Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Archives > 2004 > ’Pierre et le Loup’ de Prokofiev à l’Opéra de Rouen

’Pierre et le Loup’ de Prokofiev à l’Opéra de Rouen

10 - 20 novembre 2004

Chef-d’oeuvre absolu de la musique pour enfants mais fort savoureuse à tout âge, Pierre et le Loup fut composé par Prokofiev au printemps 1936, alors qu’il avait écrit l’année précédente ses Douze Pièces de piano pour les enfants (op. 65) et travaillait déjà aux Trois Chants d’enfants (op. 68), qu’il terminerait en 1939, témoignant ainsi d’un goût persistant et d’un talent plus que rare pour les oeuvres à visées pédagogiques.

PIERRE ET LE LOUP, Conte musical - SERGE PROKOFIEV (1891-1953)

Direction musicale : Oswald Sallaberger
Mise en scène : Maxime Leroux

DISTRIBUTION :
- clarinette : Naoko Yoshimura
- basson : Sylvie Chapelle
- cor : Pierre-Olivier Goll, Eric Lemardeley, Sébastien Roca
- trompette : Franck Paque
- trombone : Nicolas Lapierre
- timbales : Philippe Bajard
- percussions : David Dewaste
- régisseur général d’orchestre : Virginie Groll
- régisseur d’orchestre adjoint : Xavier Laure
- techniciens d’orchestre : Mathieu Le Gleuher, Jonathan Senard, Sébastien Hanon
- assistante bibliothécaire : Clothilde Chalot.

TEXTE ET MUSIQUE SERGE PROKOFIEV
DIRECTION MUSICALE OSWALD SALLABERGER
MISE EN SCÈNE MAXIME LEROUX ET JEAN-MARC TALBOT
RÉCITANT MAXIME LEROUX
ENFANTS ÉLÈVES DE L’ATELIER D’ART DRAMATIQUE DU THÉÂTRE
DE LA CANAILLE (DIRECTION DENIS BUQUET)
LUMIÈRES GILLES MOGIS
COSTUMES CHRISTINE VALLÉE
ORCHESTRE DE L’OPÉRA DE ROUEN

C’est à la demande de la directrice du Théâtre central pour enfants, une certaine Nathalie Satz alors âgée de 33 ans, qui souhaitait que le célèbre compositeur, depuis peu revenu au bercail soviétique, écrivît spécialement à l’intention de son jeune public un conte symphonique, que Prokofiev conçut en une semaine le scénario et la musique de ce fameux Pierre et le Loup, qui devait être traduit, repris et joué dans la plupart des pays du monde.

Connaissant par expérience - il avait deux fils et un chien et avait lui-même été élevé au sein d’un riche domaine campagnard - la fascination exercée par le monde animal sur les enfants, il choisit comme « héros positif » un jeune garçon, auquel tous peuvent s’identifier, accompagné d’une pittoresque ménagerie : oiseau, canard, chat, loup, grand-père et chasseurs. Sommaire, mais pas simpliste, l’histoire aux menues péripéties est narrée par un récitant, qui de façon très subtile ajoute une indéniable dimension didactique en présentant aux auditeurs novices les principaux instruments de l’orchestre symphonique,
sans brider en rien l’imagination musicale de l’auteur ni affaiblir la spontanéité et la fraîcheur toute poétique des thèmes attachés aux divers protagonistes du conte, et qui se gravent à jamais dans les mémoires.

À peine composé, Pierre et le Loup fut joué le 2 mai 1936, sous la direction de l’auteur, Serge Prokofiev, dans la nouvelle salle du Théâtre central pour enfants, place Sverdlov, et obtint un immédiat succès qui se renouvela à chaque exécution nouvelle et vaudra bientôt à l’oeuvre une réputation mondiale et une popularité jamais démentie auprès du jeune public.

SERGE PROKOFIEV PIERRE ET LE LOUP

« Chacun des personnages de ce conte est représenté par un instrument de l’orchestre : l’oiseau par la flûte, le canard par le hautbois, le chat par la clarinette staccato dans le registre grave, le grand-père par le basson, le loup par les trois cors, les fusils des chasseurs par les timbales et la grosse caisse, Pierre enfin par le quatuor à cordes. Avant l’exécution, il est préférable de présenter ces divers instruments aux enfants et de leur jouer les leitmotive. De cette façon ils apprendront sans effort à identifier les différents instruments de l’orchestre ». (Prokofiev)

Pierre et le Loup (1935-1936) de Serge Prokofiev se présente comme une partition a priori didactique. En effet, la règle du jeu de cet opus 67 veut faire reconnaître au public (jeune et moins jeune) les principaux instruments
de l’orchestre en jouant la représentation par des timbres musicaux typés les divers personnages d’une histoire lapidaire.

Un récitant, ici Maxime Leroux (rouennais),
interprète le texte rédigé par Prokofiev lui-même.
Néanmoins, le critique musical Marcel Marnat écrit que les plus grands ne manqueront pas de lire entre les lignes une intrigue fabuliste finalement politique : Le petit Pierre
(remémorez-vous son célèbre refrain joué par l’orchestre à cordes) qui capture le méchant loup (la cohorte singulière des cors) « ne possède-t-il pas toutes les vertus de l’homme
soviétique » face à la couardise du canard boiteux (la sonorité nasillarde du hautbois), à l’étourderie de l’oiseau sans cervelle (l’agilité légendaire de la flûte traversière), à l’éminente fourberie du chat (le timbre chaudement grave de la clarinette) sans parler des chasseurs
(marche des timbales) qui arrivent après la bagarre...? Toujours est-il que le charme immédiat des thèmes chantants et l’habileté fantasque du compositeur orches-trateur ont assuré à ce conte musical un énorme succès mondial. Inutile d’ajouter que Pierre et le Loup est l’oeuvre la plus jouée de son auteur...

PIERRE ET EL LOUP DE SERGE PROKOFIEV

Un beau matin Pierre ouvrit la porte du jardin et s’en alla dans les prés verts. Sur la plus haute branche d’un grand arbre, était perché un petit oiseau, ami de Pierre. « Tout est calme ici. » gazouillait-il gaiement. Un canard arriva bientôt en se dandinant, tout heureux que Pierre n’ait pas fermé la porte du jardin. Il en profita pour aller faire un plongeon dans la mare, au milieu du pré.
Apercevant le canard, le petit oiseau vint se poser sur l’herbe tout près de lui. « Mais quel genre d’oiseau es-tu donc, qui ne sait voler ? » dit-il en haussant les épaules.

A quoi le canard répondit : « Quel genre d’oiseau es-tu qui ne sait pas nager ? » Et il plongea dans la mare. Ils discutèrent longtemps, le canard nageant dans la mare,
le petit oiseau voltigeant au bord.

Soudain quelque chose dans l’herbe attira l’attention de Pierre, c’était le chat qui approchait en rampant. Le chat se disait : « L’oiseau est occupé à discuter. Je vais en
faire mon déjeuner. »

Et comme un voleur, il avançait sur ses pattes de velours.
« Attention », cria Pierre, et l’oiseau aussitôt s’envola sur l’arbre.

Tandis que du milieu de la mare le canard lançait au chat des « coin-coin » indignés. Le chat rôdait autour de
l’arbre en se disant :« Est-ce la peine de grimper si haut ? Quandj’arriverai, l’oiseau se sera envolé. »

Tout à coup Grand-père apparut. Il était mécontent de voir que Pierre était allé dans le pré. « L’endroit est dangereux. Si un loup sortait de la forêt, que ferais-tu ? »
Pierre ne fit aucun cas des paroles de son grand-père et déclara que les grands garçons n’avaient pas peur des loups. Mais Grand-père prit Pierre par la main, l’emmena
à la maison et ferma à clé la porte du jardin.

Il était temps. A peine Pierre était-il parti, qu’un gros loup gris sortit de la forêt. En un éclair, le chat grimpa dans l’arbre. Le canard se précipita hors de la mare en caquetant.

Mais malgré tout ses efforts, le loup courait plus vite. Le voilà qui approcha de plus en plus près, plus près, il le rattrapa, s’en saisit et l’avala d’un seul coup.

Et maintenant voici où en était les choses : le chat était assis sur une branche, l’oiseau sur une autre, à bonne distance du chat, bien sûr, tandis que le loup faisait le tour de l’arbre et les regardait tous deux avec des
yeux gourmands.

Pendant ce temps, derrière la porte du jardin, Pierre observait ce qui se passait, sans la moindre frayeur. Une des branches de l’arbre, autour duquel tournait le loup, s’étendait jusqu’au mur. Pierre s’empara de la branche, puis monta dans l’arbre.

Alors Pierre dit à l’oiseau : « Va voltiger autour de la gueule du loup mais prends garde qu’il ne t’attrape. »
De ses ailes, l’oiseau touchait presque la tête du loup qui sautait furieusement après lui pour l’attraper. Oh que l’oiseau agaçait le loup !

Et que le loup avait envie de l’attraper ! Mais que l’oiseau était bien trop adroit et le loup en fut pour ses frais. Pendant ce temps, Pierre fit à la corde un
noeud coulant, et les descendit tout doucement.

Il attrapa le loup par la queue et tira de toutes ses forces. Le loup, se sentant pris, se mit à faire des bonds sauvages pour essayer de se libérer. Mais Pierre attacha l’autre bout de la corde à l’arbre, et les bonds que faisaient le loup ne firent que resserrer le noeud
coulant.

C’est alors que les chasseurs sortirent de la forêt. Ils suivaient les traces du loup et tiraient des coups de fusil. Pierre leur cria du haut de l’arbre : « Ne tirez pas. Petit oiseau et moi, nous avons déjà attrapé le loup. Aidez-nous à l’emmener au jardin zoologique. »

Et maintenant, imaginez la marche la marche triomphale : Pierre est en tête ; derrière lui, les chasseurs traînaient le loup, et, fermant la marche le Grand-père et le chat. Le grand-père, mécontent, hochait la tête en disant : « Ouais ! Et si Pierre n’avait pas attrapé le loup, que serait-il arrivé ? »

Au-dessus d’eux, l’oiseau voltigeaient en gazouillant : « Comme nous sommes braves, Pierre et moi. Regardez ce que nous avons attrapé. »

ROUEN, THÉÂTRE DES ARTS :

- MERCREDI 10 NOVEMBRE À 16H
- JEUDI 11 NOVEMBRE À 16H
- SAMEDI 13 NOVEMBRE À 16H
- DIMANCHE 14 NOVEMBRE À 14H30 ET 16H
- MERCREDI 17 NOVEMBRE À 14H30 ET 16H
- SAMEDI 20 NOVEMBRE À 16H

REPRÉSENTATIONS SCOLAIRES :

- MARDI 9 NOVEMBRE 9H15 ET 10H30
- VENDREDI 12 NOVEMBRE 9H15 ET 10H30
- MARDI 16 NOVEMBRE 9H15 ET 10H30
- JEUDI 18 NOVEMBRE 9H15 ET 10H30
- VENDREDI 19 NOVEMBRE 9H15 ET 10H30
- SAMEDI 20 NOVEMBRE 9H45.

Durée 30 mn sans entracte
76 Rouen
Théâtre des Arts
La billetterie est ouverte du mardi au sasmedi de 13h à 18h.
Tél 0 810 811 116

Pour se rendre au Théâtre des Arts :
- Métro et bus : station Théâtre des Arts.
- Taxis : radio taxis 02 35 88 50 50.
Les radio taxis de l’agglomération rouennaise vous proposent un retour à domicile après le spectacle, réservation au Théâtre des Arts avant le spectacle ou à l’entracte.

Stationnement :
- Le parking de la Bourse, payant, reste ouvert les soirs de spectacles (prix forfaitaire). Il permet un accès direct au Théâtre des Arts.

© samedi 13 novembre 2004, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.