Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Politique





Accueil > Actualités > Politique > Ukraine : rencontre à Paris avec des responsables de la nouvelle équipe au pouvoir

Ukraine : rencontre à Paris avec des responsables de la nouvelle équipe au pouvoir

Mardi 11 Mai 2010 à 18 H 30

Une rencontre franco-ukrainienne avec des responsables de la nouvelle équipe au pouvoir a eu lieu à Paris dans un climat intérieur tendu.

Mardi 11 Mai 2010 à 18 H 30 à l’hôtel Normandy (Salon St Honoré) - 256 rue St Honoré - 75001 Paris (Métro Pyramide et Palais Royal)

Autour des personnalités suivantes :

- Serguei Zavorotnyj, Conseiller du Premier ministre
- Dimitri Vydrine, vice-secrétaire général du Conseil National de Sécurité et de défense d’Ukraine
- Volodimir Oleinik, député de la Rada Suprême d’Ukraine, vice-président de la Commission des lois sur la sécurité
- Dimitri Chtchentsev, député de la Rada Suprême d’Ukraine, vice-président de la Commission des lois sur la juridiction pénale
- Oleg Tsarev, député, président de la sous-commission sur les questions fiscales indirectes et de la Commission de la Rada sur les questions douanières.

Ont présenté :

- La situation financière et politique actuelle de l’Ukraine, après les élections du 7 février dernier
- Le contexte budgétaire et politique et la victoire électorale de M. Viktor Yanoukovitch, président de la république
- Les choix stratégiques sur les relations avec l’Union européenne et la France et entre l’Ukraine et la Russie, à la lumière du récent accord sur le prix du gaz russe et le stationnement de la flotte russe à Sébastopol (Crimée).


Cinquante jours à peine après son intronisation, Viktor Ianoukovitch est accusé de brader l’indépendance politique de l’Ukraine, et présenté par une partie de la presse comme le plus pro-russe des présidents ukrainiens depuis l’indépendance du pays.

En Ukraine, le Parlement a désigné, le 11 mars dernier, un nouveau Premier ministre Mikola Azarov. Cet ancien ministre des Finances, proche du président Viktor Ianoukovitch a succédé à Ioulia Timochenko, candidate malheureuse aux dernières élections présidentielles et renversée par une motion de censure la semaine dernière.

Mikola Azarov Premier ministre, c’est un des plus anciens compagnons de route du président Ianoukovitch qui revient aux affaires.

Né en Russie et installé en Ukraine dans les années 1980, ce technocrate a su se maintenir au sommet du pouvoir politique dans ces années d’autoritarisme post-soviétique qui ont mené à la révolution. Azarov, c’est la vieille école du Parti des régions, un ancien apparatchik russophone, plutôt sec et austère. Un Premier ministre bien différent de celui que beaucoup d’Ukrainiens espéraient : Sergey Tigipko, le troisième homme de la présidentielle, un homme d’affaires assez jeune qui veut incarner le changement.

Tigipko a été nommé vice-Premier ministre, dans ce nouveau gouvernement, où l’on retrouve avant tout des proches de Ianoukovitch déjà en poste en 2004 et 2006, quand l’actuel président était Premier ministre. On assiste donc au retour aux affaires d’une équipe déjà bien connue des Ukrainiens.

Ce sont les récents accords de Kharkiv qui ont mis le feu aux poudres : Medvedev avait alors obtenu, contre une remise de 30% sur les prix du gaz pour l’Ukraine, le maintien de la basse militaire russe de Sebastopol jusqu’en 2042.

- "Pendant la présidence de Viktor Iouchtchenko, de 2005 à 2010, les relations russo-ukrainiennes étaient gelées, à part dans le domaine économique. Nous assistons aujourd’hui à l’intensification de nos relations avec Moscou. C’est important, notamment pour la stabilité du continent européen", rappelle Serguei Zavorotnyj, Conseiller du Premier ministre.

Les observateurs européens constatent surtout une réelle sur-représentation des régions de l’Est, fief du président Viktor Ianoukovitch, élu en janvier 2010. Sur les 29 membres du gouvernement, 17 sont issus des régions industrielles orientales et plus particulièrement de Donetsk, où est né le nouveau chef de l’Etat. La plupart sont des membres éminents du fameux clan politico-financier du même nom, dont le parrain est Rinat Akhmetov, première fortune d’Ukraine. Quatorze régions (sur les 25 que compte le pays), presque toutes situées dans la partie occidentale de l’Ukraine, n’ont tout simplement plus aucun représentant au sein du pouvoir central à Kiev.

Viktor Ianoukovitch, à l’instar de son prédécesseur Viktor Iouchtchenko en 2004, fait aussi le grand ménage chez les hauts-fonctionnaires, notamment au sein de la police, des services secrets ou encore de l’audiovisuel public. Quatorze gouverneurs ont eux-aussi été mis à la porte et remplacés par des proches du président, notamment dans la très stratégique République autonome de Crimée.

- "Parmi les quinze pays issus de l’éclatement de l’ancienne Union soviétique, l’Ukraine représente le deuxième -après la Russie- par sa population et le troisième -après la Russie et le Kazakhstan- par sa surface. Elle est consciente de sa position stratégique à la confluence des grands axes routiers, ferroviaires et de transport d’hydrocarbures vers l’Europe occidentale", rappelle Dimitri Vydrine, vice-secrétaire général du Conseil National de Sécurité et de défense d’Ukraine. "Cette attitude a été à la source des malentendus et des frustrations qui ont émaillé les relations bilatérales ukraino-européennes durant la première décennie de l’indépendance ukrainienne. Il devenait dès lors difficile d’ignorer les demandes d’adhésion d’un pays qui appartient sans contestation à l’Europe."

- "La situation géographique de l’Ukraine entre l’Europe occidentale et les pays producteurs d’hydrocarbLa situation géographique de l’Ukraine entre l’Europe occidentale et les pays producteurs d’hydrocarbures (Russie et Asie centrale) la rend incontournable pour l’approvisionnement de l’Europe en gaz et en pétrole. Elle détient en effet le deuxième plus grand réseau de gazoducs et d’oléoducs au monde, après la Russie. L’UE semble n’avoir pris conscience que tardivement de sa dépendance vis-à-vis de la Russie, notamment lors de l’épisode de la ’crise du gaz’ lorsque, en janvier 2006", hausse le ton Volodimir Oleinik, député de la Rada Suprême d’Ukraine, vice-président de la Commission des lois sur la sécurité.

"En 2006 le gazier russe Gazprom a brutalement interrompu ses livraisons de gaz à l’Ukraine qui refusait d’accepter un quasi quintuplement des tarifs pratiqués (de 53 à 230 dollars les mille m3, ce dernier chiffre correspondant au prix du marché mondial). Ce différend a été résolu provisoirement par un montage obscur (et la création d’une société écran russo-ukrainienne) qui aboutissait concrètement à un prix moyen du gaz fourni par Gazprom de 95 dollars les mille m3. Ce prix n’était cependant garanti que pour six mois. Et Gazprom a d’ores et déjà annoncé qu’il passerait à 130 dollars les 1 000 m3 à partir du 1er juillet 2006. Dans le domaine de l’énergie, les relations entre l’Ukraine et l’UE apparaissent donc indissociables du dialogue énergétique entre l’UE et la Russie", a conclu M. Oleinik.

- "Y a-t-il de véritables opportunités pour investir en Ukraine ?", demande Jean Pannier, célèbre avocat, spécialiste reconnu du droit fiscal et du droit douanier, matière qu’il a longtemps enseignée à la Sorbonne.

La réponse est oui et pour preuve que Me Jean Pannier s’y est installé dans cette optique il y a plus de 14 ans et avec succès. "Encore faut-il que l’Ukraine soit un Etat de droit, en mesure de protéger ces investissements", continue M. Jean Pannier.

On pourrait en douter si l’on en juge par l’extraordinaire mésaventure qui est arrivée à cet avocat français installé à Kiev depuis 1992 qui a été spolié de tous ses biens et enfermé pendant 830 jours dans la prison centrale de Kiev pour l’empêcher de se défendre.

L’affaire est d’une gravité exceptionnelle car elle met en cause tous les services répressifs de l’Etat ukrainien qui, avec un cynisme et une férocité proprement effrayants, ont prêté la main à cette spoliation organisée par une mafia proche du pouvoir que les nouveaux dirigeants aussi semblent incapable de contrôler...

Cette rencontre s’est terminée tout de même sur une note positive :
- "Nous, les politiques ukrainiens devons faire preuve de sagesse politique afin de permettre au pays de bien préparer son avenir européen mais également international quand nous savons que, géopolitiquement, l’Ukraine est un pays stratégique de transition de nombreuses ressources énergétiques au sein de l’Europe Orientale", termine son discours Dimitri Chtchentsev, député de la Rada Suprême d’Ukraine. "Reste-il à espérer que le camp perdant de Timochenko puisse permettre au nom du développement Ukrainien, le déroulement de cette transition..".

Cette table ronde a été suivie d’échanges fructueux autour d’un buffet ukrainien.


Composition du gouvernement de l’Ukraine : Gouvernement du 11 MARS 2010  :

Président de la République, M. Victor YANOUKOVITCH

- Premier ministre, M. Mykola AZAROV

- Premier vice-premier ministre, M. Andrii KLIOUYEV

- Vice premier ministre en charge de la préparation de l’Euro 2012, M. Borys KOLESNIKOV

- Vice premier ministre en charge des questions humanitaires, M. Volodymyr SEMYNOJENKO

- Vice premier ministre en charge des structures de force, M. Volodymyr SIVKOVYTCH

- Vice premier ministre en charge du complexe agro-industriel, M. Viktor SLAOUTA

- Vice premier ministre en charge des réformes, M. Serhii TIHIPKO

- Vice premier ministre en charge du développement régional, M. Viktor TYKHONOV

Ministres :

- Ministre des affaires étrangères, M. Kostyantyn HRYCHTCHENKO

- Ministre de la défense, M. Mykhailo YEJEL

- Ministre de l’intérieur, M. Anatolyi MOHYLIOV

- Ministre des finances, M. Fedir YAROCHENKO

- Ministre de l’économie, M. Vasyl TSOUCHKO

- Ministre des transports et des télécommunications, M. Kostyantyn YEFIMENKO

- Ministre des combustibles et de l’énergie, M. Yourii BOIKO

- Ministre de la politique industrielle, M. Dmytro KOLIESNIKOV

- Ministre de l’industrie charbonnière, M. Yourii YATSENKO

- Ministre du développement régional et de la construction, M. VOLODYMYR YATSOUBA

- Ministre de la politique agraire, M. Mykola PRYSIAJNOUK

- Ministre de la défense de l’environnement, M. Viktor BOIKO

- Ministre du travail et de la politique sociale, M. Vasyl NAHRADA

- Ministre de l’habitat et de l’économie communale, M. Oleksandr POPOV

- Ministre de la culture et du tourisme, M. Mykhailo KOULYNIAK

- Ministre de la famille, de la jeunesse et des sports, M. Ravil SAFIOULIN

- Ministre de l’éducation et de la science, M. Dmytro TABATCHNYK

- Ministre de la santé, M. Zinovii MYTNYK

- Ministre de la justice, M. Oleksandr LAVRYNOVYTCH

- Ministre des situations d’urgence et de la liquidation des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, M. Nestor CHOUFRYTCH

- Ministre du Cabinet des Ministres, M. Anatolii TOLSTOOUKHOV.





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 280

  A la une !


Andrei Mikhalkov-Konchalovski est né le 20 août 1937...

Ilia Répine est né le 5 août 1844...

Vladimir Vissotsky est mort le 25 juillet 1980...

Evgueni Evtouchenko est né le 18 juillet 1933...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !