Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






RENCONTRES





Accueil > Agenda culturel > RENCONTRES > Le célèbre slaviste Dieudonné Gnammankou au FIG 2011

Le célèbre slaviste Dieudonné Gnammankou au FIG 2011

5-9 octobre 2011

Les travaux de Dieudonné Gnammankou sur l’origine camerounaise de Pouchkine et Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine font aujourd’hui autorité dans le domaine de la littérature russe et sont à l’origine de la révision des ouvrages et publications académiques consacrés au poète russe et à son bisaïeul africain.


Le ministre de la culture et de la communication, Frédéric Mitterrand était à Saint-Dié-des-Vosges, samedi 8 octobre. Il a visité le salon du livre du Festival International de Géographie. Christian Pierret, Ancien ministre de l’Industrie, Maire de Saint-Dié-des-Vosges et Président fondateur du FIG lui a remis la médaille de la Ville.

La liste des personnalités qui honorent de leur présence le 22 FIG, est impressionnante. C’est un ancien Premier Ministre du Togo, Son Excellence Edem Kodjo, connu pour sa fibre démocrate, qui présidera le festival, Sophie Bessis, historienne et journaliste franco-tunisienne, Son Excellence l’Ambassadeur du Rwanda, Jacques Kabalé ; Son Excellence Pierre Jacquemot, Ancien Ambassadeur de France ; Batienne Kpabré-Silly, Ministre du Tourisme du Togo ; Son Excellence Philippe Leyssène, Ambassadeur de France dans l’Océan Indien ; Dédé Ahouéfa Ekoue, Ministre auprès du Président de la République du Togo, chargée de la Planification et de l’Aménagement du Territoire ; Juge et Conseiller juridique du Sultan de Logone Birni, Sa Majesté Mahamat Bahar Marouf, Dieudonné Gnammankou.

Dieudonné Gnammankou, désormais appelé Alkali Gnammankou est historien, philologue slavisant, chercheur en histoire africaine et spécialiste de la diaspora africaine en Europe.

Le 05 juin 2010, il a été élevé à la dignité d’ALKALI de Logone Birni (Cameroun). Quinze ans auparavant, le 02 juin 1995, Dieudonné Gnammankou avait publié un article qui fit sensation dans les milieux littéraires russes : il annonçait dans les colonnes du quotidien gouvernemental russe, Rossyskie Vesti, que le général noir Hanibal, bisaïeul du poète Pouchkine était un Camerounais originaire de la cité historique de Logone Birni.

Il a co-dirigé avec Yao Modzinou l’ouvrage collectif, Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle, MAT Editions, Toulouse. Un livre qui révèle que l’Europe a connu des dizaines de Barack Obama dans son histoire ancienne, de l’époque romaine au XVIIIe siècle, avant que le racisme et les préjugés nés de la traite européenne des Nègres et l’esclavage ne prennent le dessus sur le mérite et le statut social des Noirs européens.

Les travaux de Dieudonné Gnammankou sur l’origine camerounaise de Pouchkine - publiés dès 1995 dans la presse russe et dans Le Messager de l’Académie des Sciences de Russie (N° de déc.1995) puis en 1996 dans la biographie à succès, Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine (Paris, Présence Africaine) - font aujourd’hui autorité dans le domaine de la littérature russe et sont à l’origine de la révision des ouvrages et publications académiques consacrés au poète russe et à son bisaïeul africain. En avril 2008 D.Gnammankou était l’un des slavistes invités par l’Université de Harvard au Harvard Pushkin Historic Symposium, le premier colloque organisé par la célèbre université américaine sur l’africanité de Pouchkine.

En Russie où les travaux de D. Gnammankou rejetant l’ancienne thèse d’une origine éthiopienne d’Abraham Hanibal, avaient fait sensation et créé une énorme polémique entre 1995 et 1999, parce qu’ils touchaient à un aspect sensible de l’histoire culturelle russe, Pouchkine y étant considéré comme une icône et le symbole de l’identité russe, on ne compte plus les spécialistes et les publications qui ont repris la thèse de l’origine camerounaise de Pouchkine. Le livre de Dieudonné Gnammankou, Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine, traduit en russe et publié en 1999 dans la prestigieuse maison d’édition moscovite, Molodaya Guardia, a reçu le Prix du meilleur livre sur Pouchkine du Salon International du Livre de Moscou, l’année du bicentenaire de la naissance du poète. La même année, D. Gnammankou a reçu le Prix Pouchkine de la Fondation Russe pour la Culture, présidé par le célèbre cinéaste, Nikita Mikhalkov "pour sa contribution essentielle à une meilleure connaissance de Pouchkine". Quant au Muséee National Pouchkine de Saint-Pétersbourg, il a produit en 2000 un documentaire "Le Fabuleux destin d’Hanibal", réalisé par Konstantin Artioukhov, tourné au Cameroun, en Russie et en France, dont D. Gnammankou fut le consultant historique.

Il y a 230 ans, décédait le 20 avril 1781 à 85 ans, dans sa propriété de Souyda près de Saint Petersbourg, le général à la retraite Abraham Pétrovitch HANIBAL, l’arrière grand-père du poète russe Alexandre Pouchkine. Fils d’Afrique né au Cameroun actuel en 1696, arraché au sultanat de Logone et conduit en esclavage à Constantinople dans l’Empire Ottoman à l’âge de 7 ans en 1703, il fut revendu et amené un an plus tard à la cour du tsar de Russie Pierre 1er Le Grand qui l’adopta.

Cet élève ingénieur, formé à l’Ecole d’Artillerie de La Fère (Aisne) de 1720 à 1723, capitaine de l’armée française, grand constructeur des places-fortes, ports, canaux, ponts et monuments de Russie, le filleul de Pierre1er fut le Noir de la diaspora africaine le plus instruit et le plus célèbre de son époque en Europe.

Alexandre Pouchkine bénéficie toujours d’une énorme popularité en Russie.

Alexandre Pouchkine est né à Moscou dans une famille de vieille noblesse russe, aisée et amatrice de littérature. Son arrière grand-père était Abraham Hanibal, d’origine africaine, filleul, ami, ingénieur et général au service de Pierre le Grand. Pouchkine était particulièrement fier de ce glorieux aïeul, dont il avait hérité certains traits qui le distinguaient fortement de ses concitoyens : teint olivâtre, lèvres épaisses, cheveux noirs et crépus, ce qui lui vaut d’être surnommé "le singe" par ses camarades de lycée.

L’œuvre de Pouchkine est relativement moins connue dans les pays francophones que celle d’autres grands écrivains russes, comme Tolstoï ou Dostoïevski. Ceci est dû au fait qu’elle est surtout poétique.

Michail Lermontov, Nicolas Gogol, Léon Tolstoï, Fiodor Dostoïevski ou Tourgueniev se sont tous inspirés de son œuvre. Son influence s’est poursuivie, dans l’œuvre de Blok, Boulgakov, Tsvetaieva (qui explique dans Mon Pouchkine ce que son inspiration poétique lui doit) ou Nabokov. Pouchkine a également inspiré de nombreux compositeurs russes, comme Piotr Ilitch Tchaïkovski (Eugène Onéguine et La Dame de pique), Rimsky-Korsakov (Conte du Tsar Saltan) et Modeste Moussorgski (Boris Godounov).

Pouchkine était déjà considéré au moment de sa mort comme le plus grand écrivain russe. Les circonstances dramatiques de sa disparition l’ont transformé en véritable légende. Le 25 janvier 1837, une nouvelle lettre anonyme apprend à Pouchkine que son épouse, Natalia Gontcharova a eu un entretien avec un officier alsacien, le baron Georges-Charles de Heeckeren d’Anthès. Le duel entre les deux hommes est inévitable. Il a lieu le 27 janvier, dans les faubourgs de Saint-Pétersbourg, près de la rivière noire. Le poète reçoit une balle de pistolet dans le ventre et meurt, deux jours plus tard, des suites de cette blessure.





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20

  A la une !


Andrei Mikhalkov-Konchalovski est né le 20 août 1937...

Ilia Répine est né le 5 août 1844...

Vladimir Vissotsky est mort le 25 juillet 1980...

Evgueni Evtouchenko est né le 18 juillet 1933...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !