Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






THEATRE





Accueil > Agenda culturel > THEATRE > PLATONOV MAIS… Théâtre à cru

PLATONOV MAIS… Théâtre à cru

D’après Anton Tchekhov, adaptation et mise en scène d’Alexis Armengol.

Platonov a tout pour être heureux : époux d’une femme aimante, il séduit chacun par son humour corrosif et sa vivacité d’esprit... Mais qui est vraiment Platonov ? Est-il capable de devenir adulte, de choisir son destin ?

Un week-end entre amis - l’alcool, l’ennui et les femmes aidant - va placer Platonov à la croisée des chemins : partir ou rester ? Et laquelle de ces amoureuses choisir ? La traduction sur laquelle repose le spectacle est celle d’André Markovicz et Françoise Morvan. Platonov est un immense brouillon, non seulement celui d’une pièce dite injouable mais celui d’une écriture théâtrale en quête d’elle-même.

C’est une pièce monstrueusement longue, qui oblige à faire des choix, couper, tailler. Recentrée sur les sept jeunes personnages, cette adaptation oscille entre théâtre et concert et évoque le trouble d’une génération désabusée et pétrie d’incertitudes…

Platonov mais… est une adaptation de la pièce de Tchekhov.
Platonov mais sous l’impulsion et le regard de Théâtre à cru
Platonov mais... sept interprètes : Alexandre, Camille, Céline, Christophe, Edith, Laurent et Stéphane
Platonov mais avec un concert au coeur de la pièce
Platonov mais pas tout Platonov
Platonov mais en s’appuyant sur la profonde et essentielle traduction de Françoise Morvan et André Markowicz
Platonov mais…

C’est une pièce électrique, violente, traversée par l’humour, emportée par l’énergie de la fête et la chaleur de l’été. Les personnages, coincés entre deux mondes, réclament « la vie nouvelle ». Nous sommes au point de bascule, tout semble possible, un nouveau départ ou la chute. Au milieu de ce déséquilibre s’engouffrent le désir, l’amour, l’ennui, l’alcool, l’enlisement, la provocation, et pardessus tout cette volonté de changement. Et le refus du changement. Platonov se débat dans ce double mouvement.

Une oeuvre fascinante de modernité.

« L’enjeu n’est pas de monter Platonov, mais plutôt de porter un regard sur sept personnages (Platonov, Sacha, Anna Pétrovna, Voïnitsev, Sofia, Grékova et Triletski), sept trajectoires… D’un théâtre-concert une nouvelle fois exploré (chant et musique / piano et guitare) surgiront des possibles de Platonov. Pour laisser la place à la projection des spectateurs, et que Platonov joue son rôle d’interrogation quant à nos incertitudes actuelles. » (avril 2010)

Depuis plusieurs années, je m’interroge, nous nous interrogeons à Théâtre à cru, sur une écriture théâtrale qui puisse rendre compte du réel, de notre regard sur le monde. Nous tentons, avec passion et
une envie sans cesse renouvelée, de trouver cette espérée rencontre entre la forme et le fond, nous questionnant sur la place du texte, du corps, de la musique…

Comment écrire scéniquement le sensible, créer du lien pour avancer ensemble, et trouver la joie de la rencontre avec le public ? Au fil du temps, nous avançons vers une écriture sans trop de frontières, constituée de mélanges, de confrontation entre les disciplines, avec une méfiance sans doute pour le texte théâtral, je veux dire « la pièce de théâtre », avec son rythme, sa logique narrative, etc. Le théâtre a son histoire et le texte y est fondateur.

J’aime lire du théâtre, mais je bute sur sa mise en scène. Et pourtant je veux dans Platonov mais…, (encore une fois ! mais peut-être plus fortement), écrire au présent le réel, risquer un point de vue,
affirmer un regard ; capter dans cette pièce inachevée, la volonté de changement, intime et politique, ce souffle pré-révolutionnaire.

Alexis Armengol


[...] Mon curriculum vitae, si l’on peut dire, vous est connu dans ses traits principaux. La médecine est ma femme légitime, la littérature ma maîtresse. Toutes deux bien sûr, se font mutuellement tort, mais pas assez pour s’exclure mutuellement. Je suis sorti de l’Université (de Moscou) en 1884. J’ai reçu le prix Pouchkine en 1888. En 1890, je suis allé à Sakhaline et je veux à ce sujet publier tout un livre. Voici tous mes états de service. Encore un mot pourtant : en 1891, j’ai voyagé en Europe. Je suis célibataire, point riche et je vis uniquement de l’argent que je gagne. Plus je vieillis, moins je travaille, et de façon plus indolente. Je commence à sentir l’approche de la vieillesse. Ma santé n’est pas merveilleuse.[...]

Anton Tchekhov

C’est au lycée qu’Anton Pavlovitch Tchekhov‚ né en 1860 à Taganrog‚ un petit port du sud de la Russie‚ écrit une longue pièce que nous connaissons maintenant sous le titre de Platonov (le titre original, absent du manuscrit‚ semble avoir été un néologisme signifiant approximativement l’absence de pères).

Il y évoque la vie dans un domaine comme celui où son grand-père avait dû servir et y décrit la petite bourgeoisie de Taganrog : boutiquiers‚ nobles déchus‚ militaires de retour de la guerre de Crimée au cours de laquelle massacres et pillages ont discrédité la génération des pères. Trop longue‚ trop brutale‚ liée à l’actualité la plus immédiate‚ la pièce ne sera jamais jouée de son vivant‚ bien qu’il l’ait remaniée à plusieurs reprises pour l’abréger. La version originale qu’André Markowicz et moi-même avons traduite et que nous donnons ici (en signalant les coupes opérées par Tchekhov pour la réduire et la normaliser) n’avait à ce jour jamais été traduite en français. Elle permet de comprendre dans sa plénitude la force d’une oeuvre qui contient comme à l’état brut tout le théâtre du plus grand auteur dramatique de son temps.

Françoise Morvan


TARIFS

- 10€ > offre exceptionnelle du 23 au 25 mars
- 14€ > à 2, c’est mieux ! (soit 28€ le spectacle)
- 20€ plein tarif
- 14€ moins de 30 ans, collectivités,
- 12€ adhérents Ticket-Théâtre(s), demandeurs d’emploi
- 10€ étudiants et scolaires.

RÉSERVATIONS

par téléphone au 01 43 74 99 61 (service gratuit) du mardi au samedi de 14h à 19h
THÉÂTRE DE L’AQUARIUM | La cartoucherie | route du champ de manoeuvre | 75012 Paris.

ACCÈS

en métro : station château de Vincennes (ligne 1) + navette gratuite Cartoucherie (pendant une heure à l’aller et au retour)
ou bus n°112 (zone 3)
en voiture : sortie Porte de Vincennes, direction Parc Floral puis Cartoucherie (parking gratuit sur le site de La cartoucherie).





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20

  A la une !


Andrei Mikhalkov-Konchalovski est né le 20 août 1937...

Ilia Répine est né le 5 août 1844...

Vladimir Vissotsky est mort le 25 juillet 1980...

Evgueni Evtouchenko est né le 18 juillet 1933...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !