Welcome! Log In Create A New Profile

Advanced

Premiers pas au Belarus:impressions.

Posted by nyxam 
Premiers pas au Belarus:impressions.
June 04, 2012 11:48AM
Ce serait amusant que les nouveaux arrivants ou les anciens au Belarus nous racontent ici leurs premieres impressions apres un premier voyage.Pour ma part a l'epoque j'etais assez fascine par la grace,la feminite,la beaute et l' elegance des femmes bielorusses en contradiction absolue avec l' environnement assez "brut" des annees 90!
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 04, 2012 04:04PM
Je vais vous raconter ma 1ere arrivée ici ,c'était en 1999,le 15 juin ,il faisait chaud à suffoquer ,quand j'ai vu plus de 4 km de queue de camions j'ai pris peur mais en fait je n'était qu'à 500 m du poste de douane ,je connaissais la douane Italienne pour m'y rendre plusieurs fois par an (famille)mais là ,une douane comme ça , j'avais jamais vu ,les douaniers froids comme des lames de couteaux,aucun sourire ,aucun bonjour ,rien ,nitchevo ,un est venu vers moi avec une casquette qui tenait plus du parapluie et c'est entété à vouloir me parler ,moi ne comprenant rien je ne répondais pas et ma femme à pris la suite ,je signale qu'il était 15h00 au 1er douanier ,important ,puis un second est venu et a expliqué ce qu'il fallait faire et ou aller .
A 19h00 ma femme n'avait pas encore finie de remplir leurs saletés de petits papiers et ils étaient nombreux ,et ma femme est partie à gauche payer cela ,à droite payer autre chose ,payer mon assurance ,aller à la police des frontières pour je ne sais plus quoi etc...,il était 21h00 et la 607 n'avait toujours pas bouger d'un pouce ,je sorti la glacière et me mis à manger ,ce qui énerva un jeune trou du cul qui est venu me chercher des noises et me fit entrer dans un bureau ou je suis resté 20 min puis suis sorti seul ,sans rien demander pour retourner manger ,je ne l'ai plus revu ,Il était 22H30 quand ma femme est revenue en me disant que tout était bon ,j'étais content ,mais ce fut de courte durée car un autre gazier est venu pour la remorque qui n'avait pas de carte grise ,ma femme a mit 1H30 pour lui faire comprendre qu'en France une remorque de 500kg n'en a pas besoin ,que c'était écrit sur mon assurance (verte ) et nous sommes partis ,vite ,plus vite même ,à l'époque la route était plus que pourrie et ce de la douane de Brousgià l'entrée de Grodno,entrée de Grodno ou j'ai vu une milice courser des jeunes très sévèrement je vous assure ,ça m'a choqué .
Ayant mal dormi sur mon petit lit une place ,alors que je serais plutôt du genre armoire normande ,je me levais et partais avec ma belle mère au marché de Skidel ,je suis tombé sur mon cul de tout ce que j'y ai vu ,des femmes maçonnes sur des échafaudages en bois ,des gens qui vendaient de partout ,tout et n'importe quoi ,la police à chaque coin de rue ,des magasins ou il fallait faire la queue ,des gens qui crachent sans arrêt ,pas polis ,d'une incorrection pas possible ,je me suis demandé sur quelle planète j'étais,c'était un autre monde ,j'étais dépaysé .J'ai mis toutes mes vacances (2mois et demi )pour réaliser ,tous les jours des trucs me saiutaient aux yeux et me stupéfiaient ,heureusement que cela à beaucoup changer depuis ,pas en tout car ont ne peut pas refaire un peuple en 1 coup de baguette ,malheureusement
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 04, 2012 05:08PM
Suite et fin ,j'ai omis de vous parler de la tristesse de la ville ,tout était gris ,de la brique grise de partout et les immeubles peints avec un goût à faire vomir un crapaud ,des bleus ,verts ,rouges d'une autre époque et dans les cours de ces immeubles des chats de partout ,l'odeur était présente aussi bien sur ,l'allée de ma belle mère ressemblait plus à une cave ,pas d'ampoule (volée)les boîtes à lettres ouvertes ,la porte d'entrée ne fermait pas et les courants d'air s'en donnaient à coeur joie ,le long des trottoirs les voitures étaient garées comme des chiens qui posent leur m....e ,c'est toujours d'actualité ,
et pour couronner le tout ,les antennes paraboliques fleurissaient sur tous les murs et toits ,une horreur .Seuls les bâtiments d'état étaient en état et propres ,pour mon 6eme jour je me suis cassé le coude à Minsk et fait plâtrer chez moi dans une clinique ,(tout à été gratuit)mais le plâtre n'a jamais séché ,même après 8jours ,il était toujours gris et devait dater du temps de Staline ,je ne vous parle pas de la radio ou l'on m'a mis une plaque de plomb pour m'isoler le ventre et une autre sur les jambes et ben vous me croierez ou pas mais je ne brillais pas ,je passe sur l'état de la clinique qui serais plus proche d'un après bombardement ,affreux ,du jamais vu ,c'était tout délabré et on m'avais obligé à mettre une blouse blanche pour les microbes ,là ,j'ai éclaté de rire .
Il y a encore bien des choses qui m'ont choquées comme la pauvreté ,les magasins presque vides ,les prix ,j'y ai vu le bon et le bien moins bon et à cette époque c'était "soit disant" le bontemps pour eux ,les biélos ,je m'aperçois qu'aujourdhui c'est beaucoup plus beau ,plus fleuri ,il y a de tout ou presque mais les gens sont moins aisés sauf les nouveaux riches qui eux dépensent sans compter.Très triste comparaison de l'avant et du maintenant .
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 04, 2012 05:10PM
> **nyxam écrivait:**
>
> Ce serait amusant que les nouveaux arrivants ou
> les anciens au Belarus nous racontent ici leurs
> premieres impressions apres un premier voyage.Pour
> ma part a l'epoque j'etais assez fascine par la
> grace,la feminite,la beaute et l' elegance des
> femmes bielorusses en contradiction absolue avec
> l' environnement assez "brut" des annees 90!
________________

je vais attendre avec impatience le récit de Kokaz ... pour m'exprimer smiling bouncing smiley
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 04, 2012 06:44PM
Salut, très bonne idée ce sujet!
C'est vrai qu'en débarquant là-bas, il y a des contradictions que moi, avec mes petits yeux de Français m'ont étonné, autre pays, autres moeurs... Pour ton sujet, il faudrait préciser l'année du voyage, car pour ma part, l'environnement était plutot 70-80 que 90, mais apparemment, cette impression de voyager dans le temps t'a aussi attrappé! Même un ami russe de Moscou a eu ce sentiment là-bas! Comme au temps de l'URSS, milieu des années 80 m'a t-il dit! Un des premiers sentiments une fois là-bas était l'état des routes, je ne vous fais pas de dessin, ensuite, la conduite de certains et le non-port obligatoire de la ceinture de sécurité, à moins qu'on nous ait trop gavé avec ça ici, je pense qu'en Biélorussie, la sécurité routière n'est pas une priorité! La suite, on voit après...
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 04, 2012 09:51PM
Bah moi j'aime presque tout, chui normal?
L'arrivée à l'aéroport qui ressemble au fruit des amours entre un camembert géant et une soucoupe volante, le look de la douanière qui inspecte mon passeport à la loupe, les bouleaux le long de la route, le polyèdre de la bibliothèque, les grandes avenues éclairées la nuit avec goût: dans toute la ville les immeubles ont certains étages en blanc et d'autres en jaune, intelligente harmonie, avec pour favoris les deux jumeaux face à la gare. Les restaurants où on vous apporte la carte avec le même soin que vous preniez un petit café ou un repas pantagruélique. A part quelques kékés qui accèlèrent sur les avenues avec des autos au tuning vieux de 25 ans, les automobilistes sont courtois dans l'ensemble. Le métro bien sûr, mêmes si les rames sont un peu vieillottes.
Une chose à laquelle j'ai du mal à m'habituer: l'absence de mer et de montagnes.
Une chose étonne beaucoup aussi: la variété des physiques féminins alors que presque tous les hommes se ressemblent.
Certes je parle de Minsk, mais je suis allé aussi dans la campagne profonde en train à l'échelle 1,5, avec des wagons mi couchettes, mi places assises...
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 05, 2012 10:57AM
Je ne vous parlerai pas de la Biélorussie je vous rassure car je n'y suis jamais allée même en rêve. Par contre la description de vanvan pourrait ressembler point par point à celle d'une ville de Sibérie lambda les nombreux policiers et les magasins vides en moins. Mais contrairement à lui je n'ai pas détesté les couleurs post URSS les rouges, les verts et les oranges automnaux au contraire, ni les architectures brutes et grises, propres à tous les immeubles de l'ex URSS. On retrouve bizarrement les mêmes immeubles avec la même distribution des pièces et les mêmes baignoires, les mêmes cuisines à Erevan, à Moscou ou à Tbilissi. Pareil pour les métros et les trains. Quand je me retrouve dans ces éléments de couleur, d'architecture je me sens en terrain connu et oserai je le dire, un peu chez moi.
Vous allez presque me donner envi d'aller à Minsk c'est malin! smoking smiley
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 05, 2012 01:29PM
Oh quelle bonne question

Je vais raconter ma première visite au Belarus, c’était il y a 7 ans et demi dans la période de Noël. Je vais aussi évoquer le passage à la douane

Je voulais passer mes vacances de fin d’année dans ce pays, pour le découvrir en compagnie d’une femme que je connaissais depuis 10 mois. Elle voulait que je vienne visiter son pays et surtout Minsk, ville qu’elle aime.

J’avoue humblement à l'époque, que j’ignorais totalement ce qu’était ce pays, ne vouant pas un amour particulier envers les pays de l'ex URSS..!!

Pour mieux connaître le voyage et ce qui m’attend, je vais sur internet pour prendre des infos et oh ! horreur sur ce que je peux lire. Le bisounours, la dictature, le KGB, un pays pauvre.. etc etc. Je reste dubitatif

Comme je voulais venir en voiture pour visiter pendant 17 jours, j’avoue que ce que j’avais lu sur internet m’avait sérieusement inquiété, stressé et je m’attendais au pire. Ayant tellement baroudé dans de nombreux pays, je me fais finalement une raison et en avant.

A l'inverse, j’ai aussi trouvé des récits de voyageurs qui parlaient d’un pays agréable, relativement pauvre dans les campagnes, d’une population sympathique, travailleuse, un pays en pleine reconstruction, les grands axes routiers très bons, et la ville de Minsk très agréable, vivante, de beaux magasins et des beaux parcs nombreux.

Je quitte la France par moins 15° et j’arrive à Terespol à la douane avec toujours moins 15°. Là commence mon angoisse dans la file assez longue sur une petite route de " merde ", étroite, presque interminable entre la Pologne et la Biélo.

Des militaires en armes, des maisons délabrées, fenêtres murées, des vieux projecteurs rouillés, des barbelés rouillés partout et une cabane en bois, avec un tuyau de cheminée en fer qui fume en traversant le toit… !! Quel contraste avec la Pologne..

A cette cabane, je donne mes papiers, on me donne une fiche d’immigration après vérification de mon visa et en route, vers la douane.

2 heures à avancer doucement, j’ai envie de hurler sur l’incivilité des Polonais, qui grâce au téléphone portable arrivent à doubler une file de 2 km pour s’insérer avec des complicités dans la file. Un ou deux cela va, mais quand c’est par dizaine cela devient très très irritant.

Comme dit Vanvan, je découvre les douaniers, ou la police je ne sais pas, avec leurs casquettes caractéristiques, grosses comme des "parapluies", je revois des tenues vues dans les films ou sur les défilés de la place Rouge

Ça parle en Russe sans chercher à comprendre que tu ne parles pas la langue, c’est un vrai bordel, pour ne rien comprendre, mais j’avoue qu’à mon premier passage ils furent sympas avec moi en comprenant enfin que je ne parlais pas Russe . Certains parlent Anglais et me conduisent par le bras très sympathiquement vers les différentes baraques en bois, pour remplir les formalités.

On m’indique, que je dois prendre une assurance médicale, je vais dans cet algéco et surprise la personne me parle en Français, me dit que je peux payer en euro, mais qu’elle n’a pas beaucoup de monnaie en euros. Là encore la monnaie est rendue dans la devise.

Je reviens avec mon assurance, j’attends toujours le bon vouloir d’une personne qui va s’occuper de moi, tout le monde passe d’une voiture à l’autre, dans un bordel inextricable et je suis comme beaucoup à coté ou dans ma voiture , mes papiers à la main à attendre, par moins 15°.. !! Enfin quelqu’un revient avec mon passeport et me guide pour aller de cabanes en cabanes pour avoir une multitude de coups de tampons et c’est jamais la même personne qui vérifie quand tu reviens.

J’ouvre mon coffre, un très jeune douanier veut voir ce qu’il y a dans une valise en métal alu qui contient mon appareil photo, mais le gradé qui est avec, dit niet, et referme mon coffre, sans rien toucher..!

Après 50 minutes, je pense que tout est en ordre, mais j’attends toujours… quoi … je ne sais pas ? Ils sont au chaud dans leurs cabanes .. !! Puis on me fait enfin signe que je peux y aller en me donnant un ultime papier.. ouf

je suis content, zut, encore un barrage à passer à 500 m, celui-là ne parle pas Anglais et je ne sais pas ce qu’il veut, je donne tous les papiers et il en prend un qui était dans le tas. En fait c’était le dernier papier donné.

Mais cela a duré au moins 3 ou 4 heures pour passer ..!!

Enfin me voilà au Belarus, je passe sur un beau pont et j’entre dans Brest et là c’est la grande surprise, une grande avenue, de belles maisons, de très beaux bâtiments, superbe église orthodoxe, des supers marchés, de beaux magasins, des grosses voitures Allemandes, beaucoup de circulation.

Des gros chantiers de bâtiments en construction avec des architectures sympas, modernes. Je constate que les stations-services affichent sur des panneaux lumineux, les prix des carburants en, rouble Russe, rouble Biélo, $ et euro. Je vais faire le plein, petit problème on doit payer avant de se servir et je vois que je peux même payer par carte visa. Je découvre dans cette station, le prix des cigarettes, incroyable, une cartouche de winston pour le prix d’un paquet en France.

Les gens sont bien habillés chaudement, certaines jeunes femmes sont très belles, grandes avec leurs hauts talons et les fourrures par moins 15 ° sont de sortie.

Alors oui j’hallucine, je n’imaginais pas ce pays comme cela, j’avais une vision totalement différente de la réalité, probablement totalement polluée par ce que j’avais lu sur internet. J'imaginais trouver un pays dans un état lamentable, avec une affreuse dictature et c'était tout le contraire.

Je prends l’autoroute à 3 voies qui va vers Minsk, qui est presque parfaite, moment d’angoisse quand j’arrive à un péage, parce que je n’ai pas de roubles, mais pas de problème on paie en euros ou en $ et la monnaie est rendue dans la devise donnée. Ce n’est pas comme ces cons de Polonais d’arnaqueurs dans les péages… !!

La cerise sur le gâteau se situe dans ce péage, quand la caissière me dit en Français " au revoir, merci et bonne route " .. !! je reste béat

C’est l’hiver il fait froid, mais il y a un soleil superbe, la nature est givrée et au soleil, c’est agréable. Je découvre les lacs gelés en voyant des pécheurs à coté de trous dans la glace. De nombreuses et grandes forêts de pin, alternent avec de grandes zones de cultures.

Je suis étonné de voir des passages piétons sur cette autoroute en pensant qu’il faut une âme de cascadeur pour traverser les 6 voies.

Je vois aussi de petits villages avec leurs datchas colorées et les amusantes clôtures en bois ou en béton avec des motifs qui entourent ces petites zones habitées.

350 km, j’arrive à Minsk et là c’est la stupéfaction devant l’immensité des constructions en cours, des grues partout et visiblement cela travaille le dimanche. Au loin la ville semble superbe

En tous les cas ce n’est pas du tout l’image caricaturale du Belarus que j’avais aux travers de mes lectures sur internet.

Pour moi ce n'est que du bonheur ce pays et j'ai un petit coeur en Biélorussie que je veux encore séduire, ainsi que sa famille..!!!

( Depuis 7 ans la douane est refaite, mieux organisée et je suis aussi plus habitué pour savoir où aller.) Mais c'est toujours parfois très long pour passer, cela peut varier de 45 minutes à 6 heures.. en comptant la douane Polonaise.)

Je reviendrai pour parler de Minsk
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 06, 2012 02:14PM
Je continue ma première venue à Minsk

Pour plus de facilités, mon amie de l’époque m’avait dit de ne pas bifurquer pour prendre l’autoroute qui va vers Moscou, mais de continuer toujours tout droit sur l’autoroute jusqu’au périphérique de Minsk, passer sous le pont du périph, jusqu’à un supermarché PRO STORE qui est à 500 m et aller sur le parking de ce magasin pour l’attendre.

(Cela peut aider celui qui voudrait aller à Minsk en voiture, c’est plus facile pour un Français de lire PRO STORE que le nom des rues ou des magasins en cyrillique, pour se donner rendez-vous.. !)

Comme elle dit qu’elle va arriver dans 30 minutes, elle me conseille d’aller visiter ce grand hyper marché, style Carrefour.

Ce magasin est pour moi, une énorme surprise, des belles boutiques, de téléphones, informatique, parfumeries, bijoux, optique, bistros.. etc
Une multitude de distribank où je vais sans peine retirer 1 500 000 roubles avec ma carte Visa.

Un magasin immense avec tous les produits, comme un carrefour en France. Ma vision du Belarus est de plus en plus étonnante, par rapport à que j’imaginais.

Je croise dans les rayons des jeunes femmes d’une élégance rare, d’une féminité étonnante, assez grandes en moyenne, longs cheveux, 80% avec des bottes à talons hauts, pour certaines des petits shorts avec des collants noirs épais.

Il est impossible pour un homme normal de ne pas " reluquer " ces créatures du diable..!confused smiley

Par contre les femmes de la quarantaine et plus, sont en général assez fortes, bien rondes. Pas toutes, mais beaucoup.

Mon amie est arrivée, nous faisons quelques achats, je vois qu’il y a quelques produits Français.Les grands Cognac, Champagne, grands vins Français sont dans des vitrines fermées à clef. Elle me dit que ce magasin est assez cher et qu’il est fréquenté principalement par la population assez aisée de Minsk. Mais comme il y a beaucoup de monde, je m’interroge sur le pouvoir d’achat du Belarus.

Puis nous allons en direction de son appartement, elle me fait passer par les grandes avenues de Minsk, par la large et très belle avenue de l’Indépendance, place des victoires, place de l’indépendance.Elle s'arrête pour me montrer le bâtiment place de l'indépendance où elle travaille à coté de l'Eglise catholique. Je découvre les énormes bâtiments de l’époque Soviétique totalement rénovés, qui sont tous éclairés avec des projecteurs de couleur. Tous les magasins sont ouverts le dimanche soir et vers 19h 30 il y a une circulation intense.
Minsk la nuit est une très belle ville, malgré le style " mastoc " de certains bâtiments.

Le parc automobile n’est pas celui des Volga et autres Lada, mais des X5, Lexus, Mercedes, Cayenne,grosses BMW et il y a beaucoup de voitures Françaises et Allemandes. Visiblement il n’y a pas beaucoup de " poubelles " sur roues.

Mais ils roulent comme des cinglés en passant de voies en voies pour gagner 20 mètres.

La puissance du " mâle " en voiture, s’exprime au démarrage avec le feu qui passe au vert… !! confused smiley

Situé à 1 km de la place de l’indépendance, nous arrivons à son grand immeuble en briques grises et rouges. Celui ci, coté rue est bien illuminé sur toute la hauteur avec des projecteurs jaunes. Quel luxe.

Nous entrons sur le parking situé derrière le bâtiment et là c’est l’envers du décor, routes défoncées, énormes trous, par manque de place de parking, les voitures sont stationnées partout, dans ce qui reste de pelouse, les aires de jeux pour les enfants sont des parkings.
10 minutes pour trouver un trou pour mettre ma voiture à cheval sur le trottoir et une partie dans la pelouse.

Nous entrons dans son bâtiment et là.. !! c’est la surprise, ça pue, c’est sinistre, la publicité déposée dans les boites aux lettres ( du moins ce qu’il en reste ) est jetée à terre, il y a aussi des bouteilles d’alcool vides. L’ascenseur arrive en grinçant avec un bruit sinistre à l’arrêt… angry smiley

Moment d’angoisse pour monter dans ce "truc " qui fait peur et qui s’arrête 10 cm en dessous du sol. Triste réalité.

Nous arrivons dans son petit appartement, bien propre, mon amie est maniaque, mais tout semble vieux, X couches de peinture sur les boiseries. Mais il fait une chaleur impossible au moins 25°et pas de possibilité de réglages, sauf ouvrir les fenêtres. La salle de bain est plus que rustique, les fenêtres et portes sont lamentables, cintrées et fermant mal. Il y a une chambre pour ses enfants et mon amie couche sur un vieux clic clac dans la petite salle à manger.
Dans la cuisine qui est équipée par le propriétaire, tout est vieux, le réfrigérateur de la marque Minsk, fait un bruit pénible. A force d’hurler auprès de son propriétaire, mon amie à enfin une nouvelle gazinière qui ne risque plus d’exploser avec le gaz.
Mais tout est très propre, malgré les vielles moquettes usées.

Mon amie, attend son appartement neuf qu’elle vient d’acheter, qui est en cours de construction et pour cette raison, elle ne veut pas remplacer les vieux papiers peints qui se décollent de partout.

Je dois avouer que derrière la façade bien illuminée la nuit, le bâtiment est déplorable, sombre héritage de l’époque soviétique, du travail bâclé avec des finitions lamentables et où rien n'est droit . Je passe sous silence le carrelage " vert chiasse " de la salle de bain qui est truffé de trous des anciens locataires.

Ce qui m’étonne aussi, c’est que tout le monde s’ignore, pas un bonjour dans le couloir, mon amie ne connaît pas ses voisins. Difficile d’avoir un bonjour des voisins de la porte d’en face. C’est l’indifférence générale, chacun s’enferme dans son appartement et il n’y a pas la moindre relation sociale de simple voisinage. J’ai l’impression que tous les gens sont des ' ours ". Cela me choque.

Mais tout cela, c’était il y a presque 8 ans, depuis tout le groupe de bâtiments a été totalement rénové. Isolation extérieure, toutes les fenêtres et portes changées, les radiateurs sont neufs avec thermostats, les ascenseurs sont neufs. Toutes les parties communes sont très belles. Toutes les routes et les parkings sont impeccables avec du bitume. Les pelouses et les aires de jeux pour les enfants sont totalement refaites. 5 années de travaux. Ce quartier est totalement méconnaissable. Il y a, en plus de nombreux bâtiments avec des architectures modernes avec de beaux balcons qui sont en construction, ainsi que de nombreux magasins.

Dans Minsk, j’ai visité de beaux parcs avec des parties boisées bien sympathiques, des petits lacs et des rivières avec des cygnes.
De beaux endroits de verdure, pour les promenades romantiques.

Le grand centre commercial sous la place de l’indépendance est magnifique avec ses nombreuses boutiques.

Bref pour conclure, j’ai adoré cette ville qui est très propre, qui semble très sécurisée, les magasins sont ouverts tard le soir, 7 jours sur 7. Les discos sont superbes, la jeunesse s’amuse sur toutes les musiques actuelles. Des petits restos sont sympas et pas chers. Malgré l’importante circulation aux heures de pointes, grâce aux grandes avenues, la circulation est relativement fluide.

Avant de quitter Minsk lors de mon premier séjour, j’ai connu un épisode neige. Incroyable de voir les moyens déployés et la noria de tracteurs Belarus s’activer pour déneiger la ville et les trottoirs. C’est impressionnant d’efficacité, jour et nuit.

Ce qui m’a beaucoup amusé, c’est de voir que les jeunes femmes toujours aussi élégantes, continuent à marcher dans la neige avec des hauts talons pour aller au travail avec leurs sacs plastique à la main.

Voilà pourquoi j’ai craqué sur le Belarus, lors de ma première visite et aussi sur celle qui depuis est devenue ma femme.

Mais depuis 7 ans, chaque année, cette ville change, toujours plus de travaux, de rénovations et de constructions de logements en périphérie et réhabilitation du centre historique.
Sur le grand terrain qui est en face du PRO STORE, depuis 7 ans il y a plus de 50 bâtiments neufs avec des milliers d’appartements.

Désolé pour cette grande prose, mais pour celui qui aime, il ne compte pas.
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 06, 2012 04:30PM
Je ne suis jamais allé au Bélarus mais les premiers pas des intervenants me replongent dans ma première fois en Russie il y a quelques années déjà. Notamment, ce choc visuel avec l'univers esthétique soviétique qui tranchait tellement avec mes habitudes Rouennais (de l'époque). Avec ce mélange d'étonnement - fascination et cette impression de dépaysement total qui change un homme (ou une femme) ... à tout jamais.

Bonne idée Nyxam, ces témoignages sont vraiment intéressants à lire.
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 06, 2012 09:33PM
Pour les supermarchés, j'adore la musique de fond. Moitié chansons locales, un quart de vieilleries françaises, un autre quart de vieilleries italiennes. Très peu de musique anglo-saxonne en fait!
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 08:24AM
> **Marc93 écrivait:**
>
> Pour les supermarchés, j'adore la musique de fond. Moitié chansons locales, un quart de
> vieilleries françaises, un autre quart de vieilleries italiennes. Très peu de musique
> anglo-saxonne en fait!

Attention on ne dit pas de mal de Joe Dassin ou d'Adamo!!
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 08:44AM
> **Marc93 écrivait:**
>
> Pour les supermarchés, j'adore la musique de
> fond. Moitié chansons locales, un quart de
> vieilleries françaises, un autre quart de
> vieilleries italiennes. Très peu de musique
> anglo-saxonne en fait!

___________

Ah oui tu as raison

Desireless voyage voyage, Patricia Kass, Joé Dassin, Héléne ( du temps des garçons ) rarement Garou, mais aussi quelques chanteurs (ses) Français qui ne chantent depuis de nombreuses années en ayant fait qu'un "Tub" . Les chansons ayant plus de 20 ans en général, j'imagine qu'il n'y a plus de droits d'auteurs à payer. Ce qui expliquerait cela ?

J'ai été étonné de voir parfois d'énormes posters de Delon et Belmondo jeunes en "tonton flingueur", images tirées d'un ancien film, dont j'ai oublié le titre ( Borsalino peut être )

Delon jeune, semble toujours autant séduire les femmes.
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 10:46AM
Heureusement que mes mauvaises premières impressions sont derrière car je n'aurais pas pu habiter dans un pays pareil,
aujourd'hui c'est l'envers du décors ,le beau côté ,la ville s'est tranformée du tout au tout ,en tout ,il y a encore trop de gris (briques) à mon goût ,les couleurs sont encore pas très jolies mais c'est beaucoup mieux que ce que j'avais découvert ,ils ne connaissent pas encore les pastels mais d'ici 10 ou 15 ans ça va venir ,ici il faut le temps ,pour tout ,sauf pour payer.
Quand au habitants du cru ce n'est pas encore du civilisé correct ,je crois même que ça empire ,quand aux gens sympas comme dit le vosgien ce sont ceux qui ne vous connaissent pas ,car dès l'instant ou c'est fait une jalousie s'installe et c'est cuit ,je ne comprends pas cela .Cette mentalité n'est pas près de changer ,le retard est grand entre eux et nous .
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 11:55AM
Comme j’étais au Belarus la première fois pour les fêtes de fin d’année.

Je vais évoquer l’aspect festif que je découvre ainsi que leurs habitudes.

Comme ils sont Orthodoxes en majorité (Seulement 20% de Catholiques) beaucoup ne fêtent pas le 25 décembre, le Noël orthodoxe étant début janvier.

Mais pour faire plaisir au Français on organise un Noël Catholique, cela ne pose aucun problème éthique.

Nous avons une douzaine d’invités (Peut-être,intrigués, curieux de voir comment est un Français et toucher la " bête " pour voir si elle est différente ou normale.. ??)

Mon amie prépare tout le repas en ne souhaitant pas que j’intervienne… !! De mon côté, cela se limite à préparer des tranches de foie gras que j’ai apporté, je fais une petite gelée au madère avec une petite déco dans l’assiette.

Une grande table est bricolée avec une vieille porte, des tréteaux, pour rallonger la table de la salle à manger, une belle nappe et tout roule.

Et là, c’est la surprise, tout est posé sur la table, le froid, le chaud, les légumes, les salades préparées, mon foie gras, le fromage, cela ressemble à la vitrine d’une cantine où tu vas remplir ton plateau.

Coté boisson, tout est sur la table, le champagne Russe, le vin que j’ai apporté, le cognac, la vodka, après 20 minutes le champagne est chaud comme de la pi…. ! Mais cela ne semble pas handicapant le champagne chaud comme du thé.

Tout le monde mange ce qu’il veut, en passant du fromage, au poulet, les cornichons, le plat chaud est devenu froid ainsi que les légumes, tout le monde alterne les victuailles, le poisson séché, des terrines de poisson, ou de viande, des champignons.. etc.
Ça boit du champagne, du cognac, de la vodka en mangeant de l’ail macéré dans du vinaigre doux ou en mangeant des crudités variées en bocaux, fabrication maison en provenance du jardin de la maman.

Tout le repas se déroule avec la boisson de l’humeur dans un mélange assez sidérant pour nous. Du Cognac Français avec des champignons conservés au vinaigre et une tranche de pain recouverte de mayonnaise, je n’étais pas franchement habitué .. !!

Par contre ils font la gueule avec mon foie gras qui reste dans les assiettes à peine entamé, juste pour goûter

Tout est très festif, les invités sont heureux de vivre, bien manger et se " désaltérer " , le Français semble être un humain normal, surtout qu’il trinque avec eux ..!!smileys with beer

Les femmes prennent leurs accordéons et ça chante en cœur des chansons du folklore Russe

Au moment du dessert, comme je vois que mon munster commence à vouloir déborder de l’assiette, que la mayonnaise change de couleur, que le beurre commence à s’étaler comme une crêpe, je décide de remettre tout cela au réfrigérateur et je crée mon premier scandale avec mon amie qui arrive en furie...??

Elle m’explique que cela est une insulte envers les invités et desservir certains plats en cours de soirée, signifie que l’on a envie qu’ils partent..!! Aie, je m’excuse platement en découvrant le " charme " du caractère Slave.

Au nouvel an chez ses amis et le Noël Orthodoxe chez d’autres me font découvrir que la façon de manger et faire la fête est identique. Tout est posé sur la table pendant toute la nuit, avec une température de 25° minimum et tout au long de la soirée, ils mangent de tout dans un mélange assez sidérant pour nous, en buvant et chantant.

Mais à minuit au nouvel an, tout le monde écoute silencieusement les bons vœux du Bisounours.

Quand je demande ce qu’il dit.. ? La réponse fuse immédiatement, Nous ne commentons pas les discours de notre Président et la fête continue.confused smiley

Je pense que cette façon de manger dans une soirée doit avoir des origines Russes et que dans beaucoup de pays de l'EX URSS cela doit perdurer. On retrouve aussi cette tendance dans certains restos où le Biélo commande parfois plusieurs plats qui sont servis en même temps.

De mon coté je pense que cette façon de faire, est d'étaler aux yeux des invités une certaine forme d'aisance financière, en remplissant la table de victuailles et de boissons, en montrant que l'on est plus dans les privations de l'époque Soviétique. Mais sur ce point je ne suis pas certain de ce que j'avance, ma femme me disant que non et que c'est la coutume ..?
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 02:53PM
Monsieur Nyxam.

J'apprécie beaucoup votre initiative et votre tentative de réunir les proches de ce petit Pays,appelé Bélarus.
Pour le moment,je ne me sens pas vraiment en état pour étayer votre sujet...Je viens de perdre un être cher à 4 pattes qui,lui aussi connaissait la Biélorussie et s'y sentait très à l'aise.

Mon visa est en cours de validité à L'Ambassade pour le premier juillet.

Bien à vous.
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 06:45PM
Levosgien, pour avoir vécu la même chose chez toutes les personnes chez qui j'ai été invité en Russie, je confirme le fait que c'est une façon habituelle de dresser la table de tout étaler en une seule fois et de laisser chacun se débrouiller ensuite avec les victuailles à disposition, et que cela n'a rien à voir avec une quelconque volonté d'épater la galerie. Mes beaux parents qui n'ont jamais eu honte de leur situation modeste ont toujours agit de la sorte, dès que quelqu'un passait, un voisin, un cousin, etc... C'est une autre façon de rythmer le repas, qui moi me convient mieux finalement, car cela me semble plus convivial et moins protocolaire...
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 06:58PM
Le vosgien à bien décrit le repas festif ,mon foie gras est resté aussi dans le plat ,sauf mon gendre qui m'a dit que mon pâté était interressant ,ce qui veut dire chez eux "bon",mon vin est parti avec les femmes à 6 elles m'ont ingurgitées un cubi de 5l de gigondas ,et du bon en plus et tous les hommes sont restés vodka ,mon fromage sentait un peu trop donc il a atterri sur le rebord de la fenêtre d'ou je l'ai vite ramené vers moi ,des époisses comme ça ,ça ne se met pas au rebus ,ah non de dieu.
Par contre ils ont fait la gueule avec MA vodka de mon ami Dédé ,de la prune à 65 °,trop fort pour eux ,mon beauf Dmitri lui a apprécié car il a vécu chez moi à Lyon 2ans et il ne crachait pas dessus le bougre .
Ce qui a le plus plut ce fut le fraisier et le framboisier de ma femme ,ils étaient énormes et sont partis rapidos ,ma belle soeur a eut juste le temps de s'en mettre un petit de côté ,il faut dire que nous étions 22 enfants compris .
Je n'aime pas bien non plus quand tout est sur la table et moi qui avait eu du mal à enlever cette habitude à ma femme ,la voila qui recommence parfois .Ah une chose que je n'aime pas du tout c'est leur eau salée ,pour digérer qu'ils disent .
Je précise que quand c'est fini ça recommence ,oui ces gens remangent et................reboivent bien sur ,c'est ahurissant .
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 08:10PM
Bonsoir à tous,

je repars samedi matin au Belarus et vais raconter mon premier voyage

c'était en janvier 2007.après avoir pris 3 avions dont le premier décollait très tôt, j'arrive à l'aéroport de Minsk où devait m'attendre une fille rencontrée par Internet.avant l'aterrissage proprement dit je regarde par la hublot et je vois de grandes forêts, une petite route sans beaucoup de monde, bref je me demande un peu où j'arrive surtout que le ciel, couleur gris plomb, n'est pas très engageant

je passe la douane et là je rencontre pour la première fois ma future amie:une jolie fllle habillée très classe.puis, petit souci car ma valise ne m'a pas suivi.à cette époque, je ne parlais pas un mot de russe.donc la demoiselle discute avec le personnel de l'aéroport puis m'embarque dans sa voiture et direction la ville.on emprunte l'avenue de l'indépendance, puis elle me désigne le bâtiment du KGB et peu après on bifurque à gauche pour finalement arriver au pied de son immeuble.l'entrée de l'immeuble est assez glauque et la lumière de l'ascenseur presque éteinte. à peine franchi la porte:"tapachki" me dit-elle. je venais de prendre ma première leçon de russe.après avoir un peu discuté en anglais, on est allé manger dans un restau appelé Russlo je crois bien.la viande y était assez dure et le décor un peu triste mais les prix sympas.
après j'ai eu droit à un tour de ville en voiture et je suis impressionné à la fois par les lumières qui éclairent les bâtiments et celles de la grande bibliothèque.la ville est vraiment belle vue la nuit
le lendemain, petit tour dans un super marché et là cela me plaît instantanément. c'est la même abondance qu'en France, bien mieux que dans les supermarchés suisses où le choix est très limité car les surfaces y sont petites.on peut même acheter des salades préparées par des vendeuses.
et puis les filles sont en majorité assez "canon"
les jours suivant il a fait beau et j'ai découvert la station de ski locale située à 30 kms de la ville et puis aussi bien des particularités. par exemple: vu de l'extérieur, les magasins ne ressemblent pas à des magasins car les vitrines ne laissent rien deviner. ou alors:entrée d'un club de bowling par une porte en fer qui ressemble à une sortie de secours au pied d'un grand immeuble en béton
la ville me plaît car elle est animée et beaucoup de magasins sont ouverts tard le soir.et puis ces grandes avenues où on circule librement sans que garer la voiture pose problème
le froid? en moyenne moins 15 mais pas vraiment de grand changement par rapport à l'endroit d'où je viens
hélas, après une semaine il me faut rentrer et cela ne me plaît guère de retrouver l'Ouest, les journées de travail longues et dures, sa vie chère et ses dimanches tristes où toutes les boutiques sont fermées et les rues désertes

et puis, je me sens bien avec ma copine

donc première impression très satisfaisante

cet avis n'engage bien sûr que moi et ne tient pas compte des difficultés des biélos et d'autres aspects que je découvrirai au cours des voyages ultérieurs
Re: Premiers pas au Belarus:impressions.
June 07, 2012 08:38PM
> **vanvan51 écrivait:**
>
> Heureusement que mes mauvaises premières impressions sont derrière car je n'aurais pas pu
> habiter dans un pays pareil, aujourd'hui c'est l'envers du décors ,le beau
> côté ,la ville s'est tranformée du tout au tout ,en tout ,il y a encore trop de gris (briques) à
> mon goût ,les couleurs sont encore pas très jolies mais c'est beaucoup mieux que ce que
> j'avais découvert ,ils ne connaissent pas encore les pastels mais d'ici 10 ou 15 ans ça va venir
> ,ici il faut le temps ,pour tout ,sauf pour payer.

Ah mais non quel horreur! Qu'ils ne repeignent surtout pas la ville en fadasse pastel. Beeerk!
Il est où le dépaysement la découverte si les couleurs d'un pays ressemble aux murs d'une maternité?
Et si les rues sont la copie conforme d'une galerie marchande lisse neutre froide sans âme standardisée?
Le monde entier est en train de devenir une galerie marchande!

Bon mais sinon les prisons elles ont aussi changé de couleur? On a repeint les murs des cellules de prisonniers politiques j'espère!

Pour ma part (je ne dois vraiment pas être normale) mais si j'apprécie la multiplication des bars et restaurants parfois de qualité en Russie et la vie un peu plus facile qui est bien appréciable, je regrette ce côté foutraque, hirsute, brinquebalant, bordélique, surréaliste que j'ai trouvé dans les années 90 en Russie et que je ne trouve plus forcément aujourd'hui.

> Quand au habitants du cru ce n'est pas encore du civilisé correct ,je crois même que ça empire
> ,quand aux gens sympas comme dit le vosgien ce sont ceux qui ne vous connaissent pas ,car dès
> l'instant ou c'est fait une jalousie s'installe et c'est cuit ,je ne comprends pas cela .Cette
> mentalité n'est pas près de changer ,le retard est grand entre eux et nous .

Mais alors ils sont bien les Bélarus où pas? C'est dur de vous suivre parfois. smoking smiley
Sorry, only registered users may post in this forum.

Click here to login