Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2006 > L’art russe se vend cher

L’art russe se vend cher

Il y a une extraordinaire croissance du marché de l’art russe cette année, après une année 2005 qui avait déjà connu un boom. Les nouveaux riches collectionneurs russes ont recréé le marché.

L’art russe devrait battre des records aux enchères !

Les maisons d’enchères anticipent des ventes record lors de la "semaine russe" qui s’ouvre lundi à Londres, en raison d’un boom extraordinaire de l’art russe cette année.

Sotheby’s a réuni plus de 460 lots pour sa vente qui devrait dépasser les 20 millions de livres (30 millions d’euros), selon les estimations. Depuis le début de l’année, le montant des ventes d’art russe a déjà franchi la barre des 60 millions de livres (88 millions d’euros) dans le réseau mondial de Sotheby’s, contre 56 millions (82 millions d’euros) en 2005. En cinq ans, ce chiffre d’affaires a été multiplié par 14. 75 à 80% des acheteurs sont des Russes.

Les nouveaux riches collectionneurs russes ont recréé le marché. Ils aiment le principe d’acheter aux enchères où ils doivent l’emporter face à d’autres personnes et ils aiment avoir l’impression de payer le prix juste :

- Le clou de la vente devrait être une paire de vases en porcelaine de 1830 offerts par le tsar Nicolas 1er à l’ambassadeur de France en Russie de l’époque, Casimir de Rochechouart, Duc de Montemart.
D’une hauteur de 75 cm et peints en trompe-l’oeil de malachite, ils sont mis à prix 1,8 million de livres (2,52 millions d’euros) . Mais deux vases similaires ont été vendu 2,8 millions de livres (3,5 millions d’euros) en mai.

- Les amateurs de Fabergé vont également être à la fête avec une collection de 90 objets rares.
Une tabatière ornée d’or et réhaussée de pierres précieuses, cadeau de l’empereur Nicolas II à un homme politique français, est mise à prix 500.000 livres (740.000 euros).

- Mais l’art contemporain intéresse également les nouveaux aficionados de l’art russe : une vingtaine de toiles d’artistes du 20e siècle font partie du catalogue.

Christie’s a également concocté un menu alléchant qui devrait générer près de 25 millions de livres (37 M euros) lors de ses ventes.
Comme sa concurrente, elle va offrir toiles et objets précieux, à commencer par une pendule Fabergé célébrant le 25e anniversaire de mariage d’Alexandre III et Maria Feodorovna, estimée entre 4 et 6 millions de livres (entre 6 et 8,8 M euros), et des porcelaines datant du tsar Nicolas 1er.

Pour profiter de l’engouement des collectionneurs, les maisons d’enchères mettent en vente tableaux et objets, avec une prédilection pour les collections Fabergé, mais aussi photographies, livres, cartes géographiques pourvu qu’il y ait du cyrillique.

Preuve de l’essor de l’art russe : MacDougall Auctions, une maison d’enchères spécialisée a été créée à Londres en 2005. Elle n’est pas en reste pour cette semaine artistique puisque son catalogue est estimé à 10 millions de livres (1,48 M euros).

Selon les experts, le marché n’a pas encore atteint son sommet en matière de prix. D’autant que des trésors cachés pendant des décennies apparaissent de plus en plus au grand jour.

© lundi 27 novembre 2006, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document