Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Approche du marché russe




Transport routier

Alors même qu’il n’a jamais connu un développement important en Russie, en raison de la prédominance du fret ferroviaire, le transport routier marchandises enregistre aujourd’hui une certaine progression. Certes, sur le marché intérieur, il ne concerne encore que de courtes distances. En outre, son développement à l’international est entravé par la lourdeur des formalités douanières à accomplir aux frontières, y compris au sein de la CEI. Il convient, à cet égard, de souligner que seulement 25 % des échanges routiers avec la Russie sont assurés par des Russes.

Pourtant, le transport routier devrait connaître un développement dans les prochaines années, compte tenu de la progression du commerce avec l’Union européenne. En effet, 80 % des échanges de marchandises avec les pays européens transitent par la route. Il importe, à cet égard, de noter que les autorités fédérales russes ne semblent pas favorables à un développement excessif du transport routier. M. Sergueï Frank, ministre russe des transports, a indiqué aux membres de la délégation sénatoriale que la Russie était bien consciente de la volonté de l’Union européenne de désengorger les routes et se montrait soucieuse de faire prévaloir l’intermodalité. La place qu’occupe le secteur ferroviaire dans le système russe de transport est, de ce point de vue, un atout.
De nombreux projets ont été élaborés en vue de développer et de moderniser le réseau routier russe. Le gouvernement fédéral a adopté un programme de modernisation du système de transports pour la période 2002-2010, dont le sous-programme " routes " prévoit notamment la construction ou la réhabilitation complète de 10.000 kilomètres de routes fédérales, incluant la mise en deux fois deux voies de 3.700 kilomètres, l’entretien et la réparation de 46.000 kilomètres de routes fédérales et de 268.000 kilomètres de routes territoriales. Ce programme affiche également comme objectif la diminution de 10 à 15 % du nombre d’accidents.
Sa mise en oeuvre représente un besoin en financement estimé à 68 milliards de dollars.

Les priorités des autorités fédérales mettent l’accent sur la nécessité de réaliser les couloirs de transports transeuropéens. C’est à ce titre que la section Moscou-Nijni-Novgorod est aujourd’hui en cours de réhabilitation.
Des initiatives d’envergure sont, par ailleurs, prises par certaines autorités régionales. Il en est ainsi de l’oblast d’Irkoutsk et de la ville de Sourgout, qui financent la construction de ponts.

D’autres projets émanent du secteur énergétique, liés à la nécessité de construire des routes longeant les oléoducs.
Compte tenu de ses capacités financières limitées (les dépenses consacrées à la routes s’élèvent à 2 % du PIB sur l’année 2004), la Russie fait largement appel aux organismes financiers internationaux pour le financement de ses infrastructures routières.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a ainsi récemment accordé deux prêts de 229 et de 290 millions de dollars en vue de la réalisation du périphérique de Saint-Pétersbourg et de la construction d’un tronçon manquant sur la route " Amour ". La Banque mondiale devrait, quant à elle, consentir un prêt de 250 millions de dollars en vue de la réhabilitation des tronçons détériorés de la route fédérale " Don " (Moscou-Voronej-Rostov-sur-le-Don-Krasnodar-Novorossisk). Enfin, un prêt auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI) est actuellement en cours de négociation en vue de la modernisation du corridor transeuropéen entre Elbong (Pologne) et Kaliningrad, ainsi que de la construction de deux ponts.

La Russie s’intéresse également à l’instauration de péages routiers, visant à faire contribuer les usagers au financement des infrastructures de transports. Dans ce domaine, l’expérience française est une référence pour les Russes, comme l’a rappelé ministre des transports de la Fédération de Russie. Cependant, ce dernier a aussi considéré que la mise en place de péages n’était envisageable que lorsque la densité de circulation était suffisante, c’est à dire dans les régions centrales de la Russie.

Par ailleurs, un projet de loi sur la mise en concession est en préparation. Plusieurs sections de routes à péages font déjà l’objet d’une exploitation. Quant aux projets, ils concernent notamment une nouvelle section autoroutière entre Moscou et Saint-Pétersbourg et une section de l’autoroute "Don".




Dans la même rubrique

0 | 10 | 20

Derniers articles

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 6390


Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe