Russie.net, le web franco-russe depuis 1997 !






SPECTACLES
Accueil > Agenda culturel > SPECTACLES > Slava’s Snowshow



Slava’s Snowshow

du 3 au 21 décembre 2014 au Trianon...

Slava est un clown russe exceptionnel et un poète qui emprunte sa gestuelle à Chaplin et à Marceau. Il a fondé Licedeï, le célèbre théâtre russe des clowns et des mimes. « Mes spectacles ont du succès parce que je ne les joue pas, je les vis ».

- Spectacle rêveur et magique [...] Bonheur et poésie à l’état chimiquement pur. Le vent de liberté qu’il fait souffler lui vaut un amour immodéré du public, une ferveur populaire difficilement imaginable. Bienvenue dans une bulle de bonheur ! Fabienne Darge / Le Monde

- Un clown jaune en pantoufles rouges qui dit tout, la peur, la mort, le destin, l’amour, le temps sans jamais parler. Une expérience décoiffante. Exceptionnel. / Télérama

- C’est d’une grande beauté visuelle. L’art clownesque est ici élevé dans ce qu’il a de plus sublime. Marie-Céline Nivière, Pariscope

- Avec Slava Polunin, le temps s’arrête, ramène à l’insouciance de l’enfance. Celle d’un monde imaginaire, fantastique, où tout est possible. / La Croix

SLAVA POLUNIN

On l’appelle « le meilleur clown du monde ». On considère son « Snowshow » comme un classique du théâtre du XXème siècle.

D’abord apparut son Clown, son Assissai drôle et touchant dans sa combinaison jaune et ses pantoufles à poils rouges. Un personnage tendre, pensif et poétique était né. Un personnage qui renfermait la mélancolie poétique du clown Engibarov, la philosophie recherchée du pantomime Marceau, l’humanité et la drôlerie touchante des films du grand Chaplin. Slava Polunin les considère tous comme ses maîtres.

Dès le début, Assissai possédait de multiples facettes : il pouvait se montrer tendre et naïf, et l’instant suivant, cynique ou plein d’autorité. De là, l’idée que chacune de ces facettes pouvait se développer en un personnage à part entière. De là, l’idée d’un théâtre de clowns où chacun aurait une personnalité bien distincte, identifiable par chaque spectateur. Ce kaléidoscope de caractères donna les « Litsedei » (Licedei), théâtre fondé par Slava Polunin à St Petersbourg et avec lequel il travailla jusqu’au début des années 90.

Les Litsedei connurent une popularité inouïe, la ferveur populaire qu’ils soulevaient prenant des proportions et des formes inquiétantes. Slava Polunin décida d’utiliser cette ferveur à d’autres fins et s’attela aux projets les plus inimaginables et les plus audacieux. « Mime-Parade » fut le premier, en 1982, qui vit affluer plus de 800 pantomimes de toute l’URSS. Ensuite, en 1985, Slava Polunin eut la témérité d’aller voir derrière le rideau de fer et de le percer : pour la première fois, il fit venir à Moscou des clowns et des mimes étrangers pour un festival dans le cadre des rencontres internationales de la jeunesse.

Après quoi il ne se contenta pas de s’adonner au théâtre de rue, mais il y entraîna toute une génération de clowns avec la même aisance qu’il les avait fait passer de la pantomime à la clownerie : ce fut en 1987 le premier festival de théâtre de rue « Litsedei Litsei » . Un an plus tard il célébrait les dix ans des Litsedei avec le « Congress of Fools » pan-soviétique.

« Mir Caravan » est l’apothéose de ce mouvement de réalisation de l’irréalisable : un festival théâtral itinérant qui, de Moscou à Paris, écuma les routes d’Europe six mois durant. Quelques centaines d’artistes de troupes russes, françaises, anglaises, tchèques, espagnoles, polonaises, italiennes, vivaient en roulotte, jouaient dans les rues et sous chapiteaux, toujours exposés aux yeux du public. Ensemble ils créèrent « L’Odyssée », ensemble ils manquèrent perdre la raison devant tant de nouveautés, d’explorations, de découvertes. En bref, en 1989, 3 mois avant la chute du mur de Berlin, la Caravane abolissait toutes les frontières de l’Europe, même si cela ne concernait qu’une communauté d’artistes.
En 1991, trois grandes manifestations célébrèrent la chute du mur de Berlin, dont « Le Mur », spectacle monté par Slava Polunin et ses artistes et le groupe hollandais Dogtroep. Par la suite Slava Polunin fonda « the Academy of Fools » qui en deux ans d’existence intensive en terrerusse se concentra sur la question de la renaissance du carnaval, un carnaval moderne, contemporain, qui ne soit ni reconstruit ni muséifié. En 1993, eurent lieu les premières tentatives de grandes déambulations. Le résultat fut la participation du « Nouveau Carnaval » aux Olympiades Mondiales du Théâtre dans le jardin de l’Ermitage à Moscou en 2001.

« Baby Dury », sous cette appellation très russe (« femmes folles »), the Academy of Fools a mis sur pied un festival dédié à l’un des événements les plus rares de l’histoire naturelle : l’apparition de la clownerie féminine. Une nouvelle édition de ce festival est en préparation, elle attend son heure.

Pendant ce temps, la guilde des « Anciens Fous » sous le haut patronage de Roland Bykov, se déchainait et décernait les titres de « Fous accomplis » et de « Fous à moitié » aux meilleurs des meilleurs, acceptant en son sein les Grands Fous venus de l’étranger. Slava Polunin les réunit tous quelques années plus tard lors des Olympiades Mondiales du Théâtre dans le cadre d’un autre programme : « Les meilleurs clowns de la fin du XXè siècle ». Et de fait, les plus fous
et les plus sages furent de l’aventure : Bolelav Polivka, Jérôme Deschamps, Frantz Joseph Hibner, Django Edwards, Léo Bassi.

Slava Polunin dirigea 6 programmes lors des Olympiades Mondiales du Théâtre, incluant ce qui se faisait de mieux alors dans l’univers de la clownerie, du théâtre de rue et du théâtre visuel.

La parade des collectifs de carnaval, venus du Brésil, d’Italie, de Chine, entre autres, se déroula au centre de Moscou sous les yeux de plus d’un million de spectateurs. Les années qui suivirent furent consacrées à l’élaboration de projets d’envergure internationale auxquels prirent part des artistes de tous les pays : les cérémonies d’ouverture et de fermeture du festival international Tchékhov et des événements indépendants : le « Carnaval Blanc » et le premier « International Congress of Fools », qui réunirent dans un même esprit et sous une même direction artistique des théâtres venus de partout. Ces projets sont désormais les enfants chéris de Slava Polunin. Par leur envergure, par leur impact, par la quantité de spectateurs touchés - des dizaines de fois un public de salle de théâtre - ces projets font de Slava Polunin une référence pour les grandes manifestations tant en salle que dans l’espace urbain. Pour tous ces projets réalisés, Slava Polunin a reçu de nombreux prix qui viennent s’ajouter à la longue liste de tous ceux que lui a apporté son célèbre « SnowShow », qui depuis 15 ans tourne de par le
monde avec un succès jamais démenti.

La France est également la terre de prédilection de Slava Polunin. Il a élu domicile en région parisienne en 2002 au Moulin Jaune : véritable espace de création et de vie avec les théâtres, les jardins, les résidences et les communautés de clowns où naissent et s’archivent les projets... les plus fous ! / Natalia Tabachnikova

du 03/12/2014 au 21/12/2014.

LE TRIANON
80, BLD ROCHECHOUART
75018 PARIS 18
Tél. 01 44 92 78 00.





  Dans la même rubrique



  A la une !


Soirée russe : l’Association RUSLAN fête ses 30 ans !...
Samedi 17 décembre 2016 à 19h30

KEDROFF BALALAÏKA TRIO et POLYPHONIES GÉORGIENNES MARANI...
PARIS (75) dimanche 11 décembre 2016 à 16h00

Le Chœur Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg...
Du 10 décembre 2016 au 1er janvier 2017

Les Fêtes de fin d’année en Russie...
NOËL RUSSE ET JOUR DE L’AN RUSSE

Les médias russes saluent la victoire de Fillon à la primaire en France...

Palmarès du 24ème Festival du cinéma russe à Honfleur...
Dimanche 27 novembre 2016



Flag Counter

Russie.net, le Web franco-russe



Depuis 1997, Russie.net le Web franco-russe - Envoyer un E-mail

Envoyer un Email Envoyer un Email

Tous droits réservés © France-CEI
Téléphone : 33 6 52 92 47 35
Envoyez un mail !