Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2007 > Le Théâtre ’SOVREMENNIK’ à Paris

Le Théâtre ’SOVREMENNIK’ à Paris

A l’affiche du 14 au 15 septembre 2007

En 2007 le Théâtre ’SOVREMENNIK’ s’est produit au ’Théâtre de Paris’, qui chaque soir affichait ’complet’ avec une file d’attente de près de trois cent personnes ne pouvant acheter un billet.

LE THEATRE DE MOSCOU « SOVREMENNIK » : TOURNEE EN FRANCE

Après son succès considérable à Moscou, le Légendaire Théâtre de Moscou « SOVREMENNIK » s’est produit au ’Théâtre de Paris’, qui chaque soir affichait ’complet’ avec une file d’attente de près de trois cent personnes ne pouvant acheter un billet.

Cette année « SOVREMENNIK » présente un répertoire classique, constitué des 2 pièces d’Anton Tchekhov : « Les Trois Sœurs », avec une nouvelle mise en scène présentée en tournée pour la première fois en Europe, ainsi que « La Cerisaie », un spectacle qui a été joué plusieurs fois en tournées internationales, et même à Broadway où il a reçu le prix « Drama Desk Awards » (obtenu pour la première fois par un Théâtre étranger).

La première a eu lieu en présence de l’Ambassadeur de Russie. Le tout PARIS des médias et du show-biz avair été convié à cette soirée branchée notamment Marina Vladi, Katia Tchenko et Annie Girardot ...


Son histoire est unique. Le théâtre a vu le jour en 1956, l’année du xxe congrès du PCUS et du rapport Khrouchtchev. Dans une atmosphère de « dégel », les intellectuels russes aspiraient à la liberté et au dépassement de la censure omniprésente dans l’art. Le répertoire des théâtres ne comptait généralement que des pièces aseptisées avec des protagonistes schématiques et des conflits à la fin prévisible. Plusieurs années du système rigide du « réalisme soviétique » ont marqué la vie théâtrale allant jusqu’à « momifier » l’héritage de la tradition de Stanislavski.

Un mouvement de rejet de cette matière morte a réuni autour d’Oleg Efremov des jeunes diplômés de l’école-studio de MKHAT dont Galina Voltchek, Igor Kvacha, Lilia Tolmacheva et Evgueny Evstigneev pour prouver la vitalité du théâtre psychologique.

Presque clandestins, les premiers spectacles ont été joués dans une salle de cours de l’école-studio. Leur public enthousiaste, composé d’étudiants et d’intellectuels, a fortement soutenu l’idée de créer un jeune théâtre dont l’aspiration était une immersion dans le monde intérieur des personnages, dans la psychologie humaine.

Grâce à l’énergie de ses créateurs, Sovremennik est devenu la troupe préférée des jeunes et des intellectuels. Les représentations se donnaient à guichets fermés. Pour avoir des entrées, il fallait attendre plusieurs heures devant les caisses du théâtre. Mais le public était récompensé par des spectacles vivants et profonds.

Au début, le fonds du répertoire était composé de pièces spécialement écrites pour ce théâtre par les auteurs soviétiques qui lui étaient proches dans leur façon de penser (Victor Rosov, Alexandre Volodine, Evguéni Chvartz, Vassili Aksenov, etc.). Puis se sont ajoutés des auteurs occidentaux (Edward Albee, William Gibson).

À la fin des années 1960, les œuvres du répertoire classique font leur entrée : Tchekhov, Gorki, Gontcharov. Toutes les pièces n’obtenaient pas leur permis d’exploitation, la censure continuait à veiller : L’Incident à Vichy d’Arthur Miller et Le Silence des matelots d’Alexandre Galitch ont été interdits. Le dégel n’a pas été total et plutôt de courte durée.
l’année 1970 apporte une crise.

Une fracture apparaît au sein de la troupe. Oleg Efremov, fondateur du théâtre, quitte Sovremennik avec quelques-uns des premiers acteurs pour devenir directeur artistique du MKHAT. Le reste de la troupe refuse de fusionner et lutte pour sa survie. Au bout de deux ans de direction collégiale, époque difficile dans l’histoire du collectif, Galina Voltchek, l’une des fondatrices du théâtre, comédienne et metteuse en scène, est élue directeur artistique par l’assemblée générale du théâtre.

Et c’est donc ce théâtre, toujours dirigé par Galina Voltchek, qui vient présenter au Théâtre de Paris deux spectacles : Le Vertige et La Cerisaie.

Le Vertige

Il s’agit de Evguenia Ginzbourg et de son livre autobiographique dont le titre en russe « Un dur itinéraire » n’a pas été retenu pour la traduction française. E. Guinzbourg, née à Moscou en 1904, professeure d’histoire à l’université de Kazan, membre du secrétariat régional du Parti communiste de Tatarie, a été arrêtée en février 1937 et condamnée en août 1937 à dix ans de réclusion en cellule d’isolement pour ’activité trotskiste contre-révolutionnaire’. En 1939, sa condamnation a été commuée en dix ans de travaux forcés.

Envoyée au goulag, elle sera libérée en 1947. Le Vertige, qu’elle a commencé à écrire en 1967, raconte le calvaire des trois premières années en prison. Diffusé d’abord grâce au samizdat, le livre est officiellement publié en 1988.

Galina Voltchek a mis en scène ce spectacle en 1998, l’époque où l’Union soviétique n’existait plus, et de nombreuses études et analyses politiques et historiques ont vu le jour. Depuis, Le Vertige reste toujours à l’affiche et continue à faire salle comble.

Au milieu de l’affiche il y avait deux titres La Cerisaie et Le Vertige. D’ailleurs, ce fut la première troupe russe à jouer sur Broadway depuis la mémorable tournée du MKHAT, Thé âtre d’Art de Moscou de Constantin Stanislavski, en 1924.

La Cerisaie

La Cerisaie, pièce classique de Tchekhov, fait partie du répertoire du théâtre Sovremennik depuis 1997 dans cette mise en scène de Galina Voltchek.

Elle relate l’histoire de Lioubov Andréevna, qui rentre ruinée, après un séjour de plusieurs années à Paris, dans la propriété familiale, sa chère Cerisaie. Elle tente en vain de conserver ce bien familial et un art de vivre dépassé dans une Russie en plein mutation et à l’aube de la révolution.

’La Cerisaie’ et ’Le Vertige’
Théâtre de Paris
15, rue Blanche, 75009 Paris

© vendredi 14 septembre 2007, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document