Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






EXPOSITIONS





Accueil > Agenda culturel > EXPOSITIONS > Exposition ’Destins souverains. Joséphine, la Suède et la Russie’ à Rueil Malmaison

Exposition ’Destins souverains. Joséphine, la Suède et la Russie’ à Rueil Malmaison

Du 24 septembre 2011 au 9 janvier 2012

Présentée au Nationalmuseum de Stockholm en 2010, l’exposition "Destins souverains" développe à Malmaison les alliances de la descendance de l’impératrice Joséphine avec la famille régnante de Suède et la dynastie Romanov.

Ces expositions présentent, en miroir, des collections suédoises, russes et françaises. Le palais de Compiègne retrace le destin des trois souverains, alliés et rivaux, tandis que la Malmaison développe les alliances de la descendance de l’impératrice Joséphine avec les famille régnantes de Russie et de Suède.

Le palais de Compiègne retrace, le temps de l’exposition, le destin hors du commun des trois souverains, Napoléon Ier, Bernadotte, roi de Suède et Alexandre, tsar de toutes les Russies : alliés, rivaux politiques et militaires, ils ont marqué le devenir européen au début du XIXe siècle.
Survivra à la chute de l’Empereur, jusqu’aux frontières de l’Oural, la force des symboles impériaux portés par les arts décoratifs, reflets d’un savoir-faire à la française.

À Malmaison, l’exposition développe les alliances de la descendance de l’impératrice Joséphine avec la dynastie Romanov. D’émouvants souvenirs de famille et des œuvres d’art issues des collections prestigieuses de l’Impératrice mettent en valeur la pérennité des liens familiaux et artistiques, à travers des prêts exceptionnels des collections suédoises et du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Le château de Malmaison, résidence de l’impératrice Joséphine accueille avec le Palais impérial de Compiègne une partie de l’exposition organisée à Stockholm en 2010 consacrée à Napoléon Ier, au tsar Alexandre Ier et au maréchal Bernadotte devenu le roi de Suède Charles XIV Jean.
Cette exposition se concentre sur les réseaux familiaux qui se sont tissés entre les trois dynasties par l’intermédiaire de l’Impératrice et de sa descendance, de nombreux prêts en provenance des collections suédoises et russes viennent enrichir le propos, illustré par la présentation de quelque cent cinquante œuvres.
En effet, tandis que Joséphine de Leuchtenberg, fille du prince Eugène de Beauharnais et aînée des petites-filles de l’Impératrice, épouse en 1823 le prince héritier Oscar de Suède, son frère puiné, Maximilien, s’allie en 1839 avec la fille du tsar Nicolas Ier. L’analyse de ces liens familiaux permet de suivre le chemin des collections de l’Impératrice dont des chefs d’œuvre figurent de nos jours aussi bien dans les collections royales suédoises qu’au musée de l’Ermitage, héritier des œuvres d’art des Beauharnais-Leuchtenberg-Romanov.

Au-delà du goût de l’Impératrice, ces pièces de prestige reflètent les canons artistiques de l’époque en même temps qu’elles les véhiculent. Ainsi en est-il des pièces du célèbre service Dihl et Guerhard conservées au musée de l’Ermitage qui retrouveront celles que possède Malmaison, entreprise pour la première fois tentée en France depuis l’envoi de ce service à Munich par le Prince Eugène.

Ces œuvres d’une maîtrise technique rare, et notamment les pièces du surtout, témoignent de la persistance des modèles antiques. En écho on peut découvrir des peintures des collections de l’Impératrice que le musée de l’Ermitage prête très exceptionnellement.
De nombreux portraits des collections royales suédoises nous révèlent les visages d’Oscar, prince héritier de Suède et de sa jeune épouse la princesse Joséphine ; une série de bustes font revivre leurs enfants. Du côté russe, les portraits de Maximilien de Leuchtenberg et de la princesse Maria Nicolaievna, fille du tsar, rappellent leur union. La compréhension de ces liens familiaux, constitutifs de la construction de l’Europe postnapoléonienne, passe aussi par tous les souvenirs intimes, bibelots et objets du quotidien de ces princes, prêtés par les collections royales suédoises.
Ces images de vies parlent des personnalités, contribuent à la transmission des références familiales auxquelles leurs détenteurs sont attachés. L’accent donné aux souvenirs de famille donne la mesure du travail de la mémoire et de la tradition historique au sein des dynasties descendantes de Joséphine.

