Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Infos > International > Le président élu polonais Bronislaw Komorowski rejette la théorie du complot (...)

Le président élu polonais Bronislaw Komorowski rejette la théorie du complot sur l’accident de Smolensk

Bronislaw Komorowski a rejeté la théorie du complot pour expliquer l’accident d’avion qui a coûté la vie au président Lech Kaczynski à Smolensk, en Russie, dans une interview au journal Gazeta Wyborcza.

Le Tupolev 154 qui transportait le président Kaczynski et son épouse s’est écrasé le 10 avril en tentant d’atterrir par un épais brouillard à Smolensk, tuant ses 96 occupants.
Jaroslaw Kaczynski, frère jumeau du président défunt et candidat conservateur à la récente élection présidentielle, avait avant le scrutin accusé Moscou de faire "piétiner" l’enquête sur l’accident.
"Les progrès de l’enquête sont infimes, l’enquête piétine, et c’est une façon délicate de dire les choses", avait déclaré M. Kaczynski, selon lequel "des doutes apparaissent".

M. Kaczynski estime que l’enquête devrait être transférée de la Russie à la Pologne, sur la base de la convention de Chicago, signée en 1944.
Bronislaw Komorovski a été élu président le 4 juillet, face à Jaroslaw Kaczynski, au second tour de l’élection présidentielle organisée après la mort de Lech Kaczynski.

La théorie d’un complot qui aurait eu pour but d’éliminer le président conservateur, dont le mandat arrivait à sa fin, peu avant l’élection présidentielle, est très répandue sur des sites internet liés à la droite ainsi que parmi les électeurs du parti conservateur Droit et Justice (PiS).

"Créer une ambiance qui fait dire que quelqu’un a commis des actes intentionnellement pour que se produise la catastrophe, est à cette étape (de l’enquête) une chose irrationnelle", a déclaré le président élu polonais Bronislaw Komorowski : "Nous voudrions tous connaître la vérité le plus vite possible, mais la pratique montre qu’il faut pour cela des mois, parfois même des années".

"Deux enquêtes parallèles, russe et polonaise, se poursuivent qui donnent une garantie. Difficile de s’en prendre à l’enquête polonaise. Je suis également la dernière personne à remettre en cause l’enquête russe", a poursuivi M. Komorowski.

© mercredi 4 août 2010, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document