Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > La Russie administrative > Oblats de la Fédération de Russie (46) > Samara > Le sommet européen au sujet de l’adhésion de la Russie à l’OMC

Le sommet européen au sujet de l’adhésion de la Russie à l’OMC

Le processus d’adhésion de la Russie à l’OMC, qui paraissait quasi-bouclé l’an dernier, continue de traîner en longueur et menace de venir s’ajouter aux autres contentieux qui l’opposeront à l’Union européenne lors de leur sommet prévu à Samara (Russie) les 17-18 mai 2007.

Les Européens ont adressé un coup de semonce à la Russie, prévenant par la voix du porte-parole du commissaire européen au Commerce Peter Mandelson, qu’ils ne soutiendraient "pas à n’importe quel prix" sa volonté d’entrer dans l’OMC avant fin 2007.

Une source européenne a ajouté que le contexte tendu entre les deux partenaires pourrait pousser certains Etats membres de l’UE à ne pas approuver, le moment venu, une recommandation de la Commission qui inviterait les 27 à donner leur feu vert à l’entrée de la Russie dans l’OMC.

Russes et Européens doivent se retrouver à Samara (sud), alors que le conflit entre la Russie et l’Estonie autour du déplacement d’un monument à la gloire de l’Armée rouge à Tallinn a atteint son apogée.

Il vient s’ajouter aux autres contentieux économiques qui les divisent déjà, au premier rang desquels les problèmes liés à la viande polonaise et à l’approvisionnement énergétique des pays européens.

L’avertissement de vendredi résonne pourtant comme un écho aux déclarations de M. Mandelson fin avril : il avait alors estimé que les relations UE-Russie avaient atteint "un niveau de méfiance et de malentendu jamais vu depuis la fin de la guerre froide", et regretté que la Russie se montre de moins en moins désireuse de boucler les dernières négociations nécessaires à son adhésion.

Mais pour Konstantin Kozlov, économiste au Centre de Recherche Economique et Financière, basé à Moscou, le retour dans la discussion du thème de l’OMC fait tout simplement partie du jeu de la négociation.

"Je ne sais pas si on peut dire que la tension est causée par (les négociations sur) l’OMC. J’ai l’impression que certains pays européens les utilisent pour résoudre leurs propres problèmes", souligne-t-il en évoquant le cas polonais.

Tous deux sont d’ailleurs d’avis que le recours à l’argument OMC n’est pas forcément très à propos alors que la bonne situation financière de la Russie rend son adhésion moins urgente aux yeux de beaucoup d’observateurs.

Certains responsables ne font d’ailleurs pas mystère de leur peu d’enthousiasme : "Nous avons vécu et nous nous sommes développés sans être membres de l’OMC et personne ne nous force à y rentrer", a récemment déclaré le vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov, également candidat pressenti à la succession de Vladimir Poutine en 2008.

Le ministre du Développement économique Guerman Gref continue pour sa part de pousser pour une adhésion avant fin 2007.
Pour M. Kozlov, une adhésion dès 2007 paraît fort peu probable alors que se profilent d’importantes échéances électorales : législatives à la fin de l’année et présidentielle en mars 2008.

Le président Vladimir Poutine aimerait avoir l’adhésion de la Russie à l’OMC a à son actif lorsqu’il quittera le pouvoir. Il s’est beaucoup investi politiquement à ce sujet.

© mercredi 2 mai 2007, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.