Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Les Russes en France > Le propriétaire russe d’un château classé de Normandie condamné pour l’avoir (...)

Le propriétaire russe d’un château classé de Normandie condamné pour l’avoir rénové

Le propriétaire russe du château de La Ferté-Fresnel (Orne) a été condamné le 24 avril 2017 : il avait effectué sans permis de construire des travaux sur ce Monument historique.

Des menuiseries PVC, des fossés médiévaux comblés, des murets en ciment, un nouveau hangar, une piscine… Le propriétaire russe du château de La Ferté-Fresnel (Orne) avait mené des travaux de grande envergure sur ce site classé à l’inventaire des Monuments historiques. Il a été condamné le 24 avril 2017 par la cour d’appel de Caen (Calvados) à remettre en état la propriété, raconte Le Réveil Normand.

Monument historique depuis 1996

Le propriétaire du château de La Ferté-Fresnel, inscrit à l’inventaire supplémentaire du patrimoine des Monuments historiques depuis 1996, a été condamné lundi 24 avril 2017 par la cour d’appel de Caen (Calvados) pour avoir entrepris d’importants travaux de réfection sur le bâtiment, sans aucun permis de construire.
La justice a imposé à Alexandros Smolenski de remettre le bâtiment en l’état dans un délai de deux ans, avec une astreinte de 100 euros par jour de retard. Le propriétaire russe a également été condamné à payer une amende de 120 000 euros.

Fenêtres en PVC

Alertés par le maire de la commune, les gendarmes de Mortagne-au-Perche se sont rendus sur place en juin 2009. Ils constatent alors que « des travaux d’envergure » sont menés dans l’enceinte du château. Onze ouvriers roumains, slovaques et autrichiens y travaillent onze heures par jour, sept jours par semaine. Leurs conditions de vie sur place sont déplorables : ils dorment sur les matelas posés sur des palettes dans des cabanons, déménagés au fil du chantier.
En avril 2010, l’architecte des Bâtiments de France se rend sur le site et constate alors l’envergure des travaux entrepris : réfection complète de la toiture du colombier et de l’ancien manoir, remplacement des menuiseries des fenêtres par des éléments en PVC, réfection des sols de l’ancien lavoir.

En outre, il découvre également la construction d’un hangar de 200 m2 à seulement 35 mètres du château, la réalisation d’un muret en briques et le comblement de fossés « probablement d’origine médiévale ».

Piscine, hammam et terrain de tennis

Le banquier russe, pressé de terminer les travaux « en perspective de son anniversaire », prévoyait également de construire une piscine intérieure à la place des anciennes écuries, ainsi « qu’un hammam, une salle de fitness et un terrain de tennis ». En première instance, il avait crié au complot devant le TGI d’Argentan.

Pour sa défense, Alexandros Smolenski a expliqué que certains de ces travaux ne nécessitaient pas de permis de construire. Surtout, il a assuré vouloir éviter « les dangers pour la sécurité des habitants », qui résultaient selon lui de l’état du colombier et du lavoir, alors « en ruine ». Un argument rejeté par la cour d’appel, pour qui l’urgence des réparations ne dispensait en rien de demander les autorisations nécessaires.

En outre, les magistrats ont rappelé que le propriétaire du château avait été alerté à plusieurs reprises par le maire de la commune et l’architecte des Bâtiments de France. L’accusé ne pouvait donc pas ignorer la législation.

En première instance, Alexandros Smolenski avait été condamné à une amende 150.000 euros et à remettre le château en l’état dans un délai de 18 mois.


Le Château de La Ferté Fresnel

Ce château a été construit entre 1865 et 1867 par l’architecte parisien Storez pour le marquis de Montaut, à l’emplacement de trois châteaux plus anciens (deux féodaux et un du XVIIIe siècle, dont reste le colombier daté de 1766).

L’ancien parc à la Française du XVIIIe siècle, transformé en parc paysager au XIXe, fut réaménagé par le richissime banquier Vincent qui a acquit le domaine en 1918 et le conserva jusqu’en 1939, c’est sous l’impulsion des paysagistes Henri et Achille Duchêne que fut réaménagé un parc à la française tel qu’on le voit actuellement, avec ses éléments constitutifs : pont, douves, serpentine d’eau, étang, parterres, avenues, nombreuses variétés d’essences et d’arbres séculaires, topiaires (banquettes en ifs) répartis sur 20 ha, ainsi que les terres du château, bois et forêt d’une contenance de 80 ha. Des décors anciens et antérieurs à la construction ont été amenés par le Marquis de Montault et proviennent d’un autre château.

Ainsi on peut admirer des parquets à la Versailles du XVIIIe siècle, boiseries du XVIIe siècle, des cheminées d’époque Louis XV, cheminée d’époque Louis XIV constituent par leur abondance et leur bonne conservation un ensemble de très belle qualité.

Eléments protégés MH : le château avec l’ensemble de ses décors intérieurs, façades et toitures de l’ancien manoir, colombier, lavoir, parc avec douves, ponts, étang, avenues, bois et parterres : inscription par arrêté du 13 septembre 1996.

© lundi 15 mai 2017, par Russie.net

Vos commentaires

  • Le 20 août à 13:06, par S.BOULARD-GERVAISE En réponse à : Le propriétaire russe d’un château classé de Normandie condamné pour l’avoir rénové

    Pour bien connaître le Château de La Ferté-Fresnel et ses propriétaires successifs depuis 1997, je peux attester du fait que la campagne de travaux engagée par M.Smolenski en 2009, si elle a eu le tort de ne pas respecter les formes requises, a été particulièrement créative et respectueuse des lieux. Depuis 1939 la propriété n’a subi que des affronts, notamment dûs à l’utilisation en colonie de vacances par les Tréfileries du Havre.
    En 2009 le colombier était effectivement en l’état de ruine avancée, de même que le lavoir accessible du public. Une véritable jungle entourait alors "le manoir" qui avait pour sa part été converti précédemment en centre de formation et avait été entièrement bétonné intérieurement. les belles écuries d’origine n’existaient plus depuis avant la guerre.
    Quant au château il était immense, froid, inamical, un lieu désert et mort.
    M.Smolenski lui a rendu son âme pour la première fois depuis 1939.
    Parallèlement à son pourvoi en Cassation, une médiation a été menée avec les Monuments Historiques pour régulariser ou résoudre les travaux qualifiés d’illégaux qui avaient opposé le propriétaire - un peu trop passionné - à l’Administration Française...il manquait juste un peu de communication pour pallier les barrières culturelles, pas si éloignées pourtant...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document