Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Trombinoscope > J-K-L > Landau Lev Davidovich, Prix de Nobel de physique 1962, est né le 22 janvier (...)

Landau Lev Davidovich, Prix de Nobel de physique 1962, est né le 22 janvier 1908

Le 22 janvier 1908

Landau fut un théoricien de génie. Son œuvre concerne des domaines très étendus de la physique théorique et ses ouvrages font figure de référence en la matière. Au cours de sa carrière, Landau fut mis à l’honneur grâce à de nombreuses récompenses : deux ordres de Lénine, une médaille Max Planck, un prix Lénine en 1962 et un prix Fritz London.

Il reçut également le prix Nobel de physique en 1962 pour ses travaux sur la superfluidité de l’hélium et le titre de " héros du travail socialiste ". Il était aussi membre de nombreuses académies : académie des sciences de l’Union Soviétique depuis 1946, du Danemark (1951), des Pays-Bas (1956), de la Royal Society de Londres (1960) et académie des Etats-Unis (1960).

Landau est présenté par les gens qui l’ont connu dans sa jeunesse comme un communiste convaincu, fier de participer à la construction de la science soviétique. En 1935, il publie une pièce dans un quotidien nommé Isvestia, " Bourgeoisie et physique contemporaine " où il attaque la classe bourgeoise, sa superstition religieuse et son attachement à l’argent.

Lev Davidovich LANDAU

Landau, physicien génial mais peu connu du grand public, a initié de nombreux domaines de recherches et fut contraint de travailler sur la bombe nucléaire soviétique. Landau naît à Bakou, en Azerbaïdjan, le 22 janvier 1908. Son père est ingénieur dans l’industrie pétrolière et sa mère médecin a fait de la recherche en physiologie. Très tôt, Landau démontre un vrai génie pour les mathématiques et la physique et est diplômé du lycée à l’âge de 13 ans. Il tente d’intégrer l’université mais est refusé à cause de son trop jeune âge. Il entre alors à la Baku Economical Technical School. En 1922, il entre à l’université de Bakou pour y étudier la physique-chimie. En 1924, il part à l’université de Léningrad (maintenant Saint Pétersbourg) qui est alors le cœur de la physique soviétique et décroche son diplôme en 1927. Il poursuivra ses recherches à l’Institut Physico-Technique de Léningrad.

C’est ainsi qu’en 1929, Landau a la possibilité de partir à l’étranger dans les laboratoires les plus actifs de l’époque. Alors il va à Copenhague, au célèbre institut de physique théorique dirigé par Niels Bohr. Par la suite, Landau ira à Cambridge et Zürich puis retournera à Copenhague en 1933 et 1934. Il travaillera cependant toute sa vie en Russie.

De 1932 à 1937 Landau travaille à l’Institut Physico-Technique d’Ukraine à Kharkov, puis il rejoint le groupe de Kapitza travaillant sur les basses températures à Moscou. C’est là que Landau trouvera l’explication de la superfluidité de l’hélium liquide qui lui vaudra un prix nobel en 1962. C’est ainsi que Landau s’attaque au problème des changements de phase de l’hélium II liquide lorsqu’il est refroidi à de très basses températures (de l’ordre de 2,18 K). Il présente alors des caractéristiques étranges. Suivant un terme de Kapitza, il devient superfluide, c’est à dire que sa viscosité devient nulle.

En 1937, Pyotr Leonidovich Kapitza, un spécialiste des basses températures, persuade Landau de prendre la tête de la division théorique de l’Institut Vavilov des Problèmes Physiques à Moscou, créé par l’Académie des sciences.
Landau contribuera largement aux théories des transition de phase et des fluctuations thermodynamiques. La théorie de Landau est un puissant outil permettant de décrire le comportement d’un système à la transition de phase. Elle repose sur le développement en série de l’énergie libre du cristal.

Fin 1943, de nombreuses infrastructures sont mises en place pour la construction d’une bombe. Landau est engagé pour participer à l’élaboration de la bombe thermonucléaire ; il calcule les équations de la dynamique de la bombe en utilisant de nombreux concepts novateurs. Il recevra deux " prix Staline " pour ces contributions.

C’est à cette même période qu’il se marie à Mademoiselle K.T. Drobantzeva dont il aura un fils Igor en 1946 qui deviendra lui-même physicien.

Le 7 janvier 1962, Landau est victime d’un accident de voiture. Il reste six semaines dans le coma et est déclaré cliniquement mort à plusieurs reprises. Il finit par en sortir mais avec de graves séquelles neurologiques. Il ne pourra jamais reprendre ses travaux et meurt six ans plus tard le 1er avril 1968 à Moscou.

Landau laisse une trace inaltérable dans l’histoire de la physique. Son intuition, son sens physique légendaire et son approche des problèmes complexes ont inspiré des générations de physiciens et restent un modèle pour tous les scientifiques.

10 décembre 1962 - M Belokhvostikov, Ambassadeur de l’URSS (Traduction)

Sire, Madame, Altesses Royales, Excellences, Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un grand honneur que d’avoir à transmettre à l’Académie Royale des Sciences de Suède, au nom du professeur et académicien Lev Davidovic Landau, qui se trouve malheureusement empêché pour raison de santé d’assister à cette solennité, sa profonde gratitude pour le grand hommage rendu à ses travaux par l’attribution du prix Nobel de physique pour 1962.

M. Lev Landau, brillant physicien et fondateur de la théorie des corps condenses, a ainsi rejoint, à juste titre, la pléiade russe des lauréats Nobel du domaine de la recherche scientifique, parmi lesquels nous trouvons les noms de ses prédécesseurs Ilja Metcnikov, Ivan Pavlov, Nikolaj Semenov, Pavel Cerenkov, Igor Tamm et Ilja Frank.

Monsieur Landau m’a prié de dire qu’il considère son prix Nobel comme un hommage rendu non seulement à ses propres travaux, mais aussi aux réalisations d’autres chercheurs soviétiques qui ont collaboré avec lui, hommage qui s’adresse également à l’œuvre accomplie par la science soviétique toute entière.

Permettez-moi, Mesdames et Messieurs, d’exprimer la conviction que l’attribution du prix Nobel à Monsieur Lev Davidovic Landau contribuera à développer plus encore l’intime coopération scientifique qui existe entre les chercheurs soviétiques et leurs collègues de Suède ou d’ailleurs.

© samedi 22 janvier 2011, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.