Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






CINEMA
Accueil > Agenda culturel > CINEMA > ’Cargaison 200’, le nouveau film de Balabanov, refusé par les télévisions russes



’Cargaison 200’, le nouveau film de Balabanov, refusé par les télévisions russes

Sortie nationale en Russie le 14 juin 2007

Alexeï Balabanov, réalisateur et scénariste culte du cinéma russe, qui avait notamment tourné Brat (Frère) et Brat-2, films d’action adorés du public russe, mais peu connus à l’étranger, a étonné les critiques avec un nouveau film extrêmement violent ’Cargaison 200’.

Alexeï Balabanov

Biographie

Alexeï Balabanov est né en 1959 à Sverdlosk (Russie). Avant d’étudier le cinéma à Moscou, il a été interprète militaire. Il fut ensuite assistant réalisateur aux studios de Sverdlosk où il réalisa deux documentaires.

Son premier film de fiction, DES JOURS HEUREUX (Schastlivjedny) a été présenté à Cannes en 1992 dans la section "Un certain regard".

En 1997, FRERES (Brat), présenté à la quinzaine des réalisateurs est un des plus grands succès du box office russe.

Prix spécial du jury et prix Fipresci au festival de Turin, prix du meilleur acteur pour Sergueï Bodrov à Chicago et Sotchi, BRAT, permet à Balabanov d’accéder à la reconnaissance internationale.
- DES MONSTRES ET DES HOMMES, présenté à la Quinzaine des réalisateurs est le troisième long métrage de fiction du réalisateur.

Filmographie :

- YEGOR ET NASTYA (documentaire)
- DE L’HISTOIRE DE L’AEROSTATIQUE EN RUSSIE (documentaire)
- 1992 DES JOURS HEUREUX (Schastlivijedny)
- ZAMOK (Le château)
- TROFIM (Court métrage)
- 1997 FRERE (Brat)
- 1998 DES MONSTRES ET DES HOMMES
- 2000 FRERE 2 (BRAT2)
- 2002 La GUERRE (Voina)
- 2002 La RIVIERE (Reka)
- 2004 L’AMERICAIN
- 2005 CACHE - CACHE (ZHMURKI)
- 2006 JE N’AI PAS MAL (Mne ne bolno)
- 2007 LA CARGAISON 200 (Gruz 200).

Des cercueils avec des soldats soviétiques tués en Afghanistan, la vodka qui coule à flots, un policier qui torture ses détenus. Les télévisions russes ont refusé de diffuser "Cargaison 200", un film russe sur les horreurs de l’URSS, dans un pays nostalgique de l’époque.

Alexeï Balabanov, réalisateur et scénariste culte du cinéma russe, qui avait notamment tourné Brat (Frère) et Brat-2, films d’action aux accents nationalistes adorés du public russe, mais peu connus à l’étranger, a étonné les critiques avec un nouveau film extrêmement violent.

Films Brat (Frère) et Brat-2, de Balabanov disponibles en France

Films de Balabanov en français / russe

Interdit aux jeunes de moins de 21 ans, "Cargaison 200" doit sortir sur les écrans le 14 juin 2007.

"Les chaînes de télévision auxquelles j’avais proposé notre film, l’ont refusé", a indiqué le producteur Sergueï Selianov.
L’action se passe en 1984, "la pire année de l’époque de stagnation et de facto la dernière année du pouvoir soviétique", avant l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev qui lança la perestroïka, explique le réalisateur.
Dans un petit village perdu de la province russe, un policier maniaque enlève la fille d’un responsable local du parti communiste pour se vouer à un amour pervers. Le seul espoir pour la jeune fille : son fiancé militaire, capable de la libérer du cauchemar. Mais il est tué en Afghanistan.

Certaines scènes font frémir : le viol de la jeune fille avec une bouteille, l’arrivée à l’aéroport des cercueils d’Afghanistan, "la cargaison 200" selon l’expression officielle soviétique, alors que des dizaines d’appelés montent à bord du même avion.
Le directeur général de la chaîne privé NTV Vladimir Koulistikov a confirmé que le film ne sera pas diffusé par sa chaîne, car il "n’est pas adressé aux masses".

Deux autres chaînes d’audience nationale, Pervy kanal et Rossia, interrogées par l’AFP se sont refusés à tout commentaire.
"Il ne s’agit pas d’une censure, mais d’une ambiance qui règne dans la société. L’URSS a cessé d’être un objet de critiques", estime M. Selianov.

La première présentation du film sensée réunir toute la classe politique russe s’est tenue le 5 juin à Moscou dans une salle pratiquement vide. Seuls quelques journalistes et députés y ont assisté.

Les hommes politiques ne veulent pas se prononcer sur un film aussi controversé. D’autres ont qualifié le film de "génial", y voyant un sens beaucoup plus large qu’une simple critique du passé : "Un film sans compromis, radical et invraisemblablement courageux".

Selon Igor Iakovenko, secrétaire général de l’Union des journalistes, les réticences des télévisions sont liées au fait que "le pouvoir a reconnu son propre visage dans ce film".

Mais le réalisateur nie avoir fait allusion à la Russie de Vladimir Poutine.
"Je ne suis pas plongé dans la politique. J’ai juste montré l’époque soviétique telle que je la voyais et le moment crucial, lorsque le pays a commencé à changer", assure Alexeï Balabanov.

La fin du film laisse pourtant entrevoir une perspective historique qui s’ouvre devant le pays : deux jeunes entrepreneurs poursuivent leur chemin pour devenir oligarques dans les années 90, un professeur d’athéïsme convaincu vient dans une église pour recevoir le baptême.





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

  A la une !


Semianyki (La Famille)...
Du 8 au 31 décembre 2016, Paris

"Les Motifs de l’Oural", exposition de l’artiste Nail Vagapov...
Du 5 au 10 décembre 2016

ALEST VOYAGES, tour opérateur spécialiste de la Russie...
Tour opérator spécialisé à Paris

Association Isba...
PLACE DU 1ER MAI 81100 CASTRES

Les Journées du Livre Russe...
Samedi 4 et dimanche 5 février 201

Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !