Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Accueil > Economie > 2004 > La construction d’un gazoduc entre l’Ukraine et la Russie
2004




La construction d’un gazoduc entre l’Ukraine et la Russie

Plus de 90% des hydrocarbures russes destinés à l’Europe transitent par l’Ukraine. L’Ukraine importe près de 60 milliards de mètres cube de gaz de Russie et du Turkménistan, dont la moitié est fournie par Gazprom en échange du droit d’utiliser les gazoducs ukrainiens pour le transit.

L’Ukraine est le deuxième pays de la CEI par sa population (48 millions d’habitants), dont la volonté de rapprochement avec l’Union européenne et l’OTAN pouvait inquiéter Moscou. Cette perspective est aujourd’hui ralentie, compte tenu de la politique controversée du président Koutchma, contesté à l’intérieur et isolé au plan international. La Russie a en revanche mis cette conjoncture à profit pour opérer un rapprochement avec Kiev. Surtout, un important accord bilatéral a été signé cette semaine entre Gazprom et son homologue ukrainien pour la gestion en commun du gazoduc traversant l’Ukraine. Moscou a également obtenu un droit de regard sur l’oléoduc Odessa-Brody. Ces infrastructures représentent un enjeu stratégique pour la Russie, puisqu’elles conditionnent leurs exportations énergétiques. Plus de 90% des hydrocarbures russes destinés à l’Europe transitent par l’Ukraine.

L’accord Gazprom/Naftogaz

Le Gazprom russe et la société ukrainienne d’Etat Naftogaz, ont signé le 27 octobre 2004 à Kiev un accord sur la construction du premier gazoduc ukrainien devant servir à acheminer du gaz russe vers l’Europe.

Cet accord a été signé, par les présidents de Gazprom, Alexeï Miller, et de Naftogaz, Iouri Boïko, en présence des chefs d’Etats russe et ukrainien, Vladimir Poutine et Léonid Koutchma.

Il y a 4 ans, la compagnie de gaz russe, Gazprom, irritée par l’incapacité de l’Ukraine de payer ses livraisons de gaz et accusant ce pays de voler, puis de revendre du gaz provenant des gazoducs, a mis en service un nouveau gazoduc vers l’Allemagne via le Bélarus et la Pologne, tout en cherchant des appuis pour un deuxième gazoduc qui passerait par le Bélarus, la Pologne et la Slovaquie.

Le 4 octobre 2001, l’Ukraine et la Russie sont convenues de restructurer la dette de l’Ukraine, s’élevant à 1,4 milliard de dollars, pour le gaz naturel russe fourni à la fin des années 1990. L’Ukraine a disposé ainsi d’un délai de grâce de trois ans avant de commencer les remboursements et n’est plus soumise à l’interdiction de revendre le gaz russe. La restructuration de la dette fait partie d’un accord plus large, portant sur les conditions d’utilisation par la Russie des gazoducs ukrainiens, qui acheminent plus de 90 % des exportations de gaz russe vers l’Europe.

Kiev et Moscou avaient conclu un accord en 2002 sur la création d’un consortium destiné à moderniser le réseau de gazoducs ukrainiens pour augmenter les exportations russes vers l’Europe. L’Ukraine assure pleinement le transit des livraisons russes par son territoire vers l’Europe occidentale. Et s’il est question dans l’avenir de l’augmentation de ces livraisons, alors il y a une possibilité par voie de reconstruction, de modernisation de ces routes existantes, d’augmenter ces livraisons, d’augmenter les capacités de ce gazoduc.

L’accord porte sur la construction d’un premier tronçon de 214 (bien 214) km entre les villes ukrainiennes ’Ouzhhorod’ et ’Bohorodtchany’. Ce tronçon fait partie d’un futur oléoduc de 1.500 km devant relier Ouzhhorod, dont le réseau est relié à la Slovaquie voisine, à Novopskov (est), à la frontière russe.

Ce nouveau tronçon permettra de transporter de 5 milliards de m3 de gaz par an.




Dans la même rubrique

0 | 25 | 50


Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe