Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Voyage en Russie > Moscou et les environs > Le Théâtre du Bolchoï au XXIème siècle

Le Théâtre du Bolchoï au XXIème siècle

OPÉRA :

Cette année le Bolchoï a préparé une première d’opéra qui a été
joué pour la dernière fois il y a 25 ans. Il s"agit de la
magnifique oeuvre du compositeur russe Dorgomijsky d’après le poème de
Pouchkine "Roussalka" !

Nous avons rencontré le célèbre basse moscovite M. Matorine lors de
sa présentation à Paris à l’occasion du "Millenium". Il
préparait le rôle dans "Roussalka" dont la première a
eu lieu en juin 2000 avec un grand succès ! Décidément le talent est
inépuisable en Russie !

BALLET :

La renaissance d’un chef d’œuvre de Marius Petipa
C’est au Bolchoï que Pierre Lacotte vient de présenter en première
mondiale son nouveau ballet "La fille du Pharaon",
relecture du ballet grandiose et spectaculaire de Marius Petipa, créé à
Saint Petersbourg en 1862. Avec Petipa lui-même dans le rôle de Lord
Wilson (Taor) à la création, ce spectacle, d’après "Le Roman de
la Momie
" de Théophile Gautier, eut un succès extraordinaire
pendant des années.

Ainsi, Mathilde Kschessinskaïa, dans le rôle titre (Aspiccia ), brillait non seulement par sa technique mais également à cause des diamants de Fabergé offerts par les Romanov.
Au Bolchoï, ce ballet fut monté en 1864, et même Anna Pavlova se déplaçait pour le danser. Puis, en 1905, Alexandre Gorski créa sa propre version beaucoup plus dramatique. Marina Semionova fut, en 1928, la dernière Aspiccia au théâtre Mariinski. Maintenant, seule interprète encore en vie, elle assistait aux premières répétitions de Pierre Lacotte au Bolchoï. Il l’appelle "mon porte bonheur". Mais à mes questions, elle répond aimablement qu’après 70 ans, elle a beaucoup oublié !

Pour
Pierre Lacotte, l’invitation du Bolchoï à remonter ce ballet lui
permettait de réaliser un vieux rêve. En effet, son professeur de danse
Lioubov Egorova lui avait raconté et montré de nombreux fragments de ce
spectacle où elle avait été une resplendissante Aspiccia. Mais il avait
également entendu Kschessinskaïa, Preobrajenskaïa et Spessivtseva qui
aimaient ce ballet, lui en parler. La recherche des éléments dispersés
de ce chef d’œuvre oublié (partition, chorégraphie, costumes, décors),
fut très longue et l’obligea à consulter non seulement des archives dans
différents pays mais à solliciter la mémoire directe ou transmise
d’anciens danseurs. C’est ainsi que grâce à Jean Babilée, qui l’avait
appris d’Alexandre Volinine, une variation originale de Gorski est
intégrée au nouveau ballet. Cependant, si la partition de Cesare Pugni a
pu être reconstituée, ce ne fut pas le cas pour la chorégraphie de
Petipa. Seules quatre variations originales figurent dans le nouveau
ballet en plus de celle de Gorski.
C’est donc pratiquement une nouvelle chorégraphie mais parfaitement
conçue dans l’esprit et le style de Petipa qui nous est proposée. A
l’origine, le spectacle durait quatre heures, trop long pour le public
actuel. Des coupures raisonnables le réduisent maintenant à un peu plus
de deux heures. Le décor et les costumes (plus de cinq cents) ont été
également conçus par Pierre Lacotte et merveilleusement réalisés par
le Bolchoï. Tout en gardant l’atmosphère de l’Egypte ancienne, il a su
recréer des costumes splendides beaucoup plus contemporains que les
originaux retrouvés sur les photos et les esquisses.
Après 6 mois de travail acharné de préparation à Paris et dix semaines
de répétition au Bolchoï, la nouvelle "fille du Pharaon"
(en trois actes et neuf tableaux) a remporté un vif succès auprès du
public moscovite. Malgré le style pompeux de certaines scènes avec des
défilés impressionnants, ce spectacle féerique et mystique se regarde
avec un immense intérêt et les trois actes passent comme dans un
souffle. Les danses des solistes et du corps de ballet sont magnifiques.

Trois
couples très différents assuraient les rôles principaux (Aspiccia et
Taor) des premières soirées : Nina Ananiaschvili au faîte de son art,
très à l’aise dans son rôle et Serge Filin merveilleux dans tout le
spectacle ; Nadia Gratcheva dégageant un lyrisme extraordinaire et Nicolas
Tsiskaridze très doué mais plus fantasque ; Svetlana Lougnkina, jeune
danseuse, gracieuse et montrant déjà d’extraordinaires possibilités et
Dimitri Belogolovtsev très sérieux et appliqué. Parmi les autres
interprètes, Maria Aleksandrova dans le rôle de Ramze, jeune ballerine
de grand talent, charmait par l’absolue pureté de son style.
Mais dans l’ensemble, les artistes russes habitués à des mouvements
amples et plus lents avaient parfois du mal à maîtriser la chorégraphie
de Lacotte caractérisée par de petits pas précis et rapides. Andreï
Ouvarov, grande étoile du Bolchoï, a même capitulé et refusé de
danser dans ce ballet.
En 2003, le Ballet du Bolchoï vient à Paris, et nous pourrons sans doute
voir "La fille du Pharaon".

© samedi 18 mars 2000, par Victor Ignatov

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.