Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Accueil > Economie > 2002 > Les chiffres d’affaires des entreprises russes
2002




Les chiffres d’affaires des entreprises russes

Les chiffres d’affaires des 200 plus importantes entreprises russes, selon l’étude annuelle effectuée par le journal Expert, ont l’année dernière dépassé les 150 milliards de dollars. Près de 70% de ces revenus proviennent des compagnies pétrolières, métallurgiques et autres entreprises de matières premières. Cependant, ce ne sont pas ces secteurs qui ont été les têtes de file de la croissance l’année dernière mais le secteur des industries mécaniques et celui de l’agroalimentaire.

Le classement du journal Expert est réalisé sur la base du chiffre d’affaires des entreprises. L’année dernière, le volume total des chiffres d’affaires a augmenté de 20 milliards de dollars, ce qui est assez peu par rapport à l’année 2000 où la même étude avait révélé une croissance du chiffre d’affaire global des 200 plus grandes entreprises de 44 milliards de dollars par rapport à l’année 1999. Toutefois, il semble que ces entreprises se préoccupent dorénavant plus de leur valeur sur le marché, la capitalisation totale des figurants de l’étude a augmenté de 60%, passant de 62,5 milliards de dollars à 105 milliards de dollars.

Les premières places du classement, comme toutes les années précédentes, sont toujours la compagnie gazière, Gazprom, le monopole électrique RAO EES Rossia et la compagnie pétrolière Loukoïl. Cependant, cette année de nouveaux noms apparaissent dans le classement comme Evrazholding (19e place), Ouralskaïa gorno-metallourgitcheskaïa kompania (23e place) et Rosenergoatom (20e place). Enfin, pour la première fois, la compagnie d’aluminium "Rousal" a accepté de révéler ses indicateurs financiers. Le chiffre d’affaires de Rousal pour 2001 a été de 4,1 milliards de dollars ce qui la fait entrée directement à la 7e place du classement alors qu’auparavant, les auteurs de l’étude la classaient prudemment dans les 20 premiers sans se risquer à lui attribuer une place plus précise. En revanche, l’entreprise SIBOUR a disparu de la liste et est dorénavant incluse dans le chiffre d’affaire de Gazprom.

Le plus intéressant, selon les auteurs de l’étude, sont les indices présentés par les entreprises de la seconde vingtaine. Le chiffre d’affaires de ces entreprises a augmenté de 331,5 milliards de roubles à 484,1 milliards de roubles et leur part dans le chiffre d’affaires global est passé de 9% à 11%. Parmi les chefs de file de ce second échelon, on distingue l’entreprise laitière Wimm-Bill-Dann (33e place) et la brasserie Baltika (36e place).

"Auparavant, la dizaine d’entreprises leaders devançait largement les autres entreprises de la liste. Aujourd’hui, les oligarques de la seconde vague forment leurs holdings, basés principalement sur les industries de transformation et le secteur alimentaire" explique le directeur de l’étude Dmitri Grichankov en ajoutant : "Le volume du chiffre d’affaires de ces entreprises du second échelon ne peut pour l’instant pas être comparé à celui du premier échelon mais cette tendance est réjouissante car c’est ainsi que doit être une économie normale".

En général, le classement actuel montre que le secteur des matières premières cesse d’être la locomotive principale de l’industrie russe. La part des compagnies pétrolières dans le chiffre d’affaires global des 200 plus importantes entreprises représente dorénavant moins de la moitié, 48,4% contre 52% l’année précédente. La part de la métallurgie a également diminué. "Si la tendance se confirme, dans 20-25 ans, la part du secteur des matières premières dans le chiffre d’affaires global devrait être de 25-30%, ce qui est tout à fait normal pour une économie développé" écrit le journal Expert.

Les auteurs de l’étude soulignent le fait que sur les 200 places du classement, 48 sont occupées par des entreprises mécaniques. Elles sont les moteurs de la croissance. Par exemple, l’entreprise automobile, AvtoVAZ a vu son chiffre d’affaires augmenté de 35%, jusqu’à 3,8 milliards de dollars, et est passé de la 12e à la 8e place ; l’entreprise Obedinennye machinostroitelnye zavody a grimpé de neuf échelons, passant de la 58e à la 49e place.

La deuxième vedette du classement est le secteur alimentaire. Plus de 50% des entreprises de ce secteur ont amélioré leurs indicateurs et seuls 7% ont vu leurs indicateurs se détériorer. La plupart des autres secteurs connaissent une tendance inverse. Par ailleurs, le secteur alimentaire occupe la seconde place par le nombre de nouvelles entreprises créées. "Objectivement, les industries mécaniques et le secteur alimentaire sont les vedettes de ce classement" estime Olga Filipova du groupe financier Alfa-Group qui ajoute toutefois que "si la part des entreprises pétrolières connaît une légère baisse, cela ne signifie pas que l’économie entame un réel changement structurel".

Vedomosti 7-10-02 ; Expert 8-10-02




Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30

Derniers articles

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 6220


Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe