Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






EXPOSITIONS
Accueil > Agenda culturel > EXPOSITIONS > Exposition ’Rendez-vous. Les artistes russes dans le livre français’



Exposition ’Rendez-vous. Les artistes russes dans le livre français’

Du 6 avril - 5 juin 2010, du lundi au samedi entre 10h et 22h. Entrée libre

Dans le cadre de l’année France-Russie, la Bibliothèque Sainte-Geneviève accueille l’exposition ’Rendez-vous. Les artistes russes dans le livre français’.

Dans le cadre de l’année France-Russie, Mikhaïl Seslavinsky a prêté une soixantaine d’ouvrages issus de sa collection personnelle pour l’exposition ’Rendez vous’.

La matière de l’exposition tient en une collection de livres français illustrés par des artistes russes qui ont marqué l’édition de notre pays dans les années 1920 et 1930. Elle a été patiemment et amoureusement rassemblée par Mikhaïl Seslavinski, bibliophile russe et grand admirateur de l’esprit français. Présentée sous une autre forme lors du Salon du livre 2010, cette collection est exposée dans le vestibule et l’escalier d’honneur de la Bibliothèque.

Les artistes russes dans les livres français : Collection de Mikhaïl Seslavinski

Bibliothèque Sainte-Geneviève, 6 avril au 5 juin 2010
10, place du Panthéon - 75005 Paris
Entrée libre du lundi au samedi de 10h à 22h

L’exposition Rendez-vous proposée sur un autre stand, réunit un ensemble exceptionnel d’une soixantaine de livres illustrés par des peintres russes dans la première moitié du XXe siècle. Elle propose un regard inédit sur le Paris russe des années 20 et 30 grâce à ces précieux ouvrages présentés pour la première fois à Paris. Ces éditions rares proviennent de la collection privée de Mikhaïl Seslavinsky, bibliophile, directeur de l’agence fédérale russe pour la presse et la communication et auteur de « La reliure individuelle russe des XIXe et XXe siècles ». ». La sélection des oeuvres a été faite en étroite collaboration avec Yves Peyré, directeur de la Bibliothèque Sainte Geneviève et spécialiste reconnu dans le domaine du livre d’artiste.

L’exposition Rendez-Vous

Exposition consacrée aux peintres russes dans l’édition française de la première moitié du XXème siècle.

L’exposition « Rendez vous » ouvre une page à demi oubliée. Celle de la coopération entre peintres et éditeurs durant les décennies de l’entre-deux-guerres. Dans un espace de 88 mètres carrés, idéalement placé au centre du Salon du Livre et séparé du stand officiel russe, Rendez-vous dévoile une soixantaine de livres provenant de la collection privée de Mikhaïl Seslavinsky, directeur de l’agence fédérale russe pour
Année France-Russie 2010.

La presse et la communication et auteur de La reliure individuelle russe des XIXe et XXe siècles. A partir d’avril c’est la bibliothèque Sainte Geneviève (Place du Panthéon Paris Ve) qui accueillera à son tour l’exposition.

L’exposition revient sur la vie et l’oeuvre des peintres russes, qui ont émigré en France après la Révolution d’octobre. Elle met en lumière le Paris des années 1920-1930 à travers des maîtres renommés de la peinture et du graphisme russe, lorsque leurs oeuvres atteignaient leur apogée dans l’édition française.

De nombreux artistes russes ont illustré entre 130 et 150 livres français -d’après les estimations-. La majeure partie de leurs réalisations était exécutée pour des périodiques, des affiches publicitaires, des brochures, des programmes d’opéras et de ballets. Ils contribuèrent également à de luxueuses éditions bibliophiles à tirage limité et à des ouvrages destinés au grand public.

Au début du XXè siècle, certains de ces peintres étaient déjà établis à l’étranger : Viktor Bart, Natalia Gontcharova ; Constantin Pavlovitch Kouznetsov, Mikhaïl Larionov, Ivan Lebedeff, Sergueï Solomko (Serge de Solomko et Alexandre Iacovleff . D’autres comme Alexandre Alexeïeff , Ivan Bilibine, Lev Zak, Marina Romanova, Fédor Rojankovsky, ont fui la Russie pour sauver leur vie. Après guerre, beaucoup d’entre eux ont choisi de vivre en Europe. Il en fut ainsi pour Youri Annenkov, Alexandre Benois, Mstislav Doboujinski, Konstantin Somov, Sergueï Tchekhonine, Marc Chagall et bien d’autres. Dès le début de l’émigration, des revues et journaux influents tels que Les Dernières nouvelles (Poslednié novosti), La Cause commune (Obchtchee delo), La Russie en devenir (Griaduchtchaya Rossia) commencèrent à paraître à Paris. Les écrivains et chroniqueurs les plus brillants y collaboraient, comme Ivan Bounine, Alexeï Tolstoï, Nadejda Teffi et Marc Aldanov. Dans les années qui suivirent, avec l’accroissement de la colonie russe, leur nombre ne cessa d’augmenter.

La vogue pour tout ce qui était russe permettait aux peintres et dessinateurs de talent de ne pas rester sans travail.

