Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






EXPOSITIONS
Accueil > Agenda culturel > EXPOSITIONS > Exposition Unesco : "2 200e anniversaire de la fondation de la ville de Tachkent"



Exposition Unesco : "2 200e anniversaire de la fondation de la ville de Tachkent"

1er – 10 avril 2009

L’origine des arts décoratifs appliqués remonte aux temps anciens. Les traditions des maîtres d’arts nationaux se sont transmises de génération en génération.

L’héritage des grands centres de l’Asie centrale constitue pour l’Ouzbékistan un atout primordial. Si Tachkent doit à son statut de capitale de l’ex-Turkestan russe, puis soviétique, l’installation des administrations, des universités et d’instituts de recherche, c’est surtout la présence des capitales des anciens khanats et des villes les plus prestigieuses de la région (Samarcande, Boukhara, Khiva...) qui confère à cette République une position privilégiée.

Tachkent, ou parfois Tashkent (Toshkent), est une métropole d’Asie centrale, capitale de l’Ouzbékistan. Située à l’est du pays, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière kazakh, elle compte aujourd’hui plus de 2,7 millions d’habitants (2007).

Son nom signifie "citadelle de pierre" (taš : pierre en turc + kand, kent : ville, un mot centre-asiatique). Elle a aussi porté, dans le passé, les noms de Tchatch, Shash et Binkent. Les deux premiers sont apparentés au mot taš qui signifie pierre, le deuxième est aussi à l’origine des mots chéchia et chèche.

Ce qu’on appelle actuellement Tachkent fut fondée vers le Ve siècle av. J.-C. en tant que citadelle. Pendant longtemps, cette ville, située sur les bords de la rivière Tchirtchik, affluent du Syr-Daria, près de la chaîne montagnarde de Tian Shan, fut une étape importante sur la Route de la soie, entre la Chine et l’Europe. Avant d’entreprendre la campagne de l’Inde en 326 av. J.-C., Alexandre le Grand quitte son quartier général à Maracanda (Samarcande) pour conquérir la citadelle à la place de l’actuelle Tachkent. La ville se retrouva à son tour dans les possessions de divers khalifats musulmans avant de tomber aux mains des Mongols au début du XIIIe siècle qui l’ont complètement détruite en 1219. Plus tard, elle renaît sous le règne des Timourides (XVe siècle) et des Chaïbanides qui leur ont succédé à partir de 1507, pour mener ensuite assez longtemps une existence indépendante, entre autres sous le règne de Bâbur, avant d’être annexée, à son tour, par le khanat de Kokand en 1809. En 1867, après une conquête fulgurante des troupes russes menées par le général Mikhaïl Tcherniaïev (1865), Tachkent devint le siège du gouvernement général de ce qui fut formé en tant que Turkestan russe. La ville voit ensuite l’arrivée massive mais pacifique d’immigrants russes, attirés par le climat. En 1924, la ville persophone de Samarcande devint la capitale de la République socialiste soviétique d’Ouzbékistan, et le resta jusqu’en 1930, date à laquelle Tachkent fut à nouveau désignée capitale d’Ouzbékistan. Depuis l’indépendance obtenue en 1991, et surtout dans les années 2000, le président ouzbek Islom Karimov a initié et supervisé un vaste programme de reconstruction urbaine.

Les atouts dont dispose l’Ouzbékistan sont largement mis en valeur sur la scène diplomatique internationale. Les voyages en France du Président Karimov, la signature de l’accord de partenariat et de coopération avec l’Union européenne, constituent les signes tangibles de l’ouverture de la politique étrangère de l’Ouzbékistan.


L’exposition présente des pièces de sculpture et de peinture sur bois des maîtres d’art de Tachkent, la céramique bleue des potiers de Richtan et Khiva, des récipients en cuivre et laiton présentant un ornement ciselé ainsi que des instruments de musique ouzbeks traditionnels incrustés de nacre. Les principales pièces de l’exposition sont les soies naturelles tissées traditionnelles, les « Khans-atlas », les « Bikassams », des toiles de coton imprimées et les « Chapans », de magnifiques robes de Boukahara brodées à la main avec de l’or.

Sont également exposées des pièces miniatures uniques réalisées en laque et en papier fabriqué à la main.

LA MISE EN VALEUR D’UN HÉRITAGE MILLÉNAIRE

L’héritage des grands centres de l’Asie centrale constitue pour l’Ouzbékistan un atout primordial.

