Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Accueil > Orthodoxie > 2005 > L’adoption du christianisme en Russie
2005




L’adoption du christianisme en Russie

Le 15 août 989 - 2005

L’histoire russe commence en 862 avec l’arrivée en Russie du roi viking Rourik, fondateur à Novgorod de la première dynastie russe. Par la suite, tout au long du 9ème siècle, des Vikings ont quitté la Scandinavie pour s’implanter dans la partie européenne de la Russie actuelle. En 989, le grand-prince Vladimir impose le ’baptême de la Russie’, par lequel il donne à son peuple une religion nationale, qui va devenir un instrument d’unification politique et un facteur de développement culturel.

Au 7ème siècle, au cours des invasions barbares, des peuples slaves de l’est s’étaient déjà installés dans la région s’étendant entre Novgorod et Kiev. Peu à peu, les différents peuples se sont unifiés au fur et à mesure de l’expension de la religion chrétienne.

En 988, selon La Chronique des temps passés, le prince Vladimir, après avoir examiné les autres religions monothéistes, se convertit au christianisme oriental, ébloui d’après la légende par les fastes de Byzance qu’on lui rapporte. Ensuite l’Empereur byzantin Basile II donne en mariage sa sœur Anna au prince de Kiev Vladimir en échange de sa conversion au christianisme et en remerciement de son aide militaire.

Grâce au christianisme, l’Etat de Kiev entre dans l’espace des relations diplomatiques européennes (la fille du prince Iaroslav, Anna, épouse Henri I er , roi de France, en 1040). Il faudra cependant plusieurs siècles avant que l’ensemble de la population ne soit christianisé.

En 1448, l’Eglise orthodoxe russe devient autocéphale (le métropolite de Moscou est élu par le clergé russe et non plus désigné par Constantinople), profitant de la déliquescence de l’empire byzantin qui s’effondre en 1453.

A la mort du fils de Vladimir, Iaroslav, en 1054, la Russie kiévienne est la plus grande fédération en Europe. Les cinq fils de Iaroslav se partagent le territoire, selon les règles successorales scandinaves qui attribuent aux différents enfants un apanage, tradition toujours plus au moins respectée depuis Riourik mais" corrigée " par l’assassinat ou la disparition des héritiers gênants. La monarchie de fait se transforme alors en oligarchie de princes parents qui règnent sur diverses principautés : Kiev, Novgorod, Vladimir puis, plus tard, Moscou, qui prendra l’ascendant sur les autres.




Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60

Derniers articles

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 6220


Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe