Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Voyage en Russie
Accueil > Voyage en Russie > La citadelle, vieille ville et forteresse de Derbent



La citadelle, vieille ville et forteresse de Derbent




La citadelle, la vieille ville et la forteresse de Derbent faisaient partie du limes nord de l’Empire perse sassanide, qui s’étendait à l’est et à l’ouest de la mer Caspienne.

Daghestan, Caucase oriental, côte occidentale de la mer Caspienne

Les fortifications en pierre comportaient deux murailles parallèles formant une barrière du front de mer jusqu’à la montagne. La ville de Derbent s’élevait entre ces deux murailles, et elle a en partie conservé son tissu médiéval. Le site demeura d’une grande importance stratégique jusqu’au XIXe siècle.

Le site de la vieille ville de Derbent a joué un rôle crucial pour le contrôle du passage nord-sud à l’ouest de la mer Caspienne depuis le premier millénaire avant J.-C.

Les structures défensives construites par les Sassanides au Ve siècle après J.-C. ont été continuellement utilisées par les gouvernements perses, arabes, mongols et timurides qui leur ont succédé pendant quelque quinze siècles.

La vieille ville de Derbent et ses structures défensives constituent la partie la plus importante des systèmes de défense stratégique conçus et construits sous l’empire sassanide le long de son limes nord, et maintenus jusqu’à l’occupation russe au XIXe siècle.

Dumas à Derbent "Caucase Chapitre" XVIII

Nous partîmes au point du jour : le temps était redevenu superbe. La neige et la gelée avaient disparu, et l’on nous prévenait que nous rencontrerions l’été sur la route de Derbend.
...
A Karabadakent, nous nous arrêtâmes pour déjeuner. La tarantasse était bourrée de provisions. Moynet fit trois dessins. Nous étions dans le pays du pittoresque : il eût fallu s’arrêter à chaque pas ; il eût fallu tout prendre.
A Bouinaky, nous retrouvâmes nos voitures et le domestique du prince. Je restai avec Bagration dans sa tarantasse ; Moynet et Kalino s’installèrent dans la mienne ; en cinq minutes, les chevaux furent attelés ; on partit.
A deux cents pas de l’aoul, nous fîmes lever une compagnie de perdrix qui alla se remettre à cinquante pas de l’endroit où elle avait pris son vol.
Nous arrêtâmes les tarantass et nous nous mîmes à leur poursuite.
J’en tuai une. La bande s’enleva par-dessus une petite colline qui nous interceptait la vue. Je la suivis.
En arrivant au sommet de la colline, j’oubliai mes perdrix : j’étais en face de la mer Caspienne. Elle était d’un bleu saphir, pas une ride ne courait à sa surface ; seulement, comme le steppe dont elle semblait la continuation, c’était le désert.

Rien n’était plus majestueusement triste que cette mer d’Hyrcanie, comme l’appelaient les Anciens, mer presque fabuleuse avant Hérodote, dont Hérodote le premier fixa l’étendue et les limites, et qui n’est pas beaucoup plus connue aujourd’hui que du temps d’Hérodote.

Mer mystérieuse qui reçoit tous les fleuves du Nord, de l’Occident, du Sud ; qui, de l’Est, ne reçoit que du sable ; qui engloutit tout, ne rejette rien, s’écoule sans qu’on sache par quelle route souterraine se perd son eau ; qui se comble peu à peu et qui finira, un jour, par être un grand lac de sable, ou, tout au moins un de ces marais salés comme nous en avions rencontré dans les steppes kirghis et nogaïs.

Au reste, par la disposition du sol, par le tracé de la route, il était évident que nous n’allions plus la perdre de vue jusqu’à Derbend. Nous descendîmes de notre colline, nous remontâmes dans nos tarantass, qui franchirent un dernier pli de terrain, et qui se retrouvèrent dans les steppes. Là disparaissaient ces montées impossibles, ces descentes folles auxquelles ne font pas même attention des hiemchiks du Caucase, et qu’ils montent et descendent au grand galop sans s’apercevoir qu’entre la montée et la descente passe un fleuve.

Il est vrai que, pendant six mois de l’année, le fleuve n’est pas chez lui ; mais il laisse, pour le représenter, ses cailloux, sur lesquels les voitures dansent avec des bondissements dont on n’a pas idée chez nous, mais qu’on doit prévoir lorsqu’on examine la construction des tarantasse.
C’est le symbole de la lutte de l’homme contre l’impossible.

...
Je ne saurais trop le dire et le redire à ceux qui feront le voyage que j’ai fait, et la recommandation s’étend à tous les peuples : d’Astrakan à Kislar, il faut tout emporter avec soi, et, de Kislar à Derbend, faire ses provisions, quand, par hasard, on passe dans une ville ou dans un aoul.

En Italie, on mange mal ; en Espagne, on mange peu ; mais, dans les steppes, on ne mange pas du tout.

Au reste, les Russes ne paraissent pas le moins du monde éprouver le besoin de manger, et, par les choses qu’ils mangent pour la plupart du temps, on voit que, chez eux, manger, non seulement n’est pas un art, mais n’est pas même une habitude ; pourvu que le somavar bouille, pourvu que le thé fume dans les verres, que ce soit le thé jaune de l’empereur de la Chine, ou le thé kalmouk du prince Tumaine, peu leur importe. Ils font ce que font les Arabes après avoir mangé une datte le matin et une datte le soir : ils serrent d’un cran la ceinture de leur kandjar, et, partis avec des corpulences ordinaires, ils arrivent à destination avec des tailles d’amoureux de vaudeville.
Mais avec le prince Bagration, qui avait habité la France, qui aimait la France et qui appréciait si bien ses produits végétaux et animaux, quadrupèdes et bipèdes, la disette n’était point à craindre.

J’en suis encore à me demander où il s’était procuré le pâté de foie gras que nous entamâmes à Karakent et que nous ne finîmes qu’à Derbend.
Car, enfin, à vol d’oiseau, nous étions bien à quelque chose comme douze cents lieues de Strasbourg.
Il est vrai que nous étions encore plus loin de la Chine et que nous prîmes d’excellent thé...

Nous étions levés au point du jour. Au point du jour, le village de Karakent, noyé dans le brouillard avec un premier plan chaudement éclairé, et les autres plans se dégradant au milieu d’un rayon rose, puis violet, et finissant par se perdre dans un lointain vaporeux et bleuâtre, présentait un si ravissant aspect, que Moynet en fit non seulement un dessin, mais encore une aquarelle.
Nous avions le temps, au reste ; Derbend n’était plus qu’à cinquante verstes de nous, et nous étions sûrs, sauf accident, d’y arriver dans la journée.

Vers les deux heures de l’après-midi, l’approche de Derbend, qui nous était caché par un mouvement de la montagne, nous fut signalée par la vue d’un cimetière tatar.
Toute une colline en amphithéâtre, d’une verste de haut, était hérissée de tombes tournées vers l’Orient et dominant la mer.

...C’était Derbend, en effet, c’est-à-dire une immense muraille pélasgique qui nous barrait le passage en s’étendant du haut de la montagne jusqu’à la mer.
Devant nous seulement une porte massive, appartenant, comme forme, à cette puissante architecture orientale destinée à braver les siècles, s’ouvrait et semblait aspirer à elle et avaler le chemin.
Près de cette porte s’élevait une fontaine qui paraissait bâtie par les Pélasges et à laquelle des femmes tatares, avec leurs longs voiles à carreaux de couleur vive, venaient puiser de l’eau.

Des hommes armés jusqu’aux dents étaient appuyés à la muraille, immobiles et graves comme des statues.
Ils ne parlaient pas entre eux, ils ne regardaient pas les femmes qui passaient devant eux : ils rêvaient.
De l’autre côté de la route, il y avait un de ces murs ruinés, comme il y en a toujours près des portes et des fontaines des villes d’Orient, et qui ont l’air d’être là pour l’effet. Dans l’intérieur du mur, là où avait sans doute été autrefois une maison, poussaient des arbres énormes, chênes et noyers.

Nous fîmes arrêter les voitures.
C’est si rare de trouver une ville qui réponde à l’idée qu’on s’est faite d’elle, d’après son nom, d’après sa naissance, d’après les événements qu’elle a vus s’accomplir !


Mais Derbend, c’était bien cela ; c’était bien la ville, non pas aux portes de fer mais la ville porte de fer elle-même ; c’était bien la grande muraille destinée à séparer l’Asie de l’Europe, et à arrêter contre son granit et son airain les invasions des Scythes, cette terreur du vieux monde, aux yeux duquel ils représentaient la barbarie vivante et dont le nom était emprunté au sifflement de leurs flèches.

Nous nous décidâmes enfin à entrer dans la ville.
C’était bien la ville frontière, la ville limite, la ville placée entre l’Europe et l’Asie et qui est à la fois européenne et asiatique.

Au haut, la mosquée, les bazars, les maisons à toit plat, les rampes escarpées conduisaient à la forteresse.
Au bas, les maisons à toit vert, les casernes, les drojkys, les charrettes.

Seulement fourmillait dans les rues le mélange des costumes persans, tatars, tcherkesses, arméniens, géorgiens.

La première chose qui nous frappa fut une petite baraque en terre ; elle était défendue par deux canons ; elle était entourée d’une chaîne, et, sur deux piliers de pierre, elle portait le double millésime 1722 et 1848, avec cette inscription :
- Pervoé at daknovenié velikavo petra
- ce qui signifie : « Le premier repos de Pierre le Grand. »
Ce fut en 1722 que Pierre visita Derbend ; ce fut en 1848 que l’on mit cette barrière autour de la cabane qu’il avait habitée.
Un troisième canon la défend du côté de la mer. Ces canons ont été amenés par le tzar ; ils avaient été fondus par lui à Voronèje sur le Don ; ils portent la date de 1715. Un des trois, celui qui est placé derrière la petite cabane est resté monté sur un affût du temps.
C’est encore une des stations de cet homme de génie consacrées par la reconnaissance des peuples. Les Russes ont cela d’admirable que cent cinquante ans écoulés depuis la mort de Pierre n’ont rien enlevé à la vénération qu’ils portent à sa mémoire.
Son désespoir était de trouver une mer, un littoral et pas de port.
Derbend n’a pas même de rade ; on aborde par un chenal de quinze pieds de large. Excepté dans cette ouverture, la mer brise partout sur des roches.
Souvent, quand elle est un peu grosse, les hommes sont obligés de se jeter à l’eau pour diriger leurs barques à travers cette étroite passe ; cette eau monte seulement jusqu’au-dessus de la ceinture.
Une espèce de jetée, que la mer inonde au moindre mouvement de ses vagues, s’étend à une cinquantaine de pas en mer. Elle sert à s’embarquer en dehors de cette ligne de brisants.

Le mur qui défend la ville du côté du midi s’étend le long de cette jetée, qu’il abandonne bientôt, la laissant se projeter seule dans la mer ; pour qu’il offre moins de résistance aux vagues, il est ouvert à la base comme par d’énormes meurtrières ; par ces meurtrières, l’eau, dans les gros temps, peut entrer et sortir ; nous ne parlons pas du flux et du reflux, la Caspienne n’ayant pas de marée.
Du rivage de la mer, on voit admirablement toute la ville qui s’étend en amphithéâtre ; c’est une cascade de maisons qui descend du haut de la première chaîne de collines jusqu’à la plage ; seulement, au fur et à mesure qu’elles descendent, elles s’européanisent.
Au haut de la ville, on est dans un aoul tatar.
Au bas de la ville, on est dans une caserne russe.
Vue de la plage, la ville présente l’aspect d’un carré long qui ressemble à un tapis déroulé fléchissant par le milieu ; du côté méridional, la muraille présente une espèce de renflement, comme si, la ville ayant fait un effort, l’enceinte avait cédé.

Partout où la muraille est restée intacte, on reconnaît la construction pélasgique ; aux endroits où elle s’est écroulée, elle a été rebâtie en pierre ordinaires et selon les règles de la maçonnerie moderne.

Cependant, je doute que les murailles remontent aux Pélasges ; si j’osais émettre une opinion en si délicate matière, je dirais que Khosrou le Grand, que nous appelons Chosroès, la fortifia, d’après les traditions pélasgiques, vers 562, dans ses guerres contre Justinien.
La porte du Sud serait une preuve, selon moi, à l’appui de cette opinion ; elle est surmontée du fameux lion persan que le fils de Kobad avait pris pour emblème, et qui, parmi toutes les différentes races de lions qu’ont inventées les sculpteurs, présente cette spécialité d’avoir la tête faite comme un grelot.

Au-dessous du lion est une inscription en vieux persan, que personne ne peut lire parmi les Persans modernes. Bagration m’a promis d’en faire prendre l’empreinte, et je lui ai promis, moi, de lui en faire faire une traduction par mon savant ami Saulcy.

La nuit seule nous fit rentrer dans notre maison ou plutôt dans notre palais. Et nous adressâmes nos prières à la nuit, pour qu’elle se fît rapide comme une nuit d’été.
Nous avions soif de Derbend, qui nous apparaissait avec la magie du crépuscule, et qui, bien certainement, devait être la chose la plus curieuse que nous eussions encore

Chapitre XIX Oline Nesterzof

Il faut répéter à chaque instant, et on ne le répétera jamais assez, que nul peuple ne comprend comme le peuple russe toutes les délicatesses de l’hospitalité.
Outre ses rues secondaires, Derbend, comme les églises latines, est coupée en croix par deux grandes artères, l’une longitudinale, l’autre transversale.
L’artère longitudinale va de la mer à la ville persane et tatare. Seulement, elle est forcée de s’arrêter au bazar, les difficultés du terrain l’empêchent de monter plus haut.
L’artère transversale va de la porte du Midi à la porte du Nord, ou, si l’on aime mieux cette seconde désignation, de la porte du Lion à la porte de la Fontaine.
Les deux côtés de la rue ascendante sont garnis de boutiques, presque toutes de chaudronniers et de forgerons ; au fond de chacune de ces boutiques est creusée une niche, et dans cette niche, avec l’immobile gravité qui caractérise son espèce, est perché un épervier.
Grâce à cet épervier, chaque jour de fête ou de repos, le forgeron ou le chaudronnier se donne, comme un grand seigneur, la satisfaction d’une chasse aux alouettes ou aux petits oiseaux.
Après avoir visité le bazar, nous gagnâmes la mosquée ; le moullah nous attendait pour nous la faire visiter ; je voulais, selon l’usage oriental, ôter mes bottes ; mais il ne le permit point : on se contenta de relever les tapis sacrés, et de nous faire marcher sur le carreau.
En sortant de la mosquée, une espèce de cippe funéraire frappa ma vue ; je demandai ce que c’était : il me semblait que cette colonne devait se rattacher à quelque légende.
Je ne me trompais pas, ou plutôt, je me trompais : ce n’était pas une légende, c’était une histoire.
Il y a à peu près cent trente ans, lorsque Derbend, ville persane, était sous la domination de Nadir-Schah, les habitants se révoltèrent contre un gouverneur très doux et très pacifique que le hasard leur avait donné et le chassèrent de leurs murs.
Nadir-Schah n’était pas homme à se laisser fermer, à lui, maître de l’Asie, la porte de l’Europe ; il envoya, pour remplacer le gouverneur pacifique, le plus féroce de ses favoris, en lui recommandant de reprendre la ville à quelque prix que ce fût, lui laissant le choix de la vengeance qu’il devait tirer des habitants.
Le nouveau khan s’achemina vers Derbend, força les portes et reprit la ville.
Le lendemain de sa rentrée en possession, le khan donna l’ordre à tous les fidèles de se rendre à la mosquée.
Les bons musulmans s’y rendirent ; les mauvais restèrent chez eux.
A chacun de ceux qui se rendirent à son ordre, le khan fit, à leur entrée dans la mosquée, arracher un oeil.
Quant à ceux qui étaient restés à la maison, on leur arracha les deux yeux.

Au lieu de monter au sommet de la montagne, Derbend, cette fois, descendait, à la mer sur une largeur d’un kilomètre et sur une longueur de trois. D’où nous étions, on n’apercevait que des toits de maisons coupés par des rues ; puis, dans la totalité de la ville, deux massifs de verdure seulement.
L’un était le jardin public.
L’autre, les platanes de la mosquée, à l’ombre desquels sont enterrés les yeux des habitants de Derbend.

Nous gravîmes encore une centaine de pieds, à peu près, pour sortir de la forteresse, et nous nous trouvâmes sur un plateau dominant d’un côté un immense ravin, de l’autre côté, formant, au contraire, la pente ascendante de la montagne.
De ce côté, les murailles de la citadelle sont criblées de balles ; bloquée en 1831 par Kasi-Moullah, elle résista, mais eut énormément à souffrir du voisinage d’une tour prise par les montagnards.
Aussi, la tour est-elle rasée aujourd’hui, pour que pareil accident ne se renouvelle pas.
Cette tour faisait partie du système de fortifications qui relie cette première citadelle à une seconde ; elle se rattachait, en outre, à cette fameuse muraille, rivale de celle de la Chine et qui, au dire de certains historiens, s’étendait de Derbend à Taman, traversait tout le Caucase, et séparait l’Europe de l’Asie.





Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40

  A la une !


L’Oiseau de Feu...
Du 23 au 29 décembre 2017, Paris

Exposition « Modigliani, Soutine et les autres légendes de Montparnasse »...
Du 25 novembre 2017 au 25 mars 2018, Musée Fabergé à Saint-Pétersbourg



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe


Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 01.84.19.39.44
Envoyez un mail !