Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2003 > Moscou-sur-Vodka

Moscou-sur-Vodka

d’après Vénédict Eroféiev

Ecrit en 1969, de son vrai titre Moscou-Pétouchki, ce "poème tragique" a circulé d’abord sous forme de manuscrit en deux exemplaires. Il n’en a pas moins produit l’effet d’une bombe : les intellectuels russes des années 70 en connaissaient par coeur des fragments entiers. Alors que, traduit dans une vingtaine de langues, le livre triomphait à l’étranger, en Union soviétique, il n’a été autorisé à paraître pour la première fois qu’en 1988.

Traduction d’Annie Sabatier et Antoine Pingaud

Création 2003 du Laboratoire de Recherches Théâtrales - On a beau dire
Mise en scène : Mikhail Kroutov
Collaboration pédagogique : Eimuntas Nékrosius
Dramaturgie textuelle : André Markowicz
Création musicale : Grigori Aouerbakh
Avec : Yves Reynaud, Jacques Reinhardt, Muriel Racine, Grigori Aouerbakh et Benoît Randaxhe
Direction technique : Jacques Grislin
Graphisme : Arturo Chomyszyn
Communication : Maëva Ott

Du 14 au 22 novembre 2003 à 20h30 (sauf dimanche à 17h, relâche le lundi 17 novembre) au Taps Gare, 10, rue Hohwald à Strasbourg.
Tel : 03 88 34 10 36

Moscou-sur-Vodka est la première adaptation scénique complète en France du roman de Vénédict Erofeiev, chef d’œuvre de la littérature russe du XXème siècle.
Ce texte retrace l’errance d’un homme, Vénitchka, Don Quichotte moderne, en quête d’idéal et d’harmonie malgré la misère qui l’entoure. Durant son voyage, véritable descente aux enfers qui doit le conduire à Pétouchki, une lointaine banlieue de Moscou, il croise une palette de personnages mythiques ou réels, tient de grands discours et se révèle être le plus lucide des voyageurs malgré l’invraisemblable quantité de vodka ingurgitée. Ecrit en 1969, ce poème tragique d’une grande beauté, tout à la fois noir et hilarant, a produit l’effet d’une bombe auprès des intellectuels russes des années 70.

Dans cette version, l’univers créé est proche du " cabaret ", un cabaret diabolique où chaque numéro devient un morceau de vie et où chaque événement devient un numéro.
Ce " cabaret " oscillant entre humour grinçant et cruauté, devient le reflet de notre vie et nous apporte un regard sur nous-mêmes et sur le monde d’une terrible actualité.

Avec le soutien de : Ministère de la Culture- DRAC Alsace, Conseil Général du Bas-Rhin, Conseil Régional d’Alsace et la Ville de Strasbourg.

La Fabrique de Théâtre
13, rue de Phalsbourg
67000 Strasbourg

Présentation du projet

Etrange voyage que celui de notre héros.
Moscovite, il ne voit jamais le Kremlin, son chemin passant toujours par la gare de Koursk où, comme tous les vendredis, il prend le train pour Pétouchki. Là-bas, l’idéal serait la beauté d’une déesse blonde, à la longue tresse descendant jusqu’aux reins, et un garçon de trois ans qui attend les noisettes achetées par son père et qui connaît parfaitement la lettre V.
Ce voyage, c’est aussi la descente aux enfers de Vénédict Eroféiev, se saoûlant dans le train avec toutes sortes de gens de son peuple. Commence alors un récit halluciné : quête spirituelle noyée dans l’alcool où défilent les grands auteurs russes, le peuple ignare, curieux et imbibé, Satan lui-même, un Sphinx aux énigmes plus que douteuses, les Errinyes et Mithridate, l’ouvrier au marteau et la kolkhosienne à la faucille, des princes de la Russie tsariste, les grandes figures de l’URSS...
Loin des règles et impératifs dictés par la société, Vénichka vit selon la logique et les valeurs de son âme douloureuse qui tente de faire une place à ce monde qui l’entoure. Idéaliste à l’image de Don Quichotte, ce funambule oscille, comme sur la lame tranchante d’un couteau, entre enlisement irrévocable dans un pays bizarre et tragi-comique, dans lequel se mêlent vodka,
désespérance, mendicité des gens pris au piège de leur destin, et recherche de la pureté de l’âme, sauvegarde nécessaire des idéaux de notre vie que sont la Foi, l’Amour et l’Espoir.

Le Centre International de Recherches Théâtrales :
Depuis 1998, le Centre International de Recherches Théâtrales est un espace d’expérimentation,
de transmission et d’échange entre comédiens, professeurs et metteurs en scène du monde entier.
Chaque discipline, soit le travail de la voix, du tempo-rythme, du mouvement scénique ou du jeu,
est enseignée au CIRT selon une problématique spécifique au stage. Menées par des pédagogues
d’institutions nationales telles que l’Académie Théâtrale de la Russie (GITIS), l’Institut National de
Cinématographie de la Russie, le Théâtre Clownesque de Moscou ou la Fémis, nos différentes formations
proposent dès lors une approche exigeante nécessaire à la polyvalence du comédien.
Notre programme pédagogique et artistique se fixe trois objectifs : le perfectionnement des comédiens
professionnels, la professionnalisation ou la sensibilisation des amateurs.
En étroite liaison avec le développement de la pédagogie théâtrale, le CIRT poursuit également
sa démarche créative. Sept spectacles ont vu le jour depuis 1997, dont les registres dramatiques
différents auxquels ils appartiennent sont perçus comme autant de prismes capables de refléter
l’unité d’une recherche sur l’art du comédien : Hey y’a quelqu’un (W.Sarroyan), Qui sommes-nous ?
(d’après Tchékhov), La voix humaine (J.Cocteau), Les émigrés (S. Mrozek) en co-production avec
Le-Maillon, Théâtre de Strasbourg , Paysage (H.Pinter), Domos, création Strasbourg / Saint-Pétersbourg
et La petite sorcière en tournée 2002-2003 (Festival Off d’Avignon) et 2003-2004.

Mikhail Kroutov : Il étudie le jeu et la mise en scène à l’Académie Théâtrale de Russie à Moscou (GITIS). En 1991, il fonde à Moscou avec d’autres comédiens le théâtre - laboratoire "Technique de l’Acteur", espace de recherche et de pratique autour de la méthode de Mikhaïl Chekhov.
S’installant en France en 1993, il fonde la compagnie On a beau dire, devenant en 1998 Centre International de Recherches Théâtrales, dont il est le Directeur artistique et le metteur en scène. Il a monté six créations, en collaboration avec des professeurs et en liaison avec un processus pédagogique. Menant régulièrement des formations en région et en France, il est également intervenu en Allemagne et au Danemark

Eimuntas Nékrosius : Il est metteur en scène et comédien. Il est diplômé de l’Institut d’Art Théâtral Lunarcharski de Moscou (1978). De 1978 à 1979, il fait ses premières armes au Jeune Théâtre d’Etat de Vilnius, et au Théâtre Kaunas de 1979 à 1980. En 1980, il abandonne ce dernier pour concentrer son activité au Jeune Théâtre d’Etat de Vilnius. Toutes les créations de Nékrosius
ont reçu des prix et récompenses des festivals de théâtres lituaniens et des Pays Baltes. Elles ont été présentées avec succès dans de nombreux festivals internationaux.
En 1991, Nékrosius est metteur en scène résident du Festival International de Théâtre de Lituanie LIFE. En 1994, il a été récompensé par le Prix de l’Union de Théâtre de Lituanie qui l’a consacré Meilleur Metteur en Scène de l’Année, ainsi que par le 1er Prix de l’Assemblée Balte pour Mozart and Salieri, Don Juan, Plague , consacré meilleur spectacle des Pays Baltes. La même année, L’Union des Théâtres d’Europe et la Taormina Arts Committee (Italie) ont récompensé Eimuntas Nékrosius du Prix "New European Theatre Realities". En 1997, Nékrosius réalise sa création la plus célèbre, Hamlet de Shakespeare, qui a été présentée danstous les principaux festivals européens et a reçu de très nombreux prix.
Depuis 1998, Nékrosius est Directeur artistique du Théâtre Studio "Meno Fortas".

Yves Reynaud : En 1969, il termine l’école du TNS puis travaille comme comédien notamment sous la direction de Jean-Pierre Vincent, Robert Gironès, Bruno Bayen, Jean-Paul Wenzel, Jean-Louis Hourdin, René Feret, Moni Grego, Francis Freyburger, Pascale Spengler... En tant qu’auteur, il a écrit une quinzaine de pièces éditées principalement aux Editions théâtrales (mais également en Tapuscrit Théâtre Ouvert, aux éditions Espace 34, Autrement, de l’Amandier, de la Chartreuse). Il a été traduit en plusieurs langues. Ses textes ont fait l’objet de nombreuses mises en scène, en France et à l’étranger. Il a dirigé de nombreux ateliers d’écriture. IL a également mis en scène une dizaine de spectacles à partir de textes du répertoire contemporain.

Jacques Reinhardt : Comédien et metteur en scène, il dirige la Compagnie de l’Os à vœux (Strasbourg). On a pu le voir récemment dans " Une envie de tuer sur le bout de la langue " de Xavier Durringer, produit par le Kafteur (création à Strasbourg et tournée dans les régionales), puis interprétant le rôle d’Henry Miller dans " La crucifixion en rose " produit par la compagnie des Enchaînés d’après l’œuvre d’H. Miller (création au Taps Gare en février 2003). Il participe également à la création " Comédies bourgeoises " d’après Feydeau et Labiche, produit par le Théâtre du Marché aux Grains (création au Taps Gare, Strasbourg, en février 2004).

Muriel Racine : Après avoir suivi une formation au conservatoire et simultanément au centre
dramatique de Besançon, elle a travaillé régulièrement au CDN avec les directeurs-
metteurs en scène qui s’y sont succédés, ainsi qu’avec plusieurs metteurs en scène invités.
Elle a également participé à des projets de compagnies théâtrales de la région de Franche-Comté
Parallèlement, elle a joué dans plusieurs spectacles crées en Alsace. Au cours des vingt dernières années, elle a abordé des auteurs aussi divers que Molière, Shakespeare, Strindberg, Brecht, Duras, Sarraute, Tchekhov, Cocteau, Botho Strauss, Witkiewicz, Genet, Ad de Bont, Barker, Ravey∑ Quelques uns des metteurs en scène qui l’ont dirigée : D.Llorca, R.Loyon, M.Dubois, M.Didym, P.Diependaële, C.Nessy...et réalisateurs : J.Pinheiro, T.Binisti, D.Crèvecoeur, L.Beraud, J. Malaterre.

Benoît Randaxhe : Après avoir suivi une formation théâtrale professionnelle au CIRT - On a beau dire, ainsi qu’une formation musicale au conservatoire (piano, chant), il devient comédien : il est notamment marionnettiste dans le spectacle jeune public " La Petite Sorcière ", mis en scène par Mikhail Kroutov (création en Alsace, Festival Off d’Avignon).

© mercredi 29 octobre 2003, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.