Le parcours de l’exposition évoque dans une première séquence les visites du tsar Alexandre Ier à Malmaison en avril et mai 1814 et ses liens avec Joséphine et ses enfants, le prince Eugène et la reine Hortense. Y est exposé le fameux camée antique, dit « camée Gonzague », conservé à l’Ermitage, cadeau de Joséphine au tsar.
La section suivante illustre tout d’abord, autour de son berceau, la naissance de la petite Joséphine, fille d’Eugène et de la princesse Auguste-Amélie de Bavière, puis, grâce notamment à des prêts exceptionnels de Sa Majesté Le roi de Suède, son mariage avec le fils de Bernadotte, Oscar, futur roi de Suède, et les enfants nés de leur union. On peut admirer entre autres : le nécessaire de Biennais de la future reine. Une troisième séquence montre le mariage de son frère Maximilien avec la fille du tsar Nicolas Ier et son installation en Russie. La scénographie met en valeur le célèbre service de dessert créé par la manufacture de porcelaine Dihl et Guerhard pour l’impératrice Joséphine et son fils, le prince Eugène de Beauharnais, dont l’extraordinaire surtout sera vu pour la première fois en France. Les œuvres provenant des collections de Joséphine à Malmaison, conservées en Suède et en Russie, sont pour certaines présentées à leur emplacement d’origine.

Le parcours se poursuit au Palais impérial de Compiègne pour découvrir la fascinante épopée et le destin hors du commun des trois souverains, Napoléon Ier, Bernadotte et Alexandre Ier : rivaux, alliés puis ennemis, ces trois figures historiques ont marqué le devenir européen au début du XIXe siècle. La force des symboles impériaux, portés par les arts décoratifs français, survivra à la chute de l’Empire : un exceptionnel ensemble d’objets d’art luxueux –bronzes, vases de pierres dures et porcelaines– aux côtés des reconstitutions partielles de la chambre de Bernadotte et du bureau d’Alexandre Ier au Palais d’hiver, témoignent du rayonnement du style Empire dans les cours du nord de l’Europe, à Stockholm et à Saint-Pétersbourg.

Commissariat :
- Amaury Lefébure, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
- Elisabeth Caude, conservateur en chef du patrimoine.

Musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau

Ouverture :
- Tous les jours (sauf le mardi) de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h15, en semaine et jusqu’à 17h45 le week-end (fermeture des caisses trois-quart d’heure avant)

Tarifs :
- Plein tarif : 8 €
- Tarif réduit : 6,50 € incluant les collections permanentes
- Gratuit pour les moins de 26 ans (ressortissants de l’UE ou en long séjour dans l’UE) et à tous les publics le premier dimanche du mois.

Adresse :
- Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
15 avenue du Château
92500 Rueil-Malmaison
+33(0)1 41 29 05 55

Accès :
- par le RER ligne A, station Grande Arche de la Défense puis autobus 258, arrêt « Le Château », par la route, RN 13 (12 km de Paris), parc à voitures gratuit, stationnement des cars, avenue du château de Malmaison.

Publication :
- catalogue de l’exposition, 22 x 28 cm, 144 pages, broché, 200 illustrations, 35 €, éditions de la Rmn et du Grand Palais, Paris (2011), en vente dans toutes les librairies.





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40

  A la une !


Andrei Mikhalkov-Konchalovski est né le 20 août 1937...

Ilia Répine est né le 5 août 1844...

Vladimir Vissotsky est mort le 25 juillet 1980...

Evgueni Evtouchenko est né le 18 juillet 1933...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !