Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






RENCONTRES
Accueil > Agenda culturel > RENCONTRES > Romanov, tsars collectionneurs à la Pinacothèque de Paris



Romanov, tsars collectionneurs à la Pinacothèque de Paris

À la Pinacothèque de Paris, du 26 janvier 2011 au 29 mai 2011

Toutes les versions de cet article : [français] [русский]

La Pinacothèque de Paris présente les trésors des Romanov, un ensemble rare d’une centaine d’œuvres du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

La Pinacothèque de Paris inaugure un nouvel espace de plus de 3.000m² avec trois expositions qui portent sur la naissance d’un musée en présence de Miklhaïl Piotrowski, directeur du Musée d’Etat de l’Ermitage. Plus de 300chefs-d’oeuvre sont à découvrir.

Ainsi, pour célébrer sa naissance en tant que "musée", la Pinacothèque de Paris accueille une première exposition sur les Romanov et une seconde sur les princes hongrois Esterhazy.
Jusqu’au 29 mai, la Pinacothèque montre comment ces deux familles de pouvoir - dirigeants d’un côté, diplomates de l’autre - se sont adonnées pendant plusieurs siècles à leur passion de la collection. Rembrandt, Chardin, Greuze, Titien, Velasquez : 100 oeuvres, dont 55 peintures à l’huile, acquises par quatre générations de Romanov, attestent de l’importance de l’art européen comme affichage du prestige de cette dynastie de tsars.

Aucun musée n’existant sans collectionneur, la nouvelle structure rend également hommage dans deux autres expositions temporaires aux grands collectionneurs qu’ont été les Romanov et les Esterhàzy. Esthètes et mécènes, les Romanov constituent, à partir de la fin du XVIIe siècle, une extraordinaire collection d’oeuvres d’art dont l’exposition présente 100tableaux. Ainsi, Pierre le Grand (1672-1725) envoie ses agents dans toute l’Europe pour rapporter des oeuvres à Saint-Pétersbourg. Amateur de l’art hollandais, il acquiert le magnifique « David et Jonathan » de Rembrandt, que l’on peut voir à l’exposition, mais aussi des scènes de genre ou des marines de très grande qualité.

Plus tard, Catherine II a un goût pour les arts qu’elle nomme « gloutonnerie ». Le Petit Ermitage, qui abrite les collections, devient vite trop petit pour accueillir ses nouvelles acquisitions en provenance de Paris : Watteau, Rubens, Poussin, Greuze... À sa mort, le Grand Ermitage compte plus de 4.000tableaux. Son petit-fils, Alexandre 1er, agrandit la collection avec des maîtres espagnols comme Vélasquez et Murillo. Puis, Nicolas 1er complétera le musée avec des tableaux italiens signés Titien et Francesco Francia.

"De Tintoret à Miquel Barcelo, en passant par Monet, Bonnard, Kandinsky, Modigliani ou Nicolas de Staël, au total 95oeuvres majeures de différentes époques se côtoient par thèmes, pour « dialoguer entre elles »", explique Marc Restellini, le directeur de la Pinacothèque de Paris.

Par ailleurs, 50 tableaux exceptionnels qui proviennent du Musée des Beaux-Arts de Budapest illustrent le goût et le faste des Esterhàzy, grands aristocrates qui ont servi l’Autriche à partir du XVIIesiècle. Grâce à leur culture et leur pouvoir, des trésors de valeur inestimable s’amoncellent au cours des siècles dans les châteaux de la famille, avant d’être cédés à l’État hongrois. La collection abrite des tableaux de Dürer, Cranach, Bruegel, Rembrandt, etc., et atteint son apogée avec Nicolas II (1765-1833). Toutes les grandes écoles européennes sont concernées, avec une prédilection pour l’art italien, comme en témoignent les deux chefs-d’oeuvre de Raphaël, ainsi que d’autres grands noms du classicisme français, comme Claude Lorrain, Champaigne, La Hyre...

L’Ermitage, La naissance du musée impérial

Constituées à partir de la fin du XVIIe siècle, les collections impériales russes comptent rapidement parmi les plus importantes d’Europe. Dès 1785, le comte Ernest de Munich le confirme : « Les étrangers et les curieux du pays admis à visiter ces vastes et riches galeries de peinture en admirent avec raison la magnificence ».

Le parcours chronologique commence par la présentation des œuvres réunies par Pierre le Grand (1672-1725). Grand curieux et collectionneur averti, Pierre Ier dépêche ses agents dans toute l’Europe pour rapporter peintures et sculptures à Saint-Pétersbourg. Puis, Catherine II (1729-1796), souveraine éclairée imprégnée de la philosophie des Lumières, elle enrichit à son tour les collections et construit le premier espace dédié à leur présentation : le Petit Ermitage, édifié à côté du Palais d’Hiver de 1764 à 1775. Ce bâtiment se révèle vite insuffisant pour abriter un nombre d’œuvres en constante augmentation et le Grand ou Vieil Ermitage est construit peu après, de 1771 à 1787.

Alexandre Ier (1777-1825), digne petit-fils de Catherine II, imprime lui aussi sa marque dans les collections impériales, en dotant notamment l’Ermitage d’une superbe collection de maîtres espagnols. Enfin, Nicolas Ier (1796-1855) dont le règne est marqué par la construction du Nouvel Ermitage (1842-1852), à la suite de l’incendie du Palais d’Hiver en 1837. C’est la naissance du musée moderne, à l’image de ceux qui fleurissent alors en Europe, du Louvre au British Museum, en passant par les musées de Berlin et Munich.

En l’espace de deux siècles, les Romanov ont élaboré l’une des plus belles collections du monde et construit un musée moderne, ouvert au grand public dès 1805.

Autour de ce thème unique original – la naissance d’un musée –, la Pinacothèque de Paris propose une histoire du collectionnisme et du goût au sein des élites européennes les plus brillantes de leur temps.

Les tarifs :

- Plein tarif 10 euros
- Tarif réduit* 8 euros

Billet jumelé (fin des ventes à 18h) :

Romanov - Esterházy & collection permanente (offerte) :

- Plein tarif 17 €
- Tarif réduit* 13 €

Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20

  A la une !


"Les Motifs de l’Oural", exposition de l’artiste Nail Vagapov...

ALEST VOYAGES, tour opérateur spécialiste de la Russie...
Tour opérator spécialisé à Paris

Association Isba...
PLACE DU 1ER MAI 81100 CASTRES

Les Journées du Livre Russe...
Samedi 4 et dimanche 5 février 201

Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé...

Soirée russe : l’Association RUSLAN fête ses 30 ans !...
Samedi 17 décembre 2016 à 19h30



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !