Russie.net

Le Web franco-russe

Accueil > Archives > 2007 > XIIème Festival Russe de Toursky (Cinéma, théâtre, concerts)

XIIème Festival Russe de Toursky (Cinéma, théâtre, concerts)

Du 20 mars au 8 avril 2007

Une comédie musicale brillamment interprétée par la troupe du Théâtre Gogol. Des ballets festifs menés à un rythme spectaculaire. Une pièce qui fait un tabac à Moscou ! Rien n’a changé.

Programme :

- 23, 24 mars à 20 h 30, 25 mars à 15 h

Les Noces de Figaro
"Création mondiale" par le Théâtre de Marionnettes de Moscou.

Création mondiale d’après l’œuvre de Mozart
Sous-titrage en français

Des instants magiques et somptueux à la poésie flamboyante.
Le talent de Dennikov s’élève à des niveaux de créativité rare.
Marionnettiste prodige, star internationale, il n’en finit pas de nous émerveiller par sa maestria.
Chanteur lyrique à la tessiture incroyable, tour à tour mezzo-soprano, contralto ou encore baryton, Dennikov s’est tout naturellement spécialisé dans l’adaptation d’opéras.
Après Pouchkine, Rigoletto, Carmen, La Flûte enchantée et les Ames mortes, ce manipulateur hors pair s’attaque au premier opéra de la maturité de Mozart - Les Noces de Figaro - et nous offrira sa version de ce mariage de la musique et des mots. Un entremêlement de chassés-croisés amoureux derrière lequel se cache une satire sociale dont le caractère sulfureux avait effrayé la cour de l’empereur d’Autriche des années 1780.
Fruit de la première collaboration entre Mozart et Lorenzo Da Ponte,
Les Noces de Figaro continuent d’éblouir par leur incroyable feu
d’artifice qui allie une musique divine à un livret brillant, moins
politique que la pièce de Beaumarchais mais tout aussi spirituel. Les serviteurs donnent des leçons de morale aux nobles, ceux-ci étant
incapables de tenir leur rang quand il s’agit de noblesse de caractère.

Nul doute que les incroyables marionnettes de Dennikov
n’auront rien perdu de leur fougue créatrice et
qu’elles nous emporteront dans cette comédie
échevelée qui ouvre la porte sur l’abolition des privilèges.

Coproduction Théâtre Toursky.

- 27 mars à 20 h 30

CONCERT FESTIVAL RUSSE
Chopin - Chostakovitch - Rachmaninov Tchaïkovsky

Michel Bourdoncle - Urszula Cuvellier

Soliste de renommée internationale, Michel Bourdoncle a cette démesure qui lui permet de restituer le charme poétique et l’intensité dramatique d’œuvres musicales souvent difficiles à travers lesquelles il donne libre court à son tempérament intuitif et ardent.

Son répertoire vaste et diversifié s’étend de Bach aux compositeurs contemporains. De nombreux prix, distinctions et récompenses viennent saluer sa carrière de Concertiste.

La soprano polonaise Urszula Cuvellier a fait ses études musicales à l’École Nationale de Musique d’Opole et de Cracovie. Elle approfondit ses études de chant en France à la Schola Cantorum à Paris où elle obtient le diplôme de concert en 2004. Elle interprète de nombreux oratorios de Haydn, Mozart, Brahms, Bach...
En 2005, elle interprète le rôle de Tatiana dans Eugène Onéguine de Tchaïkovsky à l’Opéra de Genève. Elle se produit sur de nombreuses scènes internationales (France, Belgique, Portugal, République Tchèque, Slovaquie, Suisse).

- 30, 31 mars à 20 h 30, 1er avril à 15 h


"L’Argent fou" de Alexandre Ostrovski par le Théâtre Gogol - Théâtre musical.

"L’Argent fou", Pièce en deux actes d’Alexandre Ostrovski
Théâtre Moscovite Dramatique de Gogol
Direction artistique : Serguey Yachine
Mise en scène : Serguey Yachine, Evguenie Kerrazskaya
Décors : Hélène Katcheleva

Avec : Ivan Chibanov, Evgueni Miller, Yan Krasnyanski, Dmitri Bonzhankine, Andreï Zaïkov, Yanis Yakobsons, Anna Zaïkov, Yanis Yakobsons, Irina Vibornova, Anna Gouliazenko, Irina Cheïdoulina, Alexeï Safonov, Andreï Andreev, Alexandre Gavriline, Gregori Gofman et Oleg Donetz.

Une comédie musicale brillamment interprétée par la troupe du Théâtre Gogol. Des ballets festifs menés à un rythme spectaculaire.

Une pièce qui fait un tabac à Moscou !
Rien n’a changé. L’argent avec sa course au profit et au lucre représente toujours l’un des principaux critères d’estime et de réussite dans notre société.
Tout passe par lui. Il conduit le monde à sa perte. Les jeunes filles ne rêvent que de fiancés riches, de toilettes luxueuses, de belles voitures et de villas.
Mais que reste-t-il vraiment des sentiments ?
L’Argent fou est un drame qui traite en profondeur de sujets éternels, comme la souffrance humaine, la difficulté d’être, l’amour, la joie, mais aussi l’illusion et les revers du destin. Ecrite au 19ème siècle, cette fable sur l’omniprésence de l’argent est d’une surprenante actualité. Méconnu en France, Alexandre Ostrovski a joui chez lui d’une immense popularité, son style réaliste s’inspirant de faits divers réels.
Ayant travaillé longtemps au tribunal de commerce du quartier marchand de Moscou, ses pièces dénoncent des


- 6, 7 avril à 20 h 30, 8 avril à 15 h

"Frédérick ou le boulevard du crime" par le Théâtre Lensoviet - Théâtre musical

Fantaisie en deux actes d’après l’œuvre d’Eric Emmanuel Schmitt
Sous-titrage en français.

Une fresque flamboyante d’un charme ensorcelant interprétée par des comédiens hors norme.
Le Lensoviet vient de recevoir le Masque d’or, une des plus hautes distinctions théâtrales, ce qui fait dire à Eric Emmanuel Schmitt : Vladislav Pazi est l’un des meilleurs metteurs en scène du monde.
Eric Emmanuel Schmitt a le sens des dialogues et des personnages. Auteur dramatique prestigieux, il sait créer des situations et les mener à leur terme.
Le Boulevard du crime est l’histoire de l’âme du comédien. En se basant sur l’histoire de Frédérick Lemaître, Vladislav Pazi a réussi le tour de force de faire un spectacle d’une rare intensité consacré au théâtre, un lieu où tout est possible.

Frédérick Lemaître est le premier acteur populaire de notre histoire, la figure mythique du comédien du 19ème siècle. Acteur idolâtré, il fit, en 1832, de Robert Macaire, bandit fameux de la pièce l’Auberge des Adrets, une légende sur le Boulevard du crime.

Joueur, séducteur, révolutionnaire, audacieux et pulsionnel, Frédérick a le sens de l’improvisation qu’il sait toujours faire rebondir de bon mot en bon mot, de péripétie en péripétie.
Il semble prêt à tout sauf à l’amour. Et quand il rencontre Bérénice, une jeune femme mystérieuse qui n’appartient pas au monde du théâtre il va devoir choisir : Les planches ou la passion ?...

Théâtre Axel Toursky
1 Avis Donnez votre avis
16, Passage Léo Ferré
13003 Marseille

© mardi 20 mars 2007, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.