1. Des sites prestigieux

L’Ouzbékistan dispose de sites touristiques prestigieux dont la mise en valeur pourrait non seulement constituer une source non négligeable de devises mais aussi stimuler une part importante d’investissements.

Il s’agit, tout d’abord, de Samarcande, cité la plus renommée des villes d’Asie centrale. Coeur d’une vaste oasis nourrie par le Zérafchan, elle a été la capitale de la Sogdiane et a atteint son apogée sous Tamerlan. La jalousie des successeurs des Timourides, le déclin de la ville, puis plus récemment les tremblements de terre et l’urbanisme soviétique n’ont guère laissé subsister que quatre ensemble isolés : le Gour Emir (tombeau de Tamerlan), le Registan (trois madrasas du XVème et du XVIIème siècle), la Mosquée du vendredi (appelée Bibi khanim) et Chah-i Zind (rue bordée de mausolées du XIVème siècle). Aujourd’hui, les monuments épargnés, après avoir été l’objet de restaurations parfois zélées, sont menacés de mort rapide par les remontées salines de la nappe phréatique, qui rongent le bas de leurs murs.

Entre la mer d’Aral et l’Afghanistan, l’azur des coupoles du grand conquérant éclaire l’Ouzbékistan. Le "bleu" de Samarcande "qui fait lever dans l’imagination des hommes, les images d’une ville orientale fabuleuse, traversée par les caravanes de la route de la soie".

Avec ses vingt cinq siècles d’existence, Boukhara, l’une des plus importantes villes antiques et médiévales de l’Asie centrale, apparaît comme une véritable réserve architecturale, historique et culturelle où sont conservés les monuments d’époques très différentes. Qualifiée de "perle de l’orient", Boukhara a joué le rôle d’un important centre administratif, commercial et culturel en Asie centrale. Les recherches archéologiques témoignent de la présence de colonies de chasseurs néologiques sur ce site. Cette cité a obtenu le statut de ville ouverte au monde et a fait l’objet d’un grand nombre de manifestations sous l’égide de l’UNESCO ces derniers mois.

Enfin, Khiva, apparue au milieu du premier millénaire avant notre ère, est l’une des villes phares de la région du Khorezm de l’Ouzbékistan indépendant. Elle constitue un véritable parc national d’architecture.

2. La découverte de l’Ouzbékistan par la modernisation de la flotte aérienne.

Le fort potentiel touristique 1. 800.000 entrées en 2008 a notamment conduit l’Ouzbékistan à moderniser sa flotte aérienne.

La compagnie aérienne Ouzbékistan Airways a souhaité développer les vols charters avec "les tour-opérateurs" asiatiques et européens pour favoriser l’entrée de devises.

A l’heure actuelle, cette compagnie, autrefois dans le giron d’Aeroflot, tire encore une part importante de ses revenus de son centre de maintenance de Tachkent, principal centre de révision dans le monde des Ilyouchin 62, des IL 76, des IL 86 et Tupolev TU 154. Elle possède encore une centaine d’avions de plus de 10 types différents, notamment des Tupolev TU 154 (mis en service en 1968) des Ilyouchin IL 62 (mis en service en 1967) et des Yak 40 classés "hors d’âge" ; la compagnie a néanmoins acheté deux airbus A 310-300 en 1993 et 2 boeing 767. Ces derniers sont exploités sur les 75 vols internationaux hebdomadaires (Londres, Francfort, Amsterdam, Bangkok, New-York, Pékin, Kuala Lumpur et Athènes).

En outre, Ouzbékistan Airways a commandé trois avions régionaux RJ 85 construits par British Aerospace, dont le premier exemplaire a été livré le 10 juillet dernier. Ces trois quadrimoteurs dont le coût dépasse les 85 millions de dollars seront exploités sur les lignes à fort potentiel touristique desservant les villes historiques.


Le 10 avril 2009
Concert, Salle I, 18 heures (sur réservation dans la limite des places disponibles)
Musiques et chants traditionnels ouzbeks
UNESCO
7 place de Fontenoy
75007 Paris





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40

  A la une !


Semianyki (La Famille)...
Du 8 au 31 décembre 2016, Paris

"Les Motifs de l’Oural", exposition de l’artiste Nail Vagapov...
Du 5 au 10 décembre 2016

ALEST VOYAGES, tour opérateur spécialiste de la Russie...
Tour opérator spécialisé à Paris

Association Isba...
PLACE DU 1ER MAI 81100 CASTRES

Les Journées du Livre Russe...
Samedi 4 et dimanche 5 février 201

Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !