Welcome! Log In Create A New Profile

Advanced

dernières nouvelles de la Place d'Octobre

Posted by smile-ik 
This forum is currently read only. You can not log in or make any changes. This is a temporary situation.
Quelque part, ce commentaire est stupide........... Car je sors de ma soi-disante idée de géographie franco-française par cette réponse :
Quelle point commun entre un habitant de la Floride et un Californien ? !

L'habitant de Grodno comprends sans problème celui de Vladi, celui de Jacksonville comprends celui de Frisco......... Alors que bon nombres d'habitants de Fribourg (RFA) ne peut pas comprendre celui de Rostock.......

Idiot ? Je ne crois pas, cela permet juste de comprendre d'ou vient la force de ces grands pays rivaux depuis 60 ans, et aussi pourquoi l'unification Allemande fait encore et toujours crisser des temps.....

Je tiens aussi à préciser, que même les jeunes Russes insistent pour dire que Minsk, c'est un autre pays....... Après tout, pour moi Français, Monaco c'est un autre pays........
Pardon Smile, le débat n'est pas là........ Mais tes commentaires sur le fachisme, je cromprends très bien....... Il y a deux ans, ces gens là m'ont fait comprendre que je devais choisir un camp....... Ce fut le tien, j'aurais même demander ta nationalité si j'en avait le droit..... J'espère que ceux qui ont vu le monument de l'Armée Rouge à Minsk comprendront........ C'est sûrement pour cela que je suis très loin de haïr Louka......... Je disais, entre la peste......
J'espère ne pas lancer un débat inutile. C'est juste pour dire que certains vous comprennent assez bien, et vous respectent beaucoup....



Edited 1 time(s). Last edit at 04/06/2006 10:44PM by moderator.
Smile-ik, juste un point d'info concernant l'UE :
A l'origine était la CEE, Communauté économique européenne, instituée par le Traité de Rome (1957) qui avait trois objectifs :
1) Réconcilier la France et l'Allemagne, ce qui était alors le plus important.
2) Unir les pays de l'ouest de l'Europe face à l'URSS dans le cadre diplomatique et militaire de l'OTAN (à cette époque les partis qui avaient le plus d'électeurs en France et en Italie étaient les partis communistes)
3) Développer la croissance économique de l'Europe de l'ouest en partenariat étroit avec l'économie américaine, ce qui fut réalisé jusqu'aux crises pétrolières des années 1970.
En 1989, lorsque tomba le mur de Berlin, ces objectifs avaient déjà été atteints et la CEE n'avait plus véritablement de projet, sinon, peut-être à long terme, l'intégration de la Turquie. L'OTAN, qui aurait dû perdre sa raison d'être, fut maintenue, car les USA en avaient fait un instrument de leur puissance et ne pouvaient y renoncer et parce que l'habitude en était prise : aucune armée ouest-européenne ne pourrait véritablement fonctionner sans l'aide américaine, surtout que depuis la chute de l'URSS tous les pays européens ont diminué leurs budgets militaires, ils se fient entièrement aux USA pour leur défense.
De plus, la croissance depuis le début des années 80 avait quitté l'Europe pour aller vers l'Asie (et c'est sans doute la vraie raison de la disparition de l'URSS dont l'économie était en fait beaucoup plus liée à celle des pays occidentaux qu'on ne voulait bien le dire) et par conséquent la CEE n'était absolument plus disposée à intégrer de nouveaux pays après l'Autriche et la Finlande.
Or c'est à ce moment-là que les pays de l'ex-empire soviétique (je ne parle pas de l'ex-URSS) sont venus frapper à la porte de la CEE, qui s'était engagée dans un défi beaucoup plus important pour elle : faire fonctionner un marché unique en supprimant les frontières et créer une monnaie commune, l'euro. Mais les ex-pays satellites de l'URSS étaient impatients de profiter enfin de la société de consommation qui leur avait été refusée depuis 1945. Ils en voulaient tous aux pays européens de l'ouest de les avoir abandonnés face à Staline et ils considéraient comme une juste indemnité de les accueillir dans la CEE qui allait devenir l'UE (alors que le principal responsable est Roosevelt, Churchill, s'il en avait eu les moyens tout seul, lui, aurait fait la guerre à Staline après 1945)
C'est dans ce contexte qu'il faut replacer le cas extrêment difficile et particuliers des etats baltes : ils ont été annexés par Staline en 1940, quelques mois après que Hitler ait vaincu la France et alors que le monde entier avait les yeux tournés ailleurs (le pacte germano-soviétique de 1939 ne prévoyait pas cela du tout) ils ont été "dékoulakisés" de façon particulièrement sauvage (comme les républiques soviétiques, certes, mais eux en plus y ont perdu leur indépendance nationale contrairement à la Pologne communiste qui restait quand même la Pologne) et en 1945, les Alliés occidentaux n'ont jamais évoqué leur cas devant Staline. Ce qu'il y a de terrible dans leur histoire, c'est que le seul homme politique a avoir dit publiquement que les 3 états baltes devaient recouvrer leur indépendance, et bien, c'est Hitler, car il existait aussi un projet européen nazi. Bien sûr, s'il avait gagné la guerre, il aurait "germanisé" les "éléments racialement purs", et ils n'auraient sans doute pas apprécié beaucoup plus cela que la bolchevisation, mais cette histoire-là, nul ne la connaitra jamais. Voilà pourquoi leurs nationalistes ne font presque pas de distinction entre Allemagne et nazisme, après que leurs ancêtres aient pris une part importante au massacre des Juifs, assimilés alors aux communistes (et aujourd'hui aux oligarques,ils n'ont vraiment pas de chance) entre 1941 et 1944 et voilà pourquoi les Européens de l'ouest se sentant coupables ont finalement décidé d'intégrer les ex-pays du pacte de Varsovie + les 3 etats baltes et qu'ils n'osent pas trop leur faire des observations sur le traitement qu'ils infligent à leurs minorités russes. Mais il existe des textes législatifs européens sur le tratement des minorités et il faut obtenir leur application. Seulement, 95% des Européens ignorent encore l'existence des Etats baltes que, dans le meilleur des cas, ils confondent avec la Finlande. Je suis pourtant persuadé que les Russes doivent davantage se plaindre auprès du Parlement européen, de la commission européenne et du Conseil de l'Europe, qu'auprès de Poutine. Il faut qu'ils s'associent à d'autres minorités qui se sentent maltraitées dans les pays de l'UE ou en tout cas qu'ils se constituent en lobby. C'est difficile bien sûr, mais cela peut marcher, j'ai vu sur internet que l'UE a déjà fait des observations aux Etats baltes sur le traitement des russophones, il faut que cela se développe. Je sais bien que les Russes aujourd'hui haïssent les Baltes autant que ces derniers les haïssent, parce qu'ils ont pris une jolie revanche sur Staline en précipitant la chute de l'URSS en 1990 et 1991, qu'ils ont isolé les Russes de Kaliningrad par leur indépendance et à cause du traitement réservé aux minorités russes, mais une mauvaise paix reste préférable à une bonne guerre. On va pas rejouer le coup des Allemands des Sudètes avec les Russes des Etats baltes, on a déjà vu ce que cela a donné ! Et Poutine leur rend le plus mauvais service en cherchant à réhabiliter Staline, parce que leur seul espoir de réconciliation commune avec les Baltes est que tous se sentent victimes ensemble des abominations bolcheviques. D'autant plus qu'ils sont citoyens de l'UE et qu'à partir de 2007 ils vont entrer dans l'espace Schengen et pourront se déplacer librement dans toute l'UE sans visa. Il faudra qu'ils en profitent.
Ne comparez pas s'il vous plaît l'UE à l'URSS, j'ai déjà entendu des Polonais et des Hongrois le dire, cela me semble tellement absurde ! Il y a en commun le mot Union, mais c'est tout. L'URSS, c'était la "verticale du pouvoir" si chère à Poutine et aux Russes, tandis que l'Union Européenne, c'est la Tour de Babel : toute décision doit se prendre à l'unanimité des 25 et quand Chirac entend un Français parler anglais dans une réunion, il s'en va ! Laissez la critique des euro-bureaucrates aux Américains, les bureaucrates ne font que ce que les hommes politiques leur disent de faire, ils ne prennent aucune initiative, mais comme les hommes politiques sont des lâches, ils disent à leurs peuples : "c'est la faute à l'Europe, on n'y peut rien", alors qu'ils ont tout décidé ensemble et qu'on peut le savoir, si on a le temps de chercher l'information et la compétence pour la comprendre. La vérité, c'est que l'Europe est en panne, que les Européens n'ont plus de projet commun, qu'ils ne sont plus d'accord entre eux comme l'a montré le "non" français au référendum de mai dernier, et que les Américains les poussent à intégrer de plus en plus de pays pour faire éclater l'UE et éviter qu'elle ne devienne un concurrent dangereux sur le plan politique et économique.
Si vous voulez en savoir vraiment plus sur l'UE, consultez diploweb.com/ue, la plupart des problèmes jugés importants y sont abordés et si celui des Russes des états baltes ne s'y trouve pas, il faut qu'il y soit, mais pour cela il faut manifester dans les rues, comme les Français savent le faire, et on verra bien quelle sera alors la réponse du pouvoir...
tres juste comme remarque...
en grattant un peu (et en faisant un peu de mauvais esprit) je dirais quand meme que comme seul et unique point commun, l'UE et l'URSS partagent le meme destin.
A vouloir trop integrer de pays, l'Europe court a sa perte, les eurosceptiques montent en puissance. C'est tout le systeme de gouvernance qui est a revoir.
A 25, et plus encore en 2007 avec la Bulgarie et la Roumanie, il ne s'agit d'une entité qui n'a plus aucune coherance. A moins d'opter pour le systeme a la carte comme les Anglais ou les Danois, ou ne pas opter du tout pour l'Europe comme la Norvege (pays le plus dynamique economiquement en Europe de l'Ouest, au passage).
Bravo Iryna! tu pose des questions qui reveillent le monde!
La russification des peoples d'URSS était un part de la politique nationale totalitaire; le pouvoir était à Moscou.Les masses de gens ont été déplasées d'un bout
du pays à l'outre. économie était ou service d'idéologie... Aprés 72 ans de lavage
du cerveaux vous voulez que consience politique existe chez citoyens qui ont le travail dure d'apprendre leur langue, leur histoire, penser differement... Dans les
conditions de survie économique les gens ne croient pas au pouvoir politique, aux
élections.