Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2002 > Les Stroganoff, une dynastie de mécènes - jusqu’au 2 juin 2002

Les Stroganoff, une dynastie de mécènes - jusqu’au 2 juin 2002

Dans le cadre des échanges avec les musées des grandes métropoles mondiales, le musée Carnavalet présente, au printemps 2002, la collection réunie autrefois par les comtes Stroganoff dans leur palais de Saint-Pétersbourg en Russie, depuis le milieu du XVIIIe siècle, et aujourd’hui répartie entre le musée de l’Ermitage, le musée Russe, les Archives et le château de Pavlovsk.

Les nombreuses peintures, aquarelles, gravures, qui illustrent le Pétersbourg du temps des Stroganoff, ainsi que les meubles, l’orfèvrerie et les objets d’art de cette collection, seront pour la première fois exposés dans leur ensemble en Europe occidentale.

La peinture française est représentée par Poussin, Hubert Robert, Claude Lorrain, Jean-François de Troy, Jacques Blanchard, Madame Vigée-Lebrun. Les Hollandais et les Italiens complèteront cette section. L’exposition mettra en valeur la célèbre grande coupe en malachite, portée par un tripode en bronze doré, qui occupe une place d’honneur au musée de l’Ermitage. Le mobilier, aujourd’hui conservé à Pavlovsk, permet de reconstituer un petit salon. Enfin, les objets raffinés, tabatières, dessus de cheminée, colonnettes de marbre ou de malachite, services à thé, ravissants exemples d’émaux de Solvytchegodsk, évoqueront le goût fastueux des Stroganoff.

L’exposition proposée à Carnavalet reprend une partie de celle présentée au muse d’Art de Portland aux États-Unis, du 19 février au 31 mai 2000. Cette dernière avait attiré plus de 300.000 visiteurs et reste considérée aujourd’hui comme une des expositions les plus ambitieuses et réussies jamais organisée dans ce musée américain.

Avec le soutien de la Fondation Stroganoff Ltd.

La famille Stroganoff

L’exploitation des salines de Solvytchegodsk, puis la conquête et l’exploitation de la Sibérie dès le XVIe, donnèrent aux premiers Stroganoff de larges disponibilités financières qu’ils mirent loyalement au service des tsars. Fondateurs d’églises, commanditaires d’icônes, ils eurent très tôt le goût de la collection.

En 1742, Sergueï Grigorievitch achète un terrain partiellement bâti à l’angle du quai de la Moïka et de la perspective Nevski. En 1753, il y fait construire un palais par Rastrelli, avant que l’architecte n’entreprenne le palais d’hiver d’Elisabeth Ière. Son fils Alexandre est le plus grand collectionneur de la famille. Il a vécu de 1771 à 1778 à Paris où il est très lié avec Hubert Robert et Diderot, Jean-Baptiste Greuze et Joseph Vernet, le sculpteur Jean-Antoine Houdon. Il fait réaménager l’intérieur du palais pour y créer une galerie de peinture. Il était naturel que l’empereur Paul Ier lui demandât d’être le président de l’Académie des Beaux-Arts. Paul, son fils né à Paris où il passa les six premières années de sa vie, eut cinq enfants dont un seul garçon, Alexandre, tué au cours de la campagne de France en 1814. La veuve de Paul reprit de main de maître la direction de la famille. À sa mort en 1845, sa fille aînée Natalia, qui avait épousé son cousin Sergueï Grigorievitch, seconde son époux dans de nombreuses fondations parmi lesquelles la Commission impériale d’Archéologie. Passionné d’art ancien, Sergueï Grigorievitch collectionne les monnaies byzantines, l’art précolombien et la peinture des primitifs italiens. Son fils Paul fait construire un hôtel particulier pour y présenter les accroissements de la collection. La loi de la primogéniture donne tout l’héritage à Sergueï Alexandrovitch qui ouvre ce palais au public en 1914. Quatre ans plus tard, les révolutionnaires occupent les lieux.

Les collections furent nationalisées et réparties dans différentes institutions. L’exposition présente ce qui est aujourd’hui conservé au musée de l’Ermitage, au musée Russe, aux Archives et au château de Pavlovsk.

Pour voir l’interview du commissaire de l’exposition sur Russie.TV, cliquez ici !

© mercredi 29 mai 2002, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document