Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Infos > Société > La Fondation de la France Libre rencontre des vétérans de guerre (...)

La Fondation de la France Libre rencontre des vétérans de guerre russes

Chaque année, après la cérémonie aux monuments aux morts, le 8 mai est l’occasion de se réunir autour d’un repas afin de favoriser les discussions amicales entre tous les anciens combattants.

Le président de la Fondation de la France Libre a rencontré des vétérans russes de la Seconde Guerre mondiale à Paris.

Le président de la Fondation de la France Libre a assisté devant l’Arc de Triomphe à la Cérémonie marquant le 65e anniversaire de la victoire contre l’Allemagne nazie dans la Grande guerre patriotique.

Quelques heures après, Georges Caïtucoli, vice-président et secrétaire général de la Fondation de la France Libre a rencontré un groupe de vétérans de guerre russes/CEI. Il leur a exprimé sa reconnaissance pour leur lutte contre l’invasion nazie.


M. Georges Caïtucoli a indiqué que de nombreux soldats et citoyens russes s’étaient sacrifiés pour la libération du peuple français et qu’il n’oublierait jamais les contributions de l’Armée rouge dans le succès de la Seconde Guerre mondiale.

Il a souligné qu’à travers la lutte conjointe dans la guerre contre le fascisme, les peuples français et russe avaient forgé une amitié profonde.

M. Georges Caïtucoli a noté que cette amitié avait construit de solides liens pour le développement du partenariat stratégique franco-russe et qu’elle assurait également la perpétuation des liens amicaux entre les deux nations de génération en génération. Il a appelé les deux peuples à chérir cette paix durement acquise.

La trentaine de convives passe à table. M. Georges Caïtucoli porte alors un toast à la Grande Victoire. Puis, spontanément, l’ensemble des convives porte un toast à l’amitié franco-russe.

Le repas commence : les vétérans ont bon appétit. La délégation russe fait honneur au vin rouge (un Bordeaux). Le repas se passe dans la bonne humeur et chacun discute aux quatre coins de la table.
Après le café, les trois vétérans dédicacent ouvrages et autres documents.

Le repas se termine par une petite coupe de champagne. Les vétérans chantent des chansons soviétiques de leur époque.

Ainsi s’achève cette formidable journée. Il est temps pour les vétérans de prendre un peu de repos. Avec regrets, nous prenons congé de toutes et tous.

De la France Libre à la France Combattante

Le 18 juin 1940, le général de Gaulle lance son appel historique. Consituée d’abord militairement, la France Libre acquiert bientôt une assise territoriale, grâce au ralliement de territoires de l’Empire, et des institutions politiques, qui permettent à son chef d’être reconnu comme l’incarnation de la France combattante.


Le 18 juin 1940 fait désormais partie du patrimoine national. Son évocation déconsidère au point de l’annihiler le message et l’image même du maréchal Pétain dans les films documentaires sur la période. Il est, dans tous les manuels d’histoire, le repère de l’honneur, du courage et de l’espérance. Il est inscrit dans les mémoires françaises comme une des plus grandes dates d’un grand passé.

"La flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas". Ainsi s’exprime le général de Gaulle dans son appel du 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC. Revenant à la charge le lendemain 19 juin sur les mêmes antennes, il ajoute : "Tout Français qui porte encore des armes a le devoir absolu de continuer la résistance".

Lorsque le 18 juin 1940, le général De Gaulle décide de continuer la guerre au nom de la France à partir du territoire anglais, un écueil le guette lui et le mouvement qu’il s’apprête à mettre en place : devenir le chef d’une force d’appoint française vouée à ne jamais s’affirmer politiquement.
Le déclenchement de l’opération Barbarossa des 21 et 22 juin 1941 contre l’Union soviétique présage pour le général de Gaulle du tournant décisif de la guerre malgré la défaite russe et la rapidité de l’avancée allemande.

Le 28 juin, Maïsky, ambassadeur russe à Londres, apprend de René Cassin et de Maurice Dejean l’offre de collaboration militaire entre les FFL et l’armée soviétique. Le 26 septembre 1941, le Gouvernement russe reconnaissait le Général comme chef de tous les Français libres et l’assurait de sa volonté de restaurer l’indépendance et la grandeur de la France.

Dans ses "Mémoires", le général de Gaulle présente ainsi les relations qu’il envisage d’entretenir avec la Russie de Staline : « Je ne doutais évidemment pas qu’une victoire à laquelle les Soviets auraient pris une part capitale pourrait, de leur fait, dresser ensuite d’autre périls devant le monde. On devait en tenir compte, tout en luttant à leurs côtés, c’est à dire vaincre. (...) D’autre part, la présence de la Russie dans le camp des Alliés, apportait à la France combattante, vis à vis des Anglos-Saxons, un éléments d’équilibre dont je comptais bien me servir ». C’est le partisan de l’Alliance franco russe de 1935 qui parle, l’homme qui avait répondu à Léon Blum au moment de la non-intervention dans la guerre espagnole.

De cette vision du problème découle la relation particulière entre le Général et Bogomolov, ancien ambassadeur russe à Vichy devenu ambassadeur à Londres. A partir du 25 novembre 1941, la France Libre envisage l’envoi de troupes sur le front de l’Est. Mais l’état major britannique s’y oppose et la participation française à la guerre soviétique se limite à la création du régiment aérien Normandie Niemen.

Le 20 janvier 1942, sur les ondes de la BBC, le général de Gaulle rend un vibrant hommage aux alliés russes et célèbre l’échec de l’offensive allemande devant Moscou et Leningrad. Cet éloge de l’héroïsme russe porteur d’un immense espoir pour les Français libres, figure comme un des moments forts d’une amitié franco-russe en guerre. « La France qui souffre est avec la Russie qui souffre. La France qui combat est avec la Russie qui combat. La France, sombrée au désespoir, est avec la Russie qui sut remonter des ténèbres de l’abîme jusqu’au soleil de la grandeur . »

Les relations de la France Libre avec la Russie se renforcent au fur et à mesure que les succès de l’Armée Rouge s’affirment.

Au cours de son voyage à Londres, en mai 1942, le ministre soviétique des Affaires étrangères, Molotov, déclare au Général de Gaulle, après l’avoir reconnu « représentant de la vraie France », que l’URSS désire avoir avec la France « une alliance indépendante » de la Grande Bretagne et des Etats Unis. C’est là un objectif de grande importance pour la France Libre. En effet, elle a l’occasion de dépasser le stade des relations bilatérales avec l’Angleterre et de se préparer à un rôle médiateur, qui pourrait s’avérer plus tard nécessaire. D’ailleurs le gouvernement anglais sent les risques d’une telle situation et exerce des pressions pour limiter les accords possibles entre De Gaulle et Staline. Il est vrai qu’à partir de l’entrée en guerre des Etats Unis, l’Union soviétique elle-même privilégiera ses possibilités d’entente avec Roosevelt qui ne porte pas De Gaulle dans son coeur, sur l’alliance franco russe.

La politique de la France Libre vis à vis de l’Union soviétique, fidèle à l’esprit de la traditionnelle alliance franco russe, permet au général De Gaulle de s’assurer la loyauté de la partie communiste de la Résistance à l’intérieur, et l’appui russe en cas de négociation au moment du rétablissement de la souveraineté française. C’est-à-dire, l’unité nationale et une alliance continentale.

Fondation de la France Libre
59 rue Vergniaud
75013 Paris
France
La Fondation est ouverte du mardi au vendredi de 8h30 à 12h00 et 13h30 à 17h30.

© samedi 8 mai 2010, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.