Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






EXPOSITIONS
Accueil > Agenda culturel > EXPOSITIONS > Visions de la Russie - exposition NATACHA NIKOULINE / SERGUEÏ CHELNOKOV



Visions de la Russie - exposition NATACHA NIKOULINE / SERGUEÏ CHELNOKOV

Du 7 novembre au 22 décembre 2017, Mulhouse




Centenaire de la révolution russe 1917-2017 - Visions de la Russie - exposition NATACHA NIKOULINE / SERGUEÏ CHELNOKOV

Exposition photographique – du 7 novembre au 22 décembre 2017 - mise en place par la BU. FONDERIE et le SUAC.

Natacha Nikouline (née le 21/04/1980) est une photographe et artiste plasticienne. Vit et travaille à Paris. Elle est la descendante de deux familles illustres de marchands de Moscou : les Bakhrouchines et les Tchelnokov qui comptent parmi elles nombre de mécènes et de collectionneurs d’art et même de photographes tels que Sergueï Vassilievitch Tchelnokov (1861- 1924), le frère de son arrière-grand-père Fiodor Vassilievitch Tchelnokov et de Mickaïl Vassilievitch Tchelnokov, dernier maire de Moscou avant la révolution, dont les clichés et stéréoscopes ont été exposés à Moscou et ont fait l’objet d’une exposition à la Mairie de Paris en juin 2016. Une exposition à l’occasion de laquelle Natacha a pu découvrir et renouer avec une des branches de la famille exilée en Finlande au sortir de la Révolution. En effet, parmi les thèmes qui influencent son travail, on retrouve l’éclatement familial et la recherche des origines familiales et artistiques.

Natacha Nikouline a développé son inspiration artistique très jeune à travers les peintures de sa grand-mère et des amis intimes de celle-ci : Lev Tchistovsky et Irene Klestova, peintres réfractaires aux modes de leurs temps, fidèles, tout au long de leurs carrières, à un classicisme teinté de nostalgie et de décadence. Leurs œuvres meublent sa demeure d’enfance à Chantilly. Irène, en particulier, fut très proche de la petite Natacha ; elle la considérait comme sa propre petite-fille, et c’est dans son atelier que l’univers si particulier de la photographe allait se construire.

Elle s’exprime très jeune par le dessin, la peinture et la photographie. Son rapport à ce dernier médium a été initié par le don d’un Hassebelad 500 CM que son père, également passionné de photographie, lui a transmis quand elle avait 15 ans.

Sortie plus tard major de l’école des Gobelins à Paris, elle a suivi les cours de L‘Académie Charpentier dans l’atelier historique de La Grande Chaumière. Puis, parallèlement à son travail de photographe et styliste culinaire, elle développe un travail personnel. Imprégnée de l’élégance picturale de ces artistes d’une autre époque, bercée d’une histoire douloureuse dont elle fut le réceptacle, la photographe retrouve les thématiques qui lui furent léguées et qui, comme les fleurs de ses propres compositions, s’épanouissent et se fanent dans un même élan. Elle affronte les poncifs de la peinture hollandaise du XVIIème siècle à travers des natures mortes d’une effrayante beauté. Compositions aussi délicates que parfaites, ses vanités rassemblent fleurs fanées et objets symptomatiques de son histoire familiale au sein d’une union mystique.

Ses œuvres, photographies, performances, vidéo, dessins… ont été présentées au Palais de Tokyo, au No Found Photo Fair, au Langage des Viscères… Elles font partie de la sélection officielle de plusieurs festivals tels que Le Festival Instants Vidéo à Marseille, Le Festival Ciné Poème à Bezons… ainsi que celle de la chaine de l’Art Contemporain sur le câble SFE TV (Souvenir from the Earth).

Sergueï Chelnokov est un photographe amateur russe de la fin du XIXème et début du XXème siècle. À l’heure ou la photographie stéréoscopique était considérée comme un divertissement, il s’est illustré en gagnant plusieurs prix et concours photos. Il est issu d’une famille de commerçants renommée à Moscou et impliquée dans la vie culturelle.

La collection est constituée de plus de 1500 plaques de verre principalement des stéréoscopes et quelques autochromes de prises de vues, réalisées entre 1885 et 1917, pour lesquelles il utilisait des plaques photographiques des frères Lumière, puis des plaques de la société anglaise Ilford. Ses photographies ne comportaient ni légende, ni commentaire. Ce fût un travail de recherche conséquent pour les cataloguer, catégoriser et inventorier, ainsi que pour identifier les lieux et les évènements. Ces photographies aujourd’hui disponibles et documentées nous fournissent plus d’informations que les rares témoignages des archives russes et étrangère sur l’époque. Ces photographies plongent les spectateurs dans les épisodes de la vie des Russes et des Européens au tournant des XIXe et XXe siècles. Elles dépeignent les différentes couches sociales de l’époque et documentent une histoire illustrée de cette période : les chroniques de guerre, les révolutions, les événements historiques importants alternent avec des images de villes et de villages russes et européens, de scènes de vie quotidienne et de voyage. La diversité de sujets et de genres, ainsi que la variété des techniques utilisées sont considérables. On trouve également dans ces archives des portraits de famille et célébrités de cette l’époque, des paysages, des natures mortes et des portraits en costumes traditionnels, des souvenirs de voyages à travers l’Europe, mais aussi un travail d’expérimentation de reproduction de photos : proche de scientifiques bien connus, tels que D.P. Syreishikov, Chelnokov jouait avec des composants chimiques d’émulsion photographique.



Parmi certains sujets illustrés : les curiosités architecturales de l’époque, des foules endimanchées dans lesquelles chaque visage apparaît comme un portrait autonome des autres, l’inauguration de la statue de N. Gogol (1909), l’ouragan de 1904 à
Mytichtchi, l’exposition universelle de 1900, l’incendie du Théâtre Maly à Moscou (1914), l’ouverture du pont Tower bridge à Londres, l’insurrection de Décembre 1905 à Moscou, la guerre russo-japonaise (1904-1905) etc…

La découverte de ces archives constitue un événement majeur pour la vie culturelle russe. En effet, elles nous fournissent aujourd’hui, plus d’informations que les rares témoignages dispersés dans les archives russes et étrangères. Ces photographies présentent non seulement un intérêt historique fondamental, relatant la vie d’une époque révolue, mais elles témoignent également des talents artistiques indéniables et de l’œil sensible du photographe maîtrisant remarquablement la composition et capturant les expressions avec force et précision.
L’histoire de ces archives, leur exposition, leur abandon, leur oubli, leur conservation et leur redécouverte, reflète fidèlement l’histoire de la Russie, et celle de l’immigration russe.

Adresse :

Bibliothèque Universitaire – uha – Campus Fonderie
16, rue de la Fonderie – Mulhouse
du lundi au vendredi : 8h – 18h30
samedi : 9h – 12h
entrée libre.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60

  A la une !


Le général de Gaulle et la Russie...
Date de parution : 15/11/2017 - Prix : 20,00 €

Collusion - Comment la Russie a fait élire Trump à la Maison-Blanche...
Date de parution : 17/11/2017 - Prix : 21,00 €

Voix Orthodoxes - Trio Kedroff/Chersonese...
Dimanche 17/12/2017 À 16h, Paris



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe


Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 01.84.19.39.44
Envoyez un mail !