Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2006 > ’L’ironie du sort ou Bonne vapeur n°2’, 30 ans après ?

’L’ironie du sort ou Bonne vapeur n°2’, 30 ans après ?

1976 - 2006

’L’ironie du sort’ est un film épatant. Il est drôle et triste à la fois. Cette comédie est remplie d’ironie et de poésie dans le sens noble du terme. Elle est diffusée chaque année à la veille du réveillon. On n’arrive pas à s’imaginer ce que serait la France sans ’La grande vadrouille’, il en va de même pour la Russie avec ’L’ironie du sort’.

30 après, le jeune réalisateur Timur Bekmambetov (Saga Night Watch !) veut tourner la suite du célèbre film soviétique !

Devant l’énorme succès du film en URSS, en Russie et dans les pays étrangers, le long métrage de Riazanov ’L’ironie du sort ou Bonne vapeur’ s’est vu l’honneur d’une suite... 30 après !

Les acteurs Andrey Myagkov, Barbara Brylska, Alexander Shirvindt
vont se retrouver sur les plateaux de tournage de cette comédie aussi sympathique que brouillonne à Moscou en 2007. Ils ne se sont pas croisés devant une caméra depuis 1975.


Nadya et Jenia se sont mariés. Leur fils va passer à son tour la nuit d’un nouvel an plein de promesses !

Ironia sudbi ili slehkim parom (L’ironie du sort ou Bonne vapeur)

Un jeune moscovite, après s’être saoûlé dans un bain public avec ses amis, se retrouve envoyé à Saint-Pétersbourg où il va devoir passer la nuit du nouvel an...

Un film d’Eldar Riazanov !


- Réalisation : Eldar Ryazanov
- Scénario : Emil Braginsky, Eldar Ryazanov
- Photos : Vladimir Nakhabtsev
- Musique : Mikael Tariverdiyev
- Production : Studios Mosfilm
- Comédiens : Andrey Myagkov, Barbara Brylska, Yury Yakovlev, Alexander Shirvindt

URSS 1975

Comme tous les ans, des amis, hommes, sont allés aux bains la veille du nouvel an. Ils ont bu beaucoup, peut-être plus que d’habitude, puisque l’un d’eux, le très sérieux chirurgien Jenia, âgé d’une trentaine d’années, enterre sa vie de garçon. Ils ont tellement bu qu’ils reconduisent à l’aéroport non pas celui qui habite à Leningrad, mais le moscovite Jénia, tout endormi. A son arrivée à Leningrad, encore à moitié endormi, il monte dans un taxi qui le conduit à l’adresse indiquée. II se retrouve dans un appartement, à la même adresse, dans la même rue, mais dans la mauvaise ville. Il entre dans un immeuble puis dans un appartement en tout point pareils aux siens (c’est l’uniformité soviétique...) et croyant être chez lui se jette sur le lit. Quelques minutes plus tard entre la vraie propriétaire des lieux, qui attendait son fiancé peu sensible à l’humour de la situation. Ce malentendu va bousculer la vie de Nadya, qui habite cet appartement et par là-même, changer leurs destins. Et si cette rocambolesque rencontre éclairait les antagonistes sur leurs véritables sentiments et leur faisait découvrir le véritable amour ?

Une folle comédie sur une nuit tumultueuse, entre Leningrad et Moscou, d’un célibataire endurci. Un nouvel an plein de promesses !

© vendredi 29 décembre 2006, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.