russe roubleny signifie coupé en
parlant d’un arbre) et c’est de là que vient le nom de cette église très
simple et presque dépourvue d’ornementation. Mais ses proportions sont très
bien choisies. Son petit clocher, s’élève, effilé, vers le ciel. Le
caractère lyrique de cet édifice se répète dans de nombreuses églises de la
région de laroslavl. Plus loin encore on voit une église consacrée, elle
aussi, à saint Nicolas. Il faut dire que laroslavl possède une dizaine
d’églises dédiées à ce saint : la ville vivait de la rivière et du commerce
et son patron était saint Nicolas. Elle fut construite en 1622, avant toutes
celles qui ont été mentionnées ci-dessus, par un très riche marchand,
Nadéï Svietiechnikov dont les commis voyageaient de Pskov à laroslavl et
d’Astrakhan à Mangazeïa. Par la suite l’église prit aussi son nom et devint
Saint-Nicolas-Nadeïn (c’est-à-dire de Nadeï). Son plan et la composition de
ses volumes servirent de modèle à beaucoup de constructions plus tardives. A
l’intérieur on peut voir des peintures magnifiques du célèbre peintre Lioubim
Aguéïev de Kostroma.

Iaroslav - Eglise de Saint-Jean-Chrysostome à Korovniki. 1649 - 1654L’église
de la Nativité avoisinante est également en forme de cube sur quatre piliers,
avec deux chapelles et une galerie. Elle fut bâtie par une famille de
négociants du nom de Gouriev dont une ville porte le nom sur la mer Caspienne.
Ils commerçaient avec Boukhara et Samarkand : ils transportèrent le soleil du
Sud, le vert émeraude et la turquoise vif des minarets dans la région de la
Volga du nord, sur les murs de l’église de la Nativité. Après la construction
de cette dernière les motifs en carreaux de faïence multicolore, jusqu’alors
inconnus, devinrent un des traits caractéristiques des églises de laroslavl.
La plus importante de toutes est celle du Prophète Élie. Elle se trouve sur la
place au centre de la ville et ferme la perspective des rues rayonnantes. Ses
façade ? décorées de carreaux de faïence sont magnifiques. Les peintures
anciennes qui couvrent ses murs et ses voûtes en font un musée d’une richesse
extrême. Ces fresques ont été exécutées par de grands peintres de laroslavl :
Gouri Nikitine et Sila Savine. Cinquante ans plus tard un artiste de laroslavl
lui aussi ornera de fresques le narthex de l’église. Et trois siècles n’ont
pas endommagé ces peintures admirables qui figurent parmi les trésors de la
ville.

Au
nord de laroslavl, au milieu de barrières branlantes et de ronces se dressent
les églises jumelées de Saint-Nicolas-Mokry et de Tikhvine. Les pyramides à
facettes qui surmontent leurs parvis, les corniches, les encadrements des
fenêtres et les trumeaux sont revêtus de céramique en couleur avec un luxe
surprenant même pour laroslavl. Mais cette église a des rivales.

Le matin et le soir. très haut au-dessus de la Volga la silhouette d’un
groupe de bâtiments anciens se détache sur le fond du ciel : deux églises, un
mur avec une porte et un clocher. C’est l’ensemble du quartier de Korovniki
construit en 1654 et qui à la fin du XVIIe siècle a été recouvert aussi de
riches motifs colorés qui ne cèdent en rien à ceux de Saint-Nicolas-Mokry.

De
l’autre côté de la rivière Kotorosl on voit encore un groupe d’églises.
Parmi elles se trouve la célèbre église de Toltchkovo. De loin il semble
qu’elle a trois coupoles et de près on a la surprise d’en compter quinze,
rassemblées en un « bouquet » original sur leurs tambours minces et hauts. Le
décor de l’édifice est très riche : c’est une combinaison rare de motifs en
brique, de céramique glacée et de peinture. Il y en a partout : sur les
embrasements des fenêtres, les volets, les portes, les frontons du parvis.

A gauche de Toltchkovo, sur la colline de Tougovo, on construisit une église
à une coupole dédiée à Paraskieva Piatnitsa à l’emplacement des tombes des
habitants de laroslavi morts pendant la guerre contre les Tatares. A sa droite
se découpe la silhouette admirable de l’église de Saint-Théodore avec ses
cinq coupoles. Derrière elle on aperçoit l’église de Saint-Nicolas-Penski et
on devine au loin les contours de Saint-Nicolas-des-Moulinets (en russe v
melenkakh
) avec ses grosses coupoles recouvertes d’écaillés. La plupart de
ces églises renferme des fresques. On peut en voir aussi dans la cathédrale de
la Présentation-de-la-Vierge au monastère de Tolgski qui date du XIVe siècle.
En fait la cathédrale est plus tardive, elle date du XVIIe comme les trois
autres bâtiments du monastère : l’énorme clocher, le Réfectoire et l’Hospice.
Il n’y a pas de constructions plus anciennes ici car elles n’ont pas résisté
au temps. Dans l’ancienne Russie les monastères étaient aussi des forteresses
et des « banques ». Leurs activités ne se limitaient pas seulement aux
hôpitaux et hospices pour vieillards et enfants abandonnés, mais aussi elles
comprenaient des écoles. Les moines tenaient des chroniques. Les archives des
monastères ont longtemps conservé pour nous l’histoire de notre patrie.

A la fin du XVIIIe siècle à Moscou on apporta au célèbre archéologue A.
Moussine-Pouchkine un lot de parchemins et de livres poussiéreux et couverts de
moisissures. En déchiffrant les lignes d’un parchemin du XVe siècle
Moussine-Pouchkine comprit qu’il avait devant lui une copie d’un récit encore
plus ancien : le copiste de l’époque d’Ivan le Terrible en comprenait déjà mal
la langue et l’avait remanié à sa façon. Il s’agissait du fameux manuscrit du
Dit de la Bataille d’Igor.

De nos jours la ville qui a donné à la Russie ce monument de sa
littérature ancienne se développe rapidement, mais le vieux centre demeure
inchangé : les urbanistes construisent les nouveaux quartiers de telle sorte
qu’ils ne bouchent pas la vue et permettent d’admirer les monuments historiques.







  Dans la même rubrique



  A la une !


Serguiev Possad : le monastère de la Trinité-Saint-Serge...

Les Matriochkas de Semenov...

Le drapeau russe...

Ivan Aleksandrovitch Gontcharov est né à Simbirsk le 18 juin 1812...

Iouri Andropov est né le 15 juin 1914...

Alexandre Sokourov est né le 14 juin 1951 à Podorvikha...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe


Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 01.84.19.39.44
Envoyez un mail !