Dans l’entre-deux-guerres, le mouvement se poursuivit : près de 170 périodiques en langue russe étaient édités. Citons-en quelques-uns parmi les plus célèbres : La Russie illustrée (Illioustrirovanaïa Rossiïa) publia 748 numéros entre 1924 et 1939. Précisons que nombre de peintres ont participé à la conception graphique de cette revue tels : A. Benois, I. Bilibine, B. Zvorykine, F. Rojankovski et A. Iacovleff .
La légendaire revue L’Oiseau de Feu (Jar-Ptitsa), qui s’efforçait de perpétuer à l’étranger les traditions de ses prédécesseurs prérévolutionnaires – Le Monde de l’art (Mir Iskousstva), La Toison d’Or (Zolotoye Rouno) et Appolon – s’installa également à Paris. Au tout début des années 30, on vit renaître de ses cendres le célèbre Satirikon dont les numéros comportaient quasiment tous des dessins de Yu. Annenkov. L’hebdomadaire Les Dernières nouvelles (Poslednié novosti), dans lequel A. Benois a publié ses fameuses Lettres artistiques, est paru de 1920 à 1940. La jeune génération préférait quant à elle les revues Le Coup (Oudar) et Nombres (Tchisla).

Les artistes russes installés en France s’unirent rapidement dans des organisations professionnelles. Ils ouvrirent également leurs propres écoles et des cours pour former leurs jeunes collègues, tels A. Iacovleff et V. Choukhaiev à Montparnasse, fin 1921 ; ou I. Bilibine et M. Doboujinski qui enseignent à l’Institut russe des arts et industries en 1926, avec le soutien de Félix Youssoupov. A la frontière des années 1920 et 1930, ce sont B. Grigoriev et K. Somov qui ouvrent leurs cours.
En 1929, toujours à Montparnasse, Tatiana Tolstoï (la fille de Léon Tolstoï) créee l’Académie des arts russe, où enseigne toute la fleur de la fameuse pléiade du Monde de l’Art (Mir Iskousstva).

Et même si tous ces établissements n’ont pas survécu bien longtemps, ils ont joué un rôle significatif dans la vie artistique du Paris russe. A Paris, l’influence de la presse de gauche grandissait. Nombre de peintres russes publièrent leurs dessins sur ses pages. Certains d’entre eux collaborèrent avec les organisations d’émigrés et les périodiques prosoviétiques et organisèrent des expositions séparées, notamment Viktor Bart et Ilya Zdanevitch.

La Seconde guerre mondiale constitua une nouvelle épreuve pour les créateurs russes en émigration.

Une partie d’entre eux subit la répression nazie, une autre quitta la France pour des pays européens non occupés ou partit aux Etats-Unis. Mais beaucoup d’émigrés russes sont restés pour combattre, d’abord dans les rangs de l’armée française, puis dans ceux de la Résistance. Constantin Terechkovitch en est un exemple marquant. Notons que même pendant la guerre, l’édition en France ne s’est pas arrêtée et un certain nombre d’ouvrages avec des illustrations de peintres russes a vu le jour.

Toutefois, à la fin des années 1940, la brillante pléiade des maîtres du graphisme russe avait perdu ses positions de leader : certains n’étaient plus en vie, les autres étaient d’un âge avancé, d’autres enfin étaient partis en URSS ou dans d’autres pays. Les créateurs russes plus jeunes, qui versaient simultanément dans la peinture, l’art scénique et le cinéma, même s’ils publiaient certaines oeuvres livresques, n’avaient, bien sûr, pas les moyens, de faire revivre cette période historique unique de coopération si fructueuse entre plume et pinceau russes et presse d’imprimerie et pierre lithographique françaises…

Mikhaïl Seslavinsky

« Cette rencontre qui a duré plusieurs décennies entre les peintres de l’émigration russe et les éditeurs français constitue un apport unique, inestimable, tant à l’histoire du livre qu’à la peinture mondiale. Cette contribution illustre parfaitement les mots bien connus de Nina Berberova sur la première émigration russe : "Nous ne sommes pas des bannis mais des ambassadeurs » / M. SeslavinskyN


Mikhail Seslavinsky est né le 28 février 1964 à Dzerjinsk, il étudia l’histoire à Nijni-Novgorod. Il a occupé des fonctions politiques importantes, et s’est particulièrement investi pour l’élaboration d’une législation moderne dans le domaine culturel. Depuis 2004, il est le directeur de l’Agence fédérale russe pour la presse et les communications. Passionné de bibliophilie depuis toujours, il dirige le comité de rédaction de l’unique magazine russe de bibliophilie, Pro-Knigi (Pro-Livres). Il est aussi l’auteur de plusieurs livres sur l’histoire de l’imprimerie et de la bibliophilie, dont l’album Parfums de reliures, La reliure individuelle russe des XIXème –XXème siècles, ainsi que d’un livre sur l’histoire de sa famille, Etapes d’un long parcours, d’un recueil de récits pour enfants, Parole privée de pionnier, et d’un livre facétieux sur les aventures d’un chat des marais en Finlande, Polaris.

Bibliothèque Sainte-Geneviève, 6 avril au 5 juin 2010
10, place du Panthéon - 75005 Paris
Entrée libre du lundi au samedi de 10h à 22h





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40

  A la une !


Soirée russe : l’Association RUSLAN fête ses 30 ans !...
Samedi 17 décembre 2016 à 19h30

KEDROFF BALALAÏKA TRIO et POLYPHONIES GÉORGIENNES MARANI...
PARIS (75) dimanche 11 décembre 2016 à 16h00

Le Chœur Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg...
Du 10 décembre 2016 au 1er janvier 2017

Les Fêtes de fin d’année en Russie...
NOËL RUSSE ET JOUR DE L’AN RUSSE

Les médias russes saluent la victoire de Fillon à la primaire en France...

Palmarès du 24ème Festival du cinéma russe à Honfleur...
Dimanche 27 novembre 2016



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !