Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2006 > Le cinéma russe commence à sortir de la crise

Le cinéma russe commence à sortir de la crise

Les productions nationales séduisent le public russe, comme ’Voina’ d’Alexei Balabanov, ’Kukuchka’ d’Alexander Rogozhkin, ’Le Conseiller d’État’, un grand succès 2005, ’Gambit turc’ de Djanik Faïziev, ’La Neuvième compagnie / 9 rota’ de Fiodor Bondartchouk, ’Night Watch’ de Timur Bekmambetov.

Les célèbres studios de Mosfilm (un million de costumes, 2 500 films produits en quatre-vingts ans) sont actuellement en cours de restructuration. "Grâce à l’afflux de capitaux étrangers, le cinéma russe commence à sortir de la crise", selon le directeur général des studios, Karen Shakhnazarov. Depuis la fin du régime soviétique, la volonté n’avait été aussi ferme. Après 20 années de chaos post-perestroïka, dès 2006, au moins 100 films russes (68 en 2002 et 75 en 2003) devraient être produits, la plupart sur le site de Mosfilm en cours de restructuration. Une cité du cinéma de 12 000 m2 ainsi qu’un pavillon de 2 500 m2 viendront bientôt s’ajouter aux neuf studios existants et aux 16 départements techniques.

Et si les films américains dominent toujours le marché, les productions nationales séduisent le public russe, comme ’Voina’ d’Alexei Balabanov, ’Kukuchka’ d’Alexander Rogozhkin, ’Le Conseiller d’État’, un grand succès 2005, ’Gambit turc’ de Djanik Faïziev, ’La Neuvième compagnie / 9 rota’ de Fiodor BONDARTCHOUK. Le film ’La neuvième compagnie’, qualifié de meilleur film national du moment, dont le budget était de 9 millions de dollars, a fait les meilleures rentrées du box-office de toute l’histoire du cinéma post-soviétique - plus de 6 millions de dollars, dépassant les films les plus vus de ces dernières années, comme ’Gambit turc’ / Touretski Gambit et ’Night Watch’ / Notchnoï Dozor.

Le film ’Night Watch’ réalisé par le meilleur metteur en scène de publicités russe de sa génération, Timur Bekmambetov, avec 16,3 millions de dollars de recettes pour environ 4,5 millions de spectateurs, a pris la tête des meilleures entrées en 2004, dépassant même Le Seigneur des anneaux !

Le phénomène Night Watch a eu de nombreuses conséquences pour l’industrie cinématographique nationale. D’abord, le changement d’attitude des spectateurs russes envers leurs propres productions : elles ne dépassaient guère les 3 % et 4 % de parts de marché en 2003, le premier semestre 2005 confirme la tendance à la hausse, puisque les recettes dépassent de 75 % celles de 2004 sur la même période. La Fox américaine, a acquis les droits mondiaux de Night Watch, film entièrement russe, et les producteurs russes en ont conçu l’espoir de voir leurs films intéresser enfin les distributeurs étrangers, dont les achats s’étaient jusqu’à présent limités aux oeuvres de Nikita Mikhalkov ou Pavel Lounguine.

Les films d’auteur qui ont fait la réputation du cinéma russe dans les festivals étrangers ne sont pas en reste. ’Haspartum’ d’Alexeï Guerman, ’Le retour’ d’Andrey Zvyagintsev, présentés en compétition à Venise ; ’L’arche russe’ d’Alexandre Sokourov (Cannes 2002) en sont la meilleure preuve. Le développement de la production conduit les producteurs à tester de jeunes metteurs en scène sur des films de moindre coût, leur laissant souvent une grande liberté artistique, comme Koktebel, premier film de Boris Khlebnikov et Alexeï Popogrebski, primé dans une quinzaine de festivals du monde entier.

Pour soutenir la production nationale, le gouvernement de Vladimir Poutine a alloué l’an dernier quelque 47 M$ et selon la direction de Mosfilm, des investisseurs privés se sont engagés à injecter 40 M$ dans le futur "Hollywood russe". La holding Interros, dirigé par l’homme d’affaires Vladimir Potanin et le réalisateur-producteur Nikita Mikhalkov, prévoit d’implanter d’ici à 2007 sa production, CinemaPark, sur une vingtaine de sites, pour un investissement global de 100 M$.

Films russes disponibles en DVD en France :

- ’Les Douze Chaises’ / 12 stuliev (avec Menchikov)
- ’Le Temps de ramasser les pierres’ / Vremia sobirat kamni
- ’Neuvième compagnie’ / 9 rota’
- ’Gambit turc’ / Touretski Gambit
- ’Night Watch’ / Notchnoï Dozor
- ’Brat’
- ’Spetznaz’
- ’Day Watch’ / Dnevnoï Dozor
- ’Zhmourki’ (avec Nikita Mikhalkov)
- ’Boumer’
- ’4’ Quatre d’Ilia Khrjanovski
- ’Poussière’ / Pyl
- ’Le Russe’ / Russkoe
- ’L’Homme ne vit pas que de pain’ / Ne khlebom edinym
- ’Un chauffeur pour Véra’ / Voditel dlia Very
- ’Raguine’ / Ragin
- ’72-mètres’ / 72 metra...

© samedi 7 octobre 2006, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.