Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Politique
Accueil > Actualités > Politique > Le tandem Poutine-Medvedev fonctionne à merveille !



Le tandem Poutine-Medvedev fonctionne à merveille !

Le président russe, Dmitri Medvedev a proposé samedi son Premier ministre et ex-chef de l’Etat, Vladimir Poutine, comme candidat à la présidentielle de mars 2012, lors d’un congrès du parti au pouvoir.

"Considérant qu’il m’a été offert de diriger la liste du parti (Russie unie aux législatives) et qu’en cas de succès, le fait que je sois prêt à travailler activement au gouvernement, je pense qu’il serait bon que le congrès soutienne la candidature du chef du parti, Vladimir Poutine, au poste de président du pays", a déclaré M. Medvedev.

Il s’exprimait devant quelque 11.000 militants du parti Russie unie, réunis dans le palais des sports Loujniki de Moscou.

Quelques minutes plus tôt, Vladimir Poutine avait proposé M. Medvedev comme tête de liste de Russie unie pour les législatives de décembre.

"Je propose que la liste de Russie unie pour les élections à la Douma (chambre basse du Parlement) du 4 décembre soit dirigée par le chef de l’Etat en exercice, Dmitri Anatolevitch Medvedev", a déclaré l’homme fort de la Russie, qui avait été président de 2000 à 2008.

Ce dernier a désigné en 2008 M. Medvedev, 46 ans aujourd’hui, comme son successeur. Faute de pouvoir se représenter pour un troisième mandat présidentiel, M. Poutine avait pris la tête du gouvernement russe.

Par ailleurs, une réforme constitutionnelle adoptée en 2008 a prolongé la durée du mandat présidentiel de quatre à six ans à partir de 2012.
Théoriquement, M. Poutine, 58 ans, pourra donc se représenter en 2018 et rester au pouvoir jusqu’en 2024.

Certains Moscovites se réjouissaient dimanche du retour annoncé au Kremlin de l’homme fort de Russie Vladimir Poutine après la présidentielle de mars 2012 tandis que d’autres se disaient agacés, toutefois aucun d’entre eux ne se déclarait pris au dépourvu.

"Je ne suis pas surpris mais je déteste le fait qu’il n’y a aucun suspense", a déclaré Valéry, interrogé dans un parc de Moscou sur les prochaines élections législatives de décembre et la présidentielle de mars.

"Ce n’est pas que je n’aime pas Poutine, c’est juste qu’ils ont tellement peur de tout changement", a ajouté cet ancien diplomate.

M. Poutine a annoncé samedi son intention de redevenir président après l’élection de 2012 et précisé qu’il laisserait alors la tête du gouvernement à M. Medvedev, qu’il avait désigné en 2008 pour lui succéder au Kremlin après deux mandats de quatre ans, faute de pouvoir se représenter selon Constitution.

Agé de 58 ans, M. Poutine, quasi assuré d’être élu en mars, pourrait théoriquement rester chef de l’Etat jusqu’en 2024, le mandat du prochain président étant de six ans, contre quatre actuellement, à la suite d’une réforme constitutionnelle.

M. Poutine est très populaire en Russie, et la seule évocation de son nom fait apparaître le sourire sur certains visages, comme celui de Ioulia Iegorovna, libraire depuis 45 ans : "je pense que c’est un amour !". "La seule surprise, c’est qu’on ne s’attendait pas à ce qu’il retourne aussi vite" au Kremlin, a-t-elle ajouté.

D’autres critiquent le système politique sur mesure imposé en 12 ans de pouvoir par l’ex-agent du KGB au nom de la "stabilité", au détriment des libertés publiques, comme le dénoncent régulièrement les opposants et organisations de défense des droits de l’homme en Russie.

"Poutine et ceux qui l’entourent ne sont pas des hommes politiques, ce sont des militaires formés uniquement pour éliminer des gens", estime Dmitri, un jeune chef d’entreprise dans ce pays où l’opposition a été laminée depuis l’arrivée au pouvoir de M. Poutine.

Mais dans la plupart des sondages, les Russes attribuent le plus souvent la responsabilité des problèmes du pays au parti Russie unie de M. Poutine ou à ses conseillers plutôt qu’au Premier ministre lui-même.

"Je pense pense qu’il s’est tout simplement entouré de mauvais collaborateurs", estime Oksana Andreïeva. "Certains adhèrent au parti (Russie unie) simplement pour faire progresser leur carrière", ajoute l’étudiante.

Désigné samedi tête de liste de Russie unie pour les législatives de décembre, le président Medvedev, resté dans l’ombre de son mentor Vladimir Poutine même après son arrivée au Kremlin en 2008, suscite des réactions moins enthousiastes.

"Ce n’est pas que je n’aime pas Medvedev, mais il est difficile à décrire", juge la libraire. "Il a dit des choses bien, mais il n’a pas l’air de faire grand-chose", ajoute-t-elle.

Pour Valéry, "Medvedev parle beaucoup, mais a-t-il vraiment du pouvoir ?", se demande le diplomate à la retraite.





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 280

  A la une !


Soirée russe : l’Association RUSLAN fête ses 30 ans !...
Samedi 17 décembre 2016 à 19h30

KEDROFF BALALAÏKA TRIO et POLYPHONIES GÉORGIENNES MARANI...
PARIS (75) dimanche 11 décembre 2016 à 16h00

Le Chœur Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg...
Du 10 décembre 2016 au 1er janvier 2017

Les Fêtes de fin d’année en Russie...
NOËL RUSSE ET JOUR DE L’AN RUSSE

Les médias russes saluent la victoire de Fillon à la primaire en France...

Palmarès du 24ème Festival du cinéma russe à Honfleur...
Dimanche 27 novembre 2016



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !