Russie.net

La communauté russe en France et infos sur la Russie

Accueil > Infos > International > Pour le Kremlin, les propos de Mitt Romney sur la Russie sont (...)

Pour le Kremlin, les propos de Mitt Romney sur la Russie sont "inadmissibles"

Le porte-parole du président russe Vladimir Poutine a jugé vendredi "inadmissible" la menace du candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney de se montrer moins "flexible", s’il était élu, envers la Russie que le président Barack Obama.

"Moscou et Washington ont de nombreuses fois souligné à différents niveaux (...) qu’il était inadmissible que les relations bilatérales deviennent la victime et l’otage de batailles pré-électorales", a déclaré le porte-parole russe, Dmitri Peskov, cité par l’agence de presse Ria Novosti.

"Nous sommes convaincus que ce n’est pas bien. Nous connaissons le point de vue officiel de Washington", a-t-il poursuivi.

"Comme l’a déjà souligné plusieurs fois le chef de l’Etat, la Russie voulait et voudra dans le futur développer les relations russo-américaines", a-t-il ajouté.

Mitt Romney s’en est pris jeudi soir à M. Obama en l’accusant d’avoir lâché un allié, la Pologne, et a prévenu que s’il était élu en novembre, il se montrerait moins "flexible" que lui vis-à-vis de la Russie.

"Il a lâché nos amis en Pologne en tournant le dos à nos engagements en matière de défense anti-missile, mais il est prompt à donner au président russe Poutine la flexibilité qu’il désire, après l’élection" présidentielle, a déclaré M. Romney devant les délégués républicains réunis en convention à Tampa, en Floride.

"Sous mon administration, nos amis verront un peu plus de loyauté et M. Poutine verra un peu moins de flexibilité et un peu plus de fermeté", a-t-il ajouté.

Le candidat républicain faisait surtout référence à un incident de microphone à Séoul, fin mars, entre le président Obama et son homologue russe de l’époque, Dmitri Medvedev, au cours duquel la presse l’avait entendu expliquer à ce dernier qu’il pourrait être plus souple sur la question du bouclier anti-missile après la prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis en novembre.

"Je transmettrai à Vladimir", avait répondu M. Medvedev, en référence à son Premier ministre de l’époque et successeur Vladimir Poutine.

© jeudi 6 septembre 2012, par Russie.net avec AFP

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.