Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






Politique
Accueil > Actualités > Politique > Le scandale d’un journaliste menacé de mort fait long feu en Russie



Le scandale d’un journaliste menacé de mort fait long feu en Russie

Un article qui déplaît, et puis un soir un arrêt en forêt, une discussion "entre hommes" : le scandale, étouffé vendredi, des menaces de mort d’un très haut responsable russe à l’égard d’un journaliste d’opposition a illustré une nouvelle fois les aléas du métier en Russie.

La scène se déroule dans la nuit du 4 au 5 juin, près de Moscou. Le chef du Comité d’enquête russe (équivalent du FBI américain), Alexandre Bastrykine, revient d’une visite dans le Caucase à laquelle avait été convié Sergueï Sokolov, rédacteur en chef adjoint du journal d’opposition Novaïa Gazeta.

A l’aéroport, selon Novaïa Gazeta, le journaliste est embarqué en voiture par des gardes du corps de M. Bastrykine. Le convoi s’arrête en pleine forêt.

Le chef du Comité d’enquête, un des piliers du pouvoir de Vladimir Poutine, qui a étudié avec lui le droit à Leningrad (Saint-Pétersbourg) dans les années 1970, s’en prend au journaliste. Celui-ci l’a accusé dans un de ses derniers articles de couvrir de facto avec ses services des groupes criminels en Russie.

Le fond de ces accusations : une simple amende de 150.000 roubles (3.600 euros) infligée à un prévenu pour dissimulation de preuves dans le massacre par une mafia locale de 12 personnes en 2010. Le fruit d’une collusion avec les forces de l’ordre, accuse Novaïa Gazeta.

Dans la forêt, le ton monte. "Il était question de ’couper sa tête et ses jambes’", affirme Alexeï Simonov, le président du Fonds de défense de la Glasnost, qui a parlé au journaliste avant qu’il ne quitte le pays de crainte pour sa vie, et a lu, dit-il, une note interne du journal.

Au passage, évoquant la journaliste de Novaïa Gazeta assassinée en 2006, "Bastrykine a aussi traité Anna Politkovskaïa de ’traînée payée par l’Occident’", affirme M. Simonov.

Selon lui, M. Bastrykine "est en état de forte ébriété" au moment où il a proféré ces menaces.

Le scandale éclate mercredi lorsque Dmitri Mouratov, le rédacteur en chef de cette publication dont l’ex-président soviétique Mikhaïl Gorbatchev est co-propriétaire, dénonce les menaces dans une lettre ouverte.

Le soir même, l’Union des journalistes russes se dit "ahurie" et une manifestation est organisée à Moscou devant le Comité d’enquête, au cours de laquelle cinq journalistes sont brièvement interpellés.
Jeudi matin, dans un entretien publié par le site du quotidien Izvestia, Alexandre Bastrykine qualifie les accusations de "délire".

Mais dans la soirée, à l’issue d’une rencontre avec le rédacteur de Novaïa Gazeta, puis avec les responsables de plusieurs médias russes, le chef du Comité d’enquête admet avoir "dérapé" et s’excuse, plaidant la fatigue et un accès d’émotion.

"Nous étions arrivés dans le même avion, sommes montés en voiture et nous sommes partis (pour Moscou). Nous nous sommes arrêtés sur le bas-côté : les esprits étaient échauffés. Et nous avons parlé", a-t-il expliqué, selon le site d’information gazeta.ru dont le rédacteur en chef Mikhaïl Kotov était présent.

La réconciliation est abondamment montrée à la télévision publique.
"Plus rien ne menace notre journaliste Sokolov, le conflit est clos", écrira Dmitri Mouratov.

Un autre de ses adjoints, Vitali Iarochevski, estime que le Kremlin a clairement ordonné de mettre fin au scandale.

Pourtant, "si c’était arrivé dans un pays européen ou aux Etats-Unis, il y aurait eu un scandale du niveau du Watergate", admet-il.

Alexeï Simonov, qui a été de tous les combats pour la liberté de la presse depuis la chute du régime soviétique en 1991, souligne que le seul objectif possible était de lever la menace pesant sur le journaliste, et que la poursuite du scandale n’aurait "rien donné".

Il faut comprendre, poursuit M. Simonov, que les rédacteurs en chef locaux "sont des gens qui vivent en Russie, qui dirigent des médias en Russie, ils pensent autrement" que leurs collègues occidentaux.
"En 10 ans, six de nos journalistes ont été tués", explique de son côté Vitali Iarochevski, de Novaïa Gazeta.





  Dans la même rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 280

  A la une !


Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé...

Soirée russe : l’Association RUSLAN fête ses 30 ans !...
Samedi 17 décembre 2016 à 19h30

KEDROFF BALALAÏKA TRIO et POLYPHONIES GÉORGIENNES MARANI...
PARIS (75) dimanche 11 décembre 2016 à 16h00

Le Chœur Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg...
Du 10 décembre 2016 au 1er janvier 2017

Les Fêtes de fin d’année en Russie...
NOËL RUSSE ET JOUR DE L’AN RUSSE

Les médias russes saluent la victoire de Fillon à la primaire en France...